Suspension de la chasse pour 3 oiseaux des Antilles !

Suspension de la chasse pour 3 oiseaux des Antilles !

Vendredi 10 septembre, la justice a suspendu en urgence la chasse de trois espèces menacées dans les Antilles : la Barge hudsonienne, le Pigeon à cou rouge et la Colombe rouviolette. Des centaines d’oiseaux sont donc sauvés des fusils : une excellente nouvelle pour la biodiversité !

De gauche à droite : Colombe rouviolette, barge hudsonienne, pigeon à cou rouge

Cette belle victoire est le résultat d’une procédure menée par l’ASPAS , l’ASFA (Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles) et AEVA (Association pour l’Etude et la protection de la Vie sauvage dans les petites Antilles) auprès du Tribunal administratif de Basse-Terre en Guadeloupe. Elle intervient dans un contexte favorable, après des années de combat judiciaire en faveur de deux autres oiseaux en mauvais état de conservation pour lesquels nous avons déjà obtenu gain de cause : la grive à pattes jaunes et le pigeon à couronne blanche.

Une victoire contre le lobby de la chasse !

Initialement, le projet d’arrêté soumis à la consultation du public proposait l’interdiction de la chasse de la Barge hudsonienne sur l’ensemble du département de la Guadeloupe et de la collectivité de Saint-Martin (lire ici). La consultation publique organisée avait réuni 120 contributions dont 99 étaient favorables au projet en reconnaissant « le bien-fondé de la proposition de suspendre la chasse des 4 espèces à savoir, la grive à pieds jaunes, le pigeon à couronne blanche, le courlis corlieu et la barge hudsonienne compte tenu de leur mauvais état de conservation et de leur classement UICN ». 

Or, sous la pression des chasseurs, le préfet de la Guadeloupe n’a pas tenu compte des avis majoritaires du public et a finalement pris un arrêté autorisant la chasse de la barge hudsonienne, dans la limite de 2 barges par chasseur par jour… Sachant qu’il y a 2968 chasseurs en Guadeloupe et que la chasse est ouverte 123 jours, cela fait un maximum de 730 128 barges à tuer, sur une population totale de passage en Guadeloupe estimée à moins de… 250 !!

Concernant la colombe rouviolette et le pigeon à cou rouge, l’arrêté préfectoral autorise leur chasse durant 5 mois et demi (soit 77 jours de chasse) et ce, sans aucun quota ou plan de gestion. Or la période de chasse autorisée recouvre la période de nidification, de reproduction et de dépendance de l’espèce, en méconnaissance de l’article L.424-2 du code de l’environnement qui dispose que « les oiseaux ne peuvent être chassés ni pendant la période nidicole ni pendant les différents stades de reproduction et de dépendance »…

Sur la base de ces différents éléments, nos associations ont donc décidé de saisir le juge des référés pour demander la suspension en urgence de l’arrêté en ce qu’il autorise la chasse de la barge hudsonienne, de la colombe rouviolette et du pigeon à cou rouge. 

Extrait de l’ordonnance de suspension : 

« 4. En l’état de l’instruction, et compte tenu notamment de la circonstance, non contestée par le préfet, qu’aucune étude scientifique ne permet d’évaluer la population actuelle de Barge hudsonienne, de Colombe rouviolette et de Pigeon à cou rouge et sa dynamique en Guadeloupe et à Saint-Martin, et alors que les espèces précitées se distinguent par leur rareté ou leur caractère peu commun, les moyens tirés de la méconnaissance des dispositions de l’article L. 424-2 du code de l’environnement et de la méconnaissance du principe de précaution, ainsi que de l’erreur manifeste d’appréciation sont de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité des décisions attaquées. Dès lors, les associations requérantes sont fondées à en demander la suspension. »

Télécharger le jugement

 

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]