Révélations sur les « cocottes d’élevage » des chasseurs : de la cage au carnage

Révélations sur les « cocottes d’élevage » des chasseurs : de la cage au carnage

Cages minuscules, entassement dans des hangars obscurs, stress et mort, voilà les tristes conditions d’élevage des dix-neuf millions de faisans et perdrix destinés chaque année au loisir de la chasse en France. L’ASPAS a enquêté sur une pratique bien éloignée de l’écologie dont se vantent les chasseurs.

L’ASPAS a réussi à filmer de l’intérieur 9 élevages de faisans et de perdrix dans l’Allier, la Drôme, l’Isère et le Gard. Leurs conditions y ressemblent terriblement à celles des animaux de boucherie.

Le calvaire débute par le maintien des oiseaux destinés à la reproduction dans de minuscules cages à sol grillagé. Les œufs étant placés ensuite en incubateurs jusqu’à l’éclosion, les poussins n’ont jamais de contact avec leur mère. Ils grandissent entassés dans des hangars obscurs entrainant stress et agressivité entre congénères. Pour éviter qu’ils ne s’entretuent à cause de cette concentration artificielle, les éleveurs accrochent souvent un ustensile en plastique dans leur bec, en perforant douloureusement la cloison nasale. Des mouvements de panique entrainent bien souvent collisions, pendaisons, écrasements ou étouffements.

Lorsqu’ils approchent de l’âge adulte, une partie des animaux sont placés dans des volières pour quelques semaines, avant d’être entassés dans des caisses, transportés en camion et livrés chez les gestionnaires cynégétiques qui les ont achetés.

Les chasseurs prétendent que ces élevages sont destinés à « renforcer les populations ». Mais tous les éleveurs chez qui nous avons enquêté ont confessé que ces lâchers de « cocottes » ont lieu quelques heures avant les parties de chasse du week-end, l’objectif étant juste de tirer sur des cibles faciles. La réalité est donc bien loin des discours officiels…

Par ailleurs, les études montrent que les animaux lâchés échappant aux tirs ont un taux de mortalité élevé. En cause : leur inadaptation à la vie sauvage. Dans la nature, les poussins suivent l’apprentissage de leur mère et apprennent à trouver de la nourriture et à échapper aux prédateurs. La vie en élevage ne le leur offre pas ces savoirs indispensables à leur survie.

Ces élevages violents pour les animaux et néfastes à la nature sont une preuve de plus que les chasseurs ne sont en rien les « premiers écologistes » qu’ils prétendent être. Pas dupes, les Français mis au courant de ces lâchers y sont majoritairement (65%) défavorables*.

Parce que ces pratiques sont cruelles, totalement inutiles et dépassées, l’ASPAS demande l’interdiction de l’élevage des animaux pour la chasse.

Une pétition est lancée pour soutenir cette demande :

SIGNEZ LA PÉTITION

Télécharger le rapport complet

Dernier articles de presse

20.09.2023

Un mauvais Plan pour tuer plus de loups

Nos associations dénoncent un nouveau Plan National d’Actions Loup (PNA) qui, au lieu d’être un projet de conservation de l’espèce, devient un plan dédié uniquement à l’élevage pour occire toujours plus de loups sous la pression des lobbies anti-loup.  Pire, le Plan consacre une part importante de ses actions à étudier la possibilité d’un déclassement […]

14.09.2023

L’ASPAS inaugure à Melle (79) le premier Havre de Vie Sauvage® de France 

Avec l’inauguration le 17 septembre prochain du tout premier Havre de Vie Sauvage® de France, à l’occasion des Journées du Patrimoine 2023, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), les propriétaires Jacques et Nathalie Debuire et la commune de Melle (79) s’engagent ensemble à laisser la nature évoluer à sa guise sur un site […]

06.09.2023

Justice pour le Vivant : après une victoire historique, les ONG font appel pour obliger l’Etat à revoir l’évaluation des risques des pesticides

COMMUNIQUÉ  – Les 5 ONG environnementales* de Justice pour le Vivant ont fait appel d’une partie du jugement rendu par le tribunal administratif de Paris le 29 juin dernier, afin d’obliger l’Etat à combler les failles des méthodes d’évaluation des risques des pesticides, reconnues de manière historique dans le premier verdict. L’Etat, condamné à respecter […]

28.08.2023

La France continue de tuer inutilement des loups en grand nombre

Communiqué de presse du 24 août 2023  Le 25 juillet 2023, la seconde brigade grands prédateurs terrestres a été inaugurée à Rodez, dans le département de l’Aveyron. Cette brigade est composée d’agents de l’Office français de la biodiversité qui auront pour objectif d’intervenir sur deux espèces : les Loup et les Ours. Leur secteur de compétence s’étendra des Pyrénées à […]

08.08.2023

Vénerie sous terre des blaireaux : le Conseil d’Etat reconnaît la protection accordée aux “petits”

Saisi par l’ASPAS, AVES France et One Voice, le Conseil d’Etat a rendu le 28 juillet dernier sa décision relative à la légalité de l’article du code de l’environnement autorisant l’ouverture de périodes complémentaires de vénerie sous terre des blaireaux par les préfets. S’il s’agit d’une décision en demi-teinte, les enseignements ont déjà pour effet […]