Stop à la chasse pendant le brame !

Stop à la chasse pendant le brame !

Attendu avec trépidation chaque année par de nombreux passionnés, le brame des cerfs est l’un des plus beaux spectacles offerts par la nature. Malheureusement, cette période ô combien sensible pour ces magnifiques Rois des forêts attire aussi des chasseurs de trophées… Or aucune loi nationale n’interdit la chasse en période de brame, et l’Office National des Forêts (ONF) encourage même cette pratique scandaleuse dans certaines forêts domaniales, car elle leur rapporte de l’argent !

L’ASPAS, qui a déjà alerté sur le “drame de l’ONF” en 2012 puis en 2016, soutien la pétition lancée en 2021 par le Comité Ecologique Ariégois, adressée aux ministres Barbara Pompili et Julien Denormandie, ainsi qu’au directeur général de l’ONF.

 

Texte de la pétition :  

Lorsque la période du brame commence chez les cervidés (de mi septembre jusqu’à mi-octobre ou plus), le mâle (le cerf) en rut a toutes ses énergies concentrées sur l’accouplement et le combat contre d’autres mâles et il fait alors entendre un cri rauque et sonore qui s’entend à des km à la ronde le rendant facile à localiser.

Le « chasseur », en quête de trophée (la tête du cerf découpée sur la bête abattue est emportée pour être empaillée afin d’orner un mur de salon…) a légalement le droit de tirer sur les plus beaux spécimens de cerfs bramant en s’acquittant d’une taxe de prélèvement alimentant soit les caisses de l’ONF, organisateur de cette pratique éhontée dans les forêts domaniales, soit les caisses des Associations de chasse, qui sous-traitent cette chasse au trophée à de riches étrangers, sur des terrains privés.
Sans oublier certaines organisations privées qui exploitent la filière touristique pour une clientèle en recherche de sensations.

Malgré l’engagement de plusieurs associations de protection de la nature qui contestent cette pratique, il est très difficile de faire bouger les choses localement ou nationalement.

Pourtant, d’un point de vue éthique, il est inacceptable que le chasseur puisse s’approcher du cerf très vulnérable pendant cette période du brame, affaibli du fait qu’il mange peu et épuisé par les combats avec ses adversaires, les accouplements et la surveillance de la harde.

Surtout, cette pratique va à l’encontre d’une gestion raisonnable des cervidés. En effet celle-ci devrait porter autant que possible sur des animaux déficients. Or elle « prélève » les plus beaux spécimens et désorganise totalement les groupes sociaux. Elle sévit dans la période de reproduction, particulièrement délicate chez les cervidés : une femelle n’est en chaleur que quelques heures et la perturbation de leur rassemblement compromet gravement les chances de perpétuation de l’espèce. Cette chasse aux trophées agit exactement à l’inverse de la sélection naturelle car elle élimine les spécimens en meilleure santé, les meilleurs reproducteurs, appauvrissant ainsi le potentiel génétique de l’espèce et mettant à mal la santé de leur population.

Enfin, la chasse durant le brame fait prendre des risques injustifiés aux autres usagers de la nature désireux d’écouter les cerfs ; elle a pour conséquence de les priver de ce plaisir et elle nuit à leur intérêt pour l’observation naturaliste.

Ainsi, grâce à votre signature, nous souhaitons :
– Dénoncer le rôle ambigu de l’ONF (décidant du quota de cerfs à tirer) à la fois « gardien » de la forêt domaniale, tout en étant initiateur de ces « tour-opérateurs » de la chasse aux trophées ; ne serait-il pas envisageable de prévoir une nouvelle réglementation sur le ramassage des mues des cerfs dont les bénéfices reviendraient à l’Office, autre moyen de remplir leurs caisses, et cette fois de manière honorable ?

– Convaincre les ministres concernés et l’ONF, afin de modifier les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse pour le cerf, décidées sous la pression constante du lobby forestier privé et de l’ONF lui-même, et ainsi de reporter la date d’ouverture de la chasse au cerf sur le domanial et sur les terrains privés gérés par les associations et fédérations de chasse, au-delà de la période du brame.

– Permettre ainsi aux agents de l’office français de la biodiversité OFB, « police de l’environnement », de verbaliser ces chasses aux trophées. Avec la réglementation actuelle, ils ne peuvent qu’intervenir et interpeller un braconnier qui utilise une source lumineuse la nuit pour éblouir les cerfs bramant.

MERCI par avance de votre soutien pour relayer notre indignation relative à ce double scandale, mettant en lumière une pratique de chasse à l’encontre d’une gestion durable ainsi que le -mauvais- rôle de l’ONF dans cette mission qui ne devrait pas être la sienne.

 

Dernières actualités

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]

03.05.2024

Les chasseurs dans la rue pour défendre la barbarie du déterrage !

Ils veulent continuer à déterrer et à massacrer des familles entières de blaireaux, et ils entendent bien le faire savoir : détournant le véritable objet de la Journée mondiale des blaireaux – une grande action de sensibilisation lancée par l’ASPAS en 2022 pour dénoncer, justement, la cruauté de la vénerie sous terre, – la Fédération des […]