Retour vers le futur : les renards épargnés dans le Doubs !

Retour vers le futur : les renards épargnés dans le Doubs !

Grâce à l’action du collectif Renard Doubs*, dont fait partie l’ASPAS, un arrêté préfectoral prévoit la « Suspension des opérations de destruction du renard » dans 117 communes du département du Doubs, jusqu’en juin 2020. Les longues années d’acharnement des associations pour demander la réhabilitation du renard sont enfin en train de porter leurs fruits !

Certes, il va encore falloir du temps administratif avant que les arrêtés en faveur du renard dépassent le langage schizophrénique où l’on peut lire dans un même document que « considérant que le renard est classé susceptible d’occasionner des dégâts » … Il est proposé de « favoriser la prédation exercée sur les campagnols par le renard ». Pour ça, il faudra simplement ajouter le renard (comme toutes les espèces mal-aimées d’ailleurs), à la liste des espèces protégées ! Rêvons un peu, puisque nous sommes dans le présent du futur… Avouez que nous sommes tellement habitués à déchiffrer des textes juridiques et administratifs où il est question de « destruction » de renards, par acte de déterrage, piégeage, tirs de jour comme de nuit, quelle que soit l’époque de l’année, que cet arrêté nous paraît surréaliste / futuriste !

Oui, ce ne sont que 117 villages d’un seul département : cela peut paraître faible rapporté aux 36 000 communes de France, mais d’autres territoires connaissent des actions similaires et c’est une preuve de plus que la prise de conscience à l’égard des renards et de leur utilité pour l’agriculture est grandissante, au niveau local et préfectoral. Un jour (mais là c’est peut-être carrément de la science-fiction !), les renards seront simplement considérés par l’Etat pour ce qu’ils sont pour eux-mêmes, et pas pour les services qu’ils peuvent rendre à la société. Que nos ministres de l’écologie et de l’agriculture en prennent bonne note !

Télécharger l’arrêté (PDF)

*Le collectif Renard Doubs souhaite fédérer toutes les associations qui, d’une manière ou d’une autre, se sentent concernées par les problématiques soulevées par l’écologie du renard. À ce jour, le collectif regroupe 40 structures.

Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]