Trois associations sauvent quatre loups !

Trois associations sauvent quatre loups !

Loup110-04Le tribunal administratif de Toulon vient de donner raison à l’ASPAS, Ferus et One Voice, en suspendant d’urgence l’arrêté préfectoral du 06/08/15 qui ordonnait illégalement le « tir de prélèvement renforcé » de 4 loups pour une durée de 6 mois sur 15 communes dans le secteur du plateau de Canjuers, dans le nord du Var.

Dans son ordonnance qui suspend l’arrêté ce 24 septembre, le juge 1/ relève le risque de déstabilisation de l’espèce par le tir de 4 loups sur un effectif local de 8 individus, 2/ constate que les dommages aux troupeaux sont très localisés et ne concernent que certains éleveurs, 3/ relève l’absence de mise en œuvre de « tirs de défense » préalables. La justice confirme donc un « doute sérieux quant à la légalité » de cet arrêté préfectoral qui ne respecte pas les conditions définies dans l’arrêté ministériel encadrant les tirs de loups, pourtant lui-même extrêmement permissif.

loup5-Serge.MonatgnonLe juge confirme ce que nos associations constatent depuis des années à Canjuers où certains éleveurs irresponsables laissent toute l’année leurs troupeaux sans surveillance ni protection, à la merci des prédateurs naturels mais aussi des chiens divagants dont les attaques sur le bétail sont connues ici. L’opacité des pratiques sur ce vaste plateau, qui est aussi une zone militaire interdite d’accès, va de pair avec une gestion politicienne pour le moins complice des autorités varoises : fin 2014 alors que des chasseurs avaient abattu 4 loups sur un maximum de 3 autorisés, la réponse du préfet à ce braconnage avéré avait été d’autoriser de nouveaux tirs !

Légaux ou illégaux, quand les responsables politiques comprendront-ils que les tirs de loups ne sont d’aucune utilité pour la protection du bétail ? La solution n’est pas dans les abattages mais dans un changement profond des pratiques d’élevage et du système de subventionnement des éleveurs qui n’incite actuellement pas suffisamment aux bonnes pratiques. A l’approche des élections régionales, ce problème de fond est sûrement trop délicat à aborder par les politiciens de tous bords qui préfèrent multiplier les tirs de loups pour caresser les chasseurs et les lobbies agricoles dans le sens du poil, au risque de prendre des décisions illégales.

logos3

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]