Suspension de la chasse pour 3 oiseaux des Antilles !

Suspension de la chasse pour 3 oiseaux des Antilles !

Vendredi 10 septembre, la justice a suspendu en urgence la chasse de trois espèces menacées dans les Antilles : la Barge hudsonienne, le Pigeon à cou rouge et la Colombe rouviolette. Des centaines d’oiseaux sont donc sauvés des fusils : une excellente nouvelle pour la biodiversité !

De gauche à droite : Colombe rouviolette, barge hudsonienne, pigeon à cou rouge

Cette belle victoire est le résultat d’une procédure menée par l’ASPAS , l’ASFA (Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles) et AEVA (Association pour l’Etude et la protection de la Vie sauvage dans les petites Antilles) auprès du Tribunal administratif de Basse-Terre en Guadeloupe. Elle intervient dans un contexte favorable, après des années de combat judiciaire en faveur de deux autres oiseaux en mauvais état de conservation pour lesquels nous avons déjà obtenu gain de cause : la grive à pattes jaunes et le pigeon à couronne blanche.

Une victoire contre le lobby de la chasse !

Initialement, le projet d’arrêté soumis à la consultation du public proposait l’interdiction de la chasse de la Barge hudsonienne sur l’ensemble du département de la Guadeloupe et de la collectivité de Saint-Martin (lire ici). La consultation publique organisée avait réuni 120 contributions dont 99 étaient favorables au projet en reconnaissant « le bien-fondé de la proposition de suspendre la chasse des 4 espèces à savoir, la grive à pieds jaunes, le pigeon à couronne blanche, le courlis corlieu et la barge hudsonienne compte tenu de leur mauvais état de conservation et de leur classement UICN ». 

Or, sous la pression des chasseurs, le préfet de la Guadeloupe n’a pas tenu compte des avis majoritaires du public et a finalement pris un arrêté autorisant la chasse de la barge hudsonienne, dans la limite de 2 barges par chasseur par jour… Sachant qu’il y a 2968 chasseurs en Guadeloupe et que la chasse est ouverte 123 jours, cela fait un maximum de 730 128 barges à tuer, sur une population totale de passage en Guadeloupe estimée à moins de… 250 !!

Concernant la colombe rouviolette et le pigeon à cou rouge, l’arrêté préfectoral autorise leur chasse durant 5 mois et demi (soit 77 jours de chasse) et ce, sans aucun quota ou plan de gestion. Or la période de chasse autorisée recouvre la période de nidification, de reproduction et de dépendance de l’espèce, en méconnaissance de l’article L.424-2 du code de l’environnement qui dispose que « les oiseaux ne peuvent être chassés ni pendant la période nidicole ni pendant les différents stades de reproduction et de dépendance »…

Sur la base de ces différents éléments, nos associations ont donc décidé de saisir le juge des référés pour demander la suspension en urgence de l’arrêté en ce qu’il autorise la chasse de la barge hudsonienne, de la colombe rouviolette et du pigeon à cou rouge. 

Extrait de l’ordonnance de suspension : 

« 4. En l’état de l’instruction, et compte tenu notamment de la circonstance, non contestée par le préfet, qu’aucune étude scientifique ne permet d’évaluer la population actuelle de Barge hudsonienne, de Colombe rouviolette et de Pigeon à cou rouge et sa dynamique en Guadeloupe et à Saint-Martin, et alors que les espèces précitées se distinguent par leur rareté ou leur caractère peu commun, les moyens tirés de la méconnaissance des dispositions de l’article L. 424-2 du code de l’environnement et de la méconnaissance du principe de précaution, ainsi que de l’erreur manifeste d’appréciation sont de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité des décisions attaquées. Dès lors, les associations requérantes sont fondées à en demander la suspension. »

Télécharger le jugement

 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]