Sursis pour le loup dans la plaine des Vosges

Sursis pour le loup dans la plaine des Vosges

Fin novembre, Ségolène Royal et Stéphane Le Foll publiaient un arrêté autorisant les préfets des Vosges et de Meurthe et Moselle à ordonner l’abattage du seul loup de la plaine des Vosges, au mépris de la procédure légale et de la démocratie. Vendredi 16 décembre, suite au recours déposé par l’ASPAS, ASPA Vosges, FERUS, Oiseaux Nature, One Voice (membres de CAP Loup) et FLORE 54, le tribunal administratif de Nancy a suspendu en urgence l’arrêté ordonné dès le 1er décembre par les préfets.

loup-lmpUne fois de plus, l’État français se considérait au dessus des lois en autorisant illégalement le tir d’une espèce strictement protégée au niveau européen. En effet, la législation impose la mise en oeuvre de mesures de protection (1) avant d’autoriser les tirs : ici le juge a constaté l’insuffisance des moyens de protection mis en place sur cette zone.

Le tribunal administratif de Nancy avait déjà relevé  cette insuffisance quelques jours plus tôt (2), en annulant à la demande de l’ASPAS, du GEML et de la LPO Lorraine, un « tir de défense » ordonné dans cette zone. Deux autres devraient l’être prochainement si le tribunal suit les conclusions du rapporteur public rendues le même jour.

Le loup des Vosges n’est pas pour autant sorti de l’auberge, 9 « tirs de défense renforcée » continuent de pouvoir être mis en œuvre sur 33 communes de la plaine des Vosges. L’État et les préfets sont acharnés contre le loup mais nos associations sont tout aussi acharnées à le défendre. Face à cette traque forcenée, nous n’aurons de cesse de contester ces tirs, autant injustifiables qu’inutiles, et nous continuerons d’assurer une veille juridique afin de faire respecter les lois de protection de la nature.

Une meilleure cohabitation passe en priorité par une application complète et rigoureuse des mesures de protection des troupeaux, le sacrifice d’un ou plusieurs loups ne règlera en rien cette problématique.

Télécharger l’ordonnance

Voir dans la presse :
Vosges Télévision
Vosges Matin

(1) clôtures, chiens de protection, berger…
(2) Le 6 décembre

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]