Un mauvais Plan pour tuer plus de loups

Un mauvais Plan pour tuer plus de loups

Nos associations dénoncent un nouveau Plan National d’Actions Loup (PNA) qui, au lieu d’être un projet de conservation de l’espèce, devient un plan dédié uniquement à l’élevage pour occire toujours plus de loups sous la pression des lobbies anti-loup. 

Pire, le Plan consacre une part importante de ses actions à étudier la possibilité d’un déclassement de l’espèce, ce qui est une grande première en matière de PNA ! Il s’engouffre ainsi dans les annonces de la Commission Européenne d’étudier la révision du statut et il ne faudra donc pas compter sur la France pour s’opposer à un éventuel déclassement. Le déclassement du loup « autoriserait une gestion de type cynégétique », autrement dit le loup pourrait devenir une espèce chassable. En attendant, tout est fait pour tuer plus de loups : modalités de tirs assouplies, possibilité de relever le pourcentage de loups pouvant être tués et troupeaux décrétés comme ne pouvant pas être protégés (et où donc les loups pourront être abattus alors qu’aucun moyen de protection n’est mis en place). Sans compter la volonté de changer de méthode d’estimation de la population de loups : non pas pour suivre scientifiquement l’espèce mais bien pour augmenter le plafond de tirs (plus de loups comptés = plus de loups abattus…).

Malgré l’augmentation, quoique très ralentie, des effectifs de loups, les dommages aux troupeaux restent stables, Pourquoi alors amplifier la régulation orchestrée depuis quelques années déjà par les pouvoirs publics ? Pourtant, les moyens de protection des troupeaux fonctionnent : «  les ¾ des éleveurs attaqués en 2022 ont subi une ou deux attaques » (Lettre de la Dreal Auvergne-Rhône-Alpes, InfoLoup n° 40).

 

Pourquoi aussi rendre quasiment inexistant les tirs d’effarouchement qui ont un effet d’apprentissage sur les loups. Car un loup mort n’apprend pas…

 

Donnons plutôt la priorité au développement des moyens de protection plutôt qu’au développement des moyens de destruction !

Tout n’est manifestement fait que pour satisfaire les lobbies de l’élevage, au mépris de la nature et de la volonté de la grande majorité des citoyens français. Un élevage porté aux nues au sein du PNA, un élevage qui n’aurait que des vertus, notamment pour la biodiversité. Sur quel fondement scientifique se fondent les rédacteurs alors qu’on sait que les Alpes du Sud sont soumis à un surpâturage intense (V.Vignon, le Courrier de la Nature n° 278) ou que les rivières du Doubs sont polluées par la filière Comté ?

Inversement, rien sur le rôle bénéfique du loup et ses bienfaits écosystémiques. Le loup, en régulant les populations d’ongulés sauvages, s’avère pourtant être un allié des forestiers en dispersant les grands groupes de cervidés par exemple, en réduisant la pression des herbivores sur les jeunes pousses et en permettant ainsi aux jeunes arbres de ne pas être broutés. Le loup est un allié des agriculteurs et des chasseurs également : sa régulation des cervidés et des sangliers pourrait réduire les dégâts de ces derniers aux agriculteurs qui s’élèvent à « 80 millions d’euros par an » (Fédération Nationale des Chasseurs), un montant indemnisé par les chasseurs.

Il est enfin intolérable que l’État français ait transformé un Plan de conservation en plan de gestion du loup avec une politique de tirs toujours plus intensive alors que le PNA précédent n’a pas été évalué (sur l’effet des tirs ou l’effet des mesures de protection des troupeaux), ce qui est pourtant la règle pour un PNA.

Pour toutes ces raisons, ce nouveau Plan National d’Actions Loup ne mérite certainement pas de porter ce nom et c’est pourquoi nos associations s’opposent fermement à sa mise en œuvre.

Contact presse ASPAS : presse@aspas-nature.org 

Dernier articles de presse

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]