Requins à La Réunion : Les autorités persistent dans leur gestion criminelle

Requins à La Réunion : Les autorités persistent dans leur gestion criminelle

Pour la protection des requinsComment penser qu’on éloigne les requins en leur offrant des appâts, et en poussant la population à manifester contre les océans et ceux qui les protègent ? Ce récent drame, de dimanche dernier, prouve l’irresponsabilité de cette gestion. En attendant le prochain…

Nous nous associons, avec émotion et tristesse, à la douleur de la famille et des proches d’Elio.
Sa jeune vie a été fauchée dans des conditions dramatiques, et la vie de ceux qui l’aimaient ne sera plus qu’une longue souffrance qu’aucune parole ne pourra apaiser. Nous sommes unis à eux par la pensée dans cette terrible épreuve.

Mais nous déplorons qu’une nouvelle fois, la préfecture lance une pêche de représaille aveugle après ce terrible accident, au prétexte de « sécuriser le périmètre » d’une zone qu’elle interdit pourtant de fréquentation. Nous déplorons que la préfecture préfère tuer des requins après un accident plutôt que de faire appliquer ses propres arrêtés dont le respect aurait épargné deux jeunes vies.

Comme à Étang-Salé, cet accident s’est produit en plein centre d’une zone où une pêche intensive aux requins a été pratiquée. Cette zone était la vitrine des programmes Cap requins et Valo requins. Une soixantaine de requins tigres et bouledogues ont été officiellement pêchés autour du lieu de l’accident. Combien d’autres l’ont été sans aucun contrôle ? En aucun endroit au monde autant de requins de ces espèces ont été «prélevés» sur une aussi petite zone. Cela n’a rien empêché.

Quelques jours avant, des drum lines ont été installés à quelque distance de part et d’autre du lieu de l’accident. Nous déplorons que la présence de ces engins, dont le prétendu rôle d’effarouchement et de protection a longtemps été évoqué, même dans les plus hautes sphères, puisse inciter des enfants et jeunes à transgresser l’interdit.

requin-bouledogueIl est temps que tous prennent conscience du danger que représente un appâtage et une pêche au requin à proximité des zones balnéaires.

Chaque appât, chaque prise accessoire, et elles sont nombreuses, chaque requin pris qui se débat attire d’autres requins vers les zones balnéaires.

Nous répétons une nouvelle fois, trop tard peut-être, qu’il est criminel d’installer des drum lines appâtées près des plages et qu’une prétendue pêche de régulation autour d’une île minuscule, ouverte sur le grand large, est un placebo démagogique et dangereux.

L’océan Indien est et restera un milieu dangereux qui ne s’apprivoise pas. Les marins, des pêcheurs, les Réunionnais le savent depuis toujours. Il faut d’abord enseigner par la prévention, le risque à nos enfants avant de prétendre, avec humilité, vouloir en repousser la limite.

Le collectif des associations :

ASPAS, fondation Brigitte Bardot, Longitude 181, Requin Integration, Sea Shepherd, Tendua, Vague.

Dernier articles de presse

21.06.2024

L’extrême droite, une menace pour le Vivant

Depuis plus de 40 ans, l’ASPAS se bat sans relâche pour faire reconnaître les droits des animaux sauvages et défendre l’expression de la nature dans toute sa diversité, toutes ses spécificités. Fière de son indépendance financière et politique, qui lui garantit une totale liberté d’action et de ton, l’ASPAS ne peut aujourd’hui rester silencieuse face […]

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]