Révélations sur les « cocottes d’élevage » des chasseurs : de la cage au carnage

Révélations sur les « cocottes d’élevage » des chasseurs : de la cage au carnage

Cages minuscules, entassement dans des hangars obscurs, stress et mort, voilà les tristes conditions d’élevage des dix-neuf millions de faisans et perdrix destinés chaque année au loisir de la chasse en France. L’ASPAS a enquêté sur une pratique bien éloignée de l’écologie dont se vantent les chasseurs.

L’ASPAS a réussi à filmer de l’intérieur 9 élevages de faisans et de perdrix dans l’Allier, la Drôme, l’Isère et le Gard. Leurs conditions y ressemblent terriblement à celles des animaux de boucherie.

Le calvaire débute par le maintien des oiseaux destinés à la reproduction dans de minuscules cages à sol grillagé. Les œufs étant placés ensuite en incubateurs jusqu’à l’éclosion, les poussins n’ont jamais de contact avec leur mère. Ils grandissent entassés dans des hangars obscurs entrainant stress et agressivité entre congénères. Pour éviter qu’ils ne s’entretuent à cause de cette concentration artificielle, les éleveurs accrochent souvent un ustensile en plastique dans leur bec, en perforant douloureusement la cloison nasale. Des mouvements de panique entrainent bien souvent collisions, pendaisons, écrasements ou étouffements.

Lorsqu’ils approchent de l’âge adulte, une partie des animaux sont placés dans des volières pour quelques semaines, avant d’être entassés dans des caisses, transportés en camion et livrés chez les gestionnaires cynégétiques qui les ont achetés.

Les chasseurs prétendent que ces élevages sont destinés à « renforcer les populations ». Mais tous les éleveurs chez qui nous avons enquêté ont confessé que ces lâchers de « cocottes » ont lieu quelques heures avant les parties de chasse du week-end, l’objectif étant juste de tirer sur des cibles faciles. La réalité est donc bien loin des discours officiels…

Par ailleurs, les études montrent que les animaux lâchés échappant aux tirs ont un taux de mortalité élevé. En cause : leur inadaptation à la vie sauvage. Dans la nature, les poussins suivent l’apprentissage de leur mère et apprennent à trouver de la nourriture et à échapper aux prédateurs. La vie en élevage ne le leur offre pas ces savoirs indispensables à leur survie.

Ces élevages violents pour les animaux et néfastes à la nature sont une preuve de plus que les chasseurs ne sont en rien les « premiers écologistes » qu’ils prétendent être. Pas dupes, les Français mis au courant de ces lâchers y sont majoritairement (65%) défavorables*.

Parce que ces pratiques sont cruelles, totalement inutiles et dépassées, l’ASPAS demande l’interdiction de l’élevage des animaux pour la chasse.

Une pétition est lancée pour soutenir cette demande :

SIGNEZ LA PÉTITION

Télécharger le rapport complet

Dernier articles de presse

21.06.2024

L’extrême droite, une menace pour le Vivant

Depuis plus de 40 ans, l’ASPAS se bat sans relâche pour faire reconnaître les droits des animaux sauvages et défendre l’expression de la nature dans toute sa diversité, toutes ses spécificités. Fière de son indépendance financière et politique, qui lui garantit une totale liberté d’action et de ton, l’ASPAS ne peut aujourd’hui rester silencieuse face […]

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]