URGENT : Exprimez-vous contre la destruction des animaux sauvages !

URGENT : Exprimez-vous contre la destruction des animaux sauvages !

Le ministère chargé de l’écologie consulte le public sur le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Le projet d’arrêté est consultable ICI. Vous pouvez participer jusqu’au 29 mars 2017 en remplissant le formulaire en bas de la page.

La position de l’ASPAS est la suivante.

Une modification purement sémantique

Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

Des espèces autochtones détruites plus longtemps

Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

renard-500Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?

Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

L’ASPAS s’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

  • la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
  • l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
  • l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
  • la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
  • la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

 Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inspirer de la position de l’ASPAS en l’adaptant avec vos propres mots. Un avis personnalisé aura en effet plus de poids que plusieurs réponses à la consultation reprenant le même modèle, au mot près.

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]