Seine-et-Marne : 2 victoires de plus pour les renards !

Seine-et-Marne : 2 victoires de plus pour les renards !

Saisi par l’ASPAS, le tribunal administratif de Melun a jugé illicite les opérations de « destruction » de renards qui ont pu avoir lieu entre juillet et décembre 2019 sur de nombreuses communes de Seine-et-Marne. 24h après la double victoire dans la Somme, ces deux nouveaux résultats en faveur de goupil sont une étape de plus vers la réhabilitation de ces petits prédateurs !

Les deux arrêtés contestés par l’ASPAS en Seine-et-Marne autorisaient différents lieutenants de louveterie (chasseurs bénévoles) à abattre les renards dans certaines communes bien définies, de jour comme de nuit… Le premier arrêté avait autorisé des opérations d’abattage du 9 juillet au 31 décembre 2019 d’un nombre illimité de renards sur plusieurs centaines de communes du département. Quant au deuxième, il a permis des tirs entre le 26 juillet et le 31 décembre sur des territoires plus urbains et péri-urbains.

En plus des renards, ces deux arrêtés concernaient également la chasse particulière de ragondins, de ratons laveurs et de chiens viverrins, trois espèces exogènes (importées en France par l’homme).

Dans son jugement daté du 3 mai 2021, le tribunal administratif de Melun a annulé les deux arrêtés en ce qu’ils autorisaient le tir de nuit de renards.

Extrait du jugement commun aux deux arrêtés annulés :

S’agissant de l’arrêté attaqué du 9 juillet 2019, il ressort des pièces du dossier que le préfet de Seine-et-Marne s’est fondé sur les motifs tirés de ce que, “au regard des comptages réalisés par la fédération départementale des chasseurs de Seine-et-Marne sur 14 Groupements d’Intérêt Cynégétique, la population de renards est en augmentation sur ces secteurs” et qu’il y a “intérêt à maintenir une activité relative à la chasse du petit gibier (comme le lièvre, le faisan et la perdrix) dans le département mise en exergue par le Schéma Départemental de Gestion Cynégétique et les efforts de gestion consentis dans ce sens par les chasseurs”. Par ailleurs, s’agissant de l’arrêté attaqué du 26 juillet 2019, il ressort de ses termes mêmes que le préfet de Seine-et-Marne n’a indiqué aucun motif justifiant l’autorisation des tirs de nuit pour détruire des renards entre le 26 juillet 2019 et le 31 décembre 2019. Or, en se bornant, dans ses mémoires en défense, à faire valoir dans des termes généraux que les renards sont une espèce nuisible, aux moeurs essentiellement nocturnes, que la prolifération des renards et les inconvénients qui en résultent sont une situation avérée de longue date dans le département de la Seine-et-Marne et que la présence de cette espèce demeure à un niveau significativement élevé, le préfet de Seine-et-Marne ne fournit, à l’appui de ses mémoires en défense, aucun élément de nature à justifier spécifiquement en quoi il serait nécessaire d’autoriser des tirs de nuit pour permettre la destruction du renard. Dans ces conditions, l’association pour la protection des animaux sauvages et du patrimoine naturel est fondée à soutenir qu’à défaut de justifier de la nécessité d’organiser ces tirs de nuit, le préfet de Seine-et-Marne, en prenant les arrêtés attaqués, a méconnu les dispositions précitées de l’article L.427-6 du code de l’environnement.

> Télécharger le jugement entier (PDF)

19 victoires contre les tirs de nuit de renards !

Ces deux nouveaux résultats en Seine-et-Marne enrichissent la jurisprudence en faveur des renards, et viennent se rajouter à la désormais longue liste de victoires remportées par l’ASPAS devant les tribunaux pour des arrêtés similaires. Outre la Seine-et-Marne, notre association a en effet obtenu gain de cause dans la Somme, le Pas-de-Calais, l’Oise, l’Eure, la Seine-Maritime, le Val d’Oise, la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, l’Aube, le Cher, les Ardennes et la Haute-Saône.

Le combat continue !

Cette décision est bien entendue locale, et ne concerne qu’un type de “destruction” : les tirs de nuit par les lieutenants de louveterie. Elle ne doit pas faire oublier que le renard est hélas toujours classé parmi les “espèces susceptibles d’occasionner des dégâts” (ESOD), et qu’à ce titre, l’animal est malgré lui victime de la chasse à tir, du déterrage et du piégeage. Ne baissons donc pas le bras, et continuons le combat de la sensibilisation !

… et pour que l’ASPAS continue à être aussi efficace, vous pouvez devenir adhérant ou faire un don. Merci pour votre soutien !

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]