URGENT : Exprimez-vous contre la destruction des animaux sauvages !

URGENT : Exprimez-vous contre la destruction des animaux sauvages !

Le ministère chargé de l’écologie consulte le public sur le projet de décret relatif à l’application des dispositions cynégétiques de la Loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Le projet d’arrêté est consultable ICI. Vous pouvez participer jusqu’au 29 mars 2017 en remplissant le formulaire en bas de la page.

La position de l’ASPAS est la suivante.

Une modification purement sémantique

Grâce à ce projet, les espèces ne seront plus « nuisibles » mais « susceptibles d’occasionner des dégâts »… Sauf que cette modification sémantique ne change absolument rien au régime destructeur qui leur est applicable : tir en dehors de la période de chasse, déterrage des renards ou encore piégeage non sélectif et mutilant restent possibles toute l’année !

Des espèces autochtones détruites plus longtemps

Pire encore. Une fois considérés comme « susceptibles d’occasionner des dégâts », renards, fouines, martres, belettes, putois, corbeaux freux, corneilles noires, pies bavardes, étourneaux sansonnets et geais des chênes pourront être détruits pendant… 6 ans !

renard-500Avant 2012, ces listes noires étaient revues chaque année ; en 2012, leur révision intervenait tous les 3 ans, ce qui était déjà catastrophique. Avec ce projet, ces espèces auront une chance mince de voir leur statut modifié tous les 6 ans, ce qui ne correspond à aucune réalité scientifique. Où s’arrêtera le ministère ?

Ceci est d’autant plus intolérable que ces listes noires sont fondées sur des éléments partiaux fournis par les fédérations de chasseurs et les piégeurs, sans aucune vérification possible par un organisme indépendant.

De plus, le rôle de chaque espèce dans les écosystèmes, ainsi que les services écologiques gratuits qu’elles rendent aux activités humaines (dissémination des végétaux, régulation naturelle des rongeurs, prévention des épidémies par l’élimination des cadavres,…) sont officiellement écartés lors de l’établissement de ces listes.

L’ASPAS s’oppose à ce projet en ce qu’il prolonge la période de destruction des renards, mustélidés, corvidés et étourneau sansonnet, et demande à ce que la modification sémantique prévue par ce projet s’accompagne d’un changement radical du régime applicable aux espèces concernées, notamment par :

  • la prise en compte de leur rôle dans les écosystèmes,
  • l’interdiction de recourir à des modes de destruction cruels tels que le déterrage et les pièges tuants et mutilants,
  • l’interdiction de tuer des espèces prédatrices pour répondre aux demandes du lobby chasse,
  • la mise en œuvre systématique de solutions alternatives non létales préalablement à la destruction des espèces,
  • la diminution de la zone où le piégeage est autorisé.

 Si vous le souhaitez, vous pouvez vous inspirer de la position de l’ASPAS en l’adaptant avec vos propres mots. Un avis personnalisé aura en effet plus de poids que plusieurs réponses à la consultation reprenant le même modèle, au mot près.

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]