Pas-de-Calais : La fable du renard, du cygne et du chasseur

Pas-de-Calais : La fable du renard, du cygne et du chasseur

renard110Pour son rôle indispensable de prédateur, l’image du renard est de plus en plus positive pour certains agriculteurs. Mais pas pour une grande majorité de chasseurs… C’est l’histoire de l’arroseur arrosé : le Parc naturel régional des caps et marais d’Opale (Pas-de-Calais), a demandé au ministère de l’Écologie une autorisation de destruction de Cygnes tuberculés dans le marais audomarois, à cheval sur le Nord et le Pas-de-Calais, sous prétexte qu’ils commettent certains dégâts aux cultures maraîchères.

La demande a reçu l’aval du CNPN (Conseil national de protection de la nature) mais, dans son avis, il précise qu’une autorisation de destruction des cygnes ne saurait être donnée que si les chasseurs s’abstiennent de traquer les prétendus « nuisibles », c’est-à-dire les fouines, les putois, les belettes et bien sûr les renards afin qu’ils puissent jouer leur rôle de régulateurs des espèces. En effet, tous ces animaux sont potentiellement des prédateurs de l’espèce à différents stages de son développement (œufs, jeunes, adultes).
Une logique facile à comprendre qui a conduit le préfet du Nord à retenir cet avis dans sa proposition au ministère et à ne pas classer nuisible le renard dans le marais audomarois (contrairement à son collègue du 62).

montagefableCette proposition a fortement déplu aux chasseurs du Pas-de-Calais qui viennent de réagir par le biais de leur président, niant furieusement le rôle naturel des prédateurs.

Aujourd’hui encore, le rôle inestimable des renards est rejeté par les chasseurs. En outre, le classement « nuisible » des Mustélidés, renards et Corvidés, leur permet de prolonger à loisir leurs actes de destruction de la faune sauvage tout au long de l’année. Pourtant, les témoignages de cultivateurs en faveur des renards se font de plus en plus nombreux et remontent aux associations de défense de la nature.

couvsEn vue de sensibiliser les citoyens et les élus, l’ASPAS publie une brochure « Vive le renard », rédigée par des biologistes et des naturalistes réputés, distribue gratuitement un dépliant et propose une exposition pour le grand public. Une pétition est également en ligne pour faire entendre la voix du renard et de la raison.

Brochure disponible pour les journalistes qui en feraient la demande.

 

Contacts presse :
Alain Ward, Vice-Président du Groupe Ornithologique et Naturaliste du Nord – Pas de Calais (GON) 
Marc Giraud, Vice-Président de l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS)
 
logos

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]