Tribune :  Mettons fin au piégeage injustifié des animaux dits « nuisibles » 

Tribune :  Mettons fin au piégeage injustifié des animaux dits « nuisibles » 

Tribune parue sur Le Monde le 6 mai 2023. Pour la consulter, cliquez ici

Alors que le ministère de la Transition écologique s’apprête à renouveler pour trois ans l’autorisation de piéger des milliers d’animaux sauvages, nos associations demandent que ce piégeage ne soit plus autorisé pour neuf espèces sur la base des connaissances scientifiques.

 

Qu’ont en commun les renards roux, les pies bavardes, les geais des chênes, les martres des pins, les fouines, les belettes, les étourneaux sansonnets, les corneilles noires et les corbeaux freux ?  Tous ces animaux, naturellement présents en France depuis des milliers d’années, y sont encore piégés par toutes sortes de moyens cruels avec la bénédiction de l’État, au titre d’un statut juridique aussi archaïque qu’infondé sur le plan biologique.

 

À l’occasion de la préparation du prochain arrêté ministériel 2023-2026 révisant la liste de ces espèces dites « susceptibles d’occasionner des dégâts » (dénomination qui a remplacé celle de « nuisibles »), nous demandons que ces mammifères et oiseaux indigènes ne soient plus classés dans cette catégorie.

 

En plus du caractère très discutable de ce genre de classification, il existe un consensus scientifique1, 2 établissant que ces espèces ne remplissent pas suffisamment les critères censés définir cette catégorie selon le Code de l’environnement. Les espèces classées « susceptibles d’occasionner des dégâts » doivent en effet l’être « dans l’intérêt de la santé et de la sécurité publique ; pour assurer la protection de la faune et de la flore ; pour prévenir des dommages importants aux activités agricoles, forestières et aquacoles ou à d’autres formes de propriétés ».

 

Hormis certaines atteintes aux cultures, une prédation présumée sur des faisans et perdrix d’élevage lâchés pour la chasse, quelques intrusions dans des poulaillers mal fermés et autres dommages ponctuels et évitables sans recourir à l’élimination systématique, rien n’argumente en faveur du classement nuisible de ces espèces. Pire, cette élimination porte préjudice aux écosystèmes, voire à l’agriculture. Les renards, belettes et fouines sont par exemple des alliées des cultivateurs car ils consomment un grand nombre de petits rongeurs qui se nourrissent eux-mêmes dans les champs ; en faisant des réserves de graines dans le sol, les geais des chênes aident à la régénération des forêts.

 

Dans le contexte de l’urgence écologique et de l’effondrement de la biodiversité, comment se fait-il qu’on encourage encore le piégeage de ces oiseaux et mammifères au mépris des données scientifiques, sans limite numérique, toute l’année, en plus des tirs dont ils font l’objet en période de chasse et de battues administratives ? Le nombre d’animaux tués pour chaque espèce n’est même pas connu et aucune étude n’a démontré l’efficacité de telles mesures.

 

L’établissement de la liste des espèces « susceptibles d’occasionner des dégâts » relève du ministère chargé de l’écologie qui devrait, pour ce faire, se baser sur des éléments objectifs. Mais la mainmise politicienne influencée par les lobbies de la chasse et de l’agriculture conduit à des prises de décisions infondées, allant même à l’encontre des connaissances biologiques et de l’intérêt général du fonctionnement des écosystèmes. Il est urgent qu’intervienne enfin ce qui manque depuis plusieurs décennies pour mettre fin au piégeage de ces espèces : une décision politique prenant en compte les données scientifiques.

Premiers signataires :

Pour consulter la liste complète des signataires, cliquez ici 

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]