Soutenez la campagne Stop au massacre des blaireaux

Soutenez la campagne Stop au massacre des blaireaux

Chassé neuf mois et demi par an, déterré et extirpé de son terrier à l’aide de pinces après y avoir été acculé par des chiens, mordu, abattu à l’arme blanche ou jeté agonisant… autant d’horreurs vécues par le blaireau auxquels nous devons mettre fin.

Découvrez la campagne « Stop au massacre des blaireaux »

Madline Reynaud, Directrice de l’ASPAS, vous présente la campagne « Stop au massacre des blaireaux » qui débutera cet hiver.

SOUTENIR LA CAMPAGNE

Notre campagne Stop au massacre des blaireaux repose sur 3 piliers :

  1. Mettre en place un plaidoyer politique pour obtenir à terme la protection du blaireau, avec en 1er objectif la fin de la période complémentaire et l’interdiction du déterrage.
  2. Lancer une campagne d’information grand public & de mobilisation citoyenne, à travers des expositions, des évènements média, des vidéos…
  3. Porter le sujet en justice et saisir le Comité de Berne qui a classé le blaireau sur la liste des espèces de faunes protégées.

Le blaireau, animal discret et nocturne, joue un rôle essentiel dans les écosystèmes. Il participe à la régénération de la flore, par la dispersion des graines qu’il ingère, et accueille dans ses terriers des espèces protégées : chauves-souris, amphibiens, chat sauvage.

La France, en application de la Convention de Berne, doit surveiller les populations de blaireaux afin de leur assurer un état de conservation favorable, ce qu’elle ne fait pas. Pire, alors que le blaireau est protégé en Belgique, Irlande, Pays-Bas, Danemark, Portugal, Espagne, Italie, Grèce… car sa présence est le gage d’une nature préservée, il est classé comme gibier en France, et chassé sans répit neuf mois et demi par an. À partir de l’ouverture générale de la chasse en septembre, il est chassé par tir jusqu’à fin février, et déterré jusqu’à mi-janvier. Le déterrage (vénerie sous terre), peut être prolongé sur simple volonté du préfet et pratiqué dès le 15 mai, période où les blairelles s’occupent encore de leurs petits incapables de se nourrir seuls et extrêmement vulnérables. Un désastre pour cette espèce au faible taux de reproduction (seulement 2,7 blaireautins/an/femelle). De plus, le déterrage, qui consiste à lâcher des chiens pour acculer un blaireau dans son terrier, l’extirper et l’abattre, est une pratique cruelle incompatible avec la reconnaissance des animaux comme êtres sensibles.

Pour mener à bien cette campagne, votre soutien est très précieux !

Les dons serviront à financer un rapport d’expert, la réalisation et la diffusion des vidéos, la campagne de communication, ainsi que les frais d’avocat et de procédure.

JE FAIS UN DON

L’ASPAS est reconnue d’utilité publique depuis 2008. Sachez que 66 % de votre don à l’ASPAS est déductible de vos revenus imposables, dans la limite de 20 % de ceux-ci. Un don de 50 € vous revient à 17 € après déduction. Merci de votre soutien pour les blaireaux !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]