Par grand froid, la chasse est-elle toujours autorisée ?

Par grand froid, la chasse est-elle toujours autorisée ?

En cas de « gel prolongé » néfaste au gibier, le préfet peut limiter la chasse pour une durée maximum de 10 jours renouvelable (art. R. 424-3 du code de l’environnement). Mais il ne s’agit que d’une faculté et non d’une obligation pour le préfet.

Pour guider les préfets dans leur décision, un protocole national « gel prolongé » (Circulaire du 8 mars 2013 relative aux actions à conduire liées à un contexte de gel prolongé) prévoit une veille des prévisions météo par l’Office français de la biodiversité.

Une procédure d’alerte comprenant la communication aux préfets des dernières données météorologiques et ornithologiques est ensuite déclenchée si les circonstances climatiques répondent à des conditions précisément définies. Cependant, ces conditions sont tellement extrêmes qu’elles empêchent toute application utile de ce protocole : pendant une durée prévisible d’au moins 6-7 jours consécutifs, des températures moyennes de 10°C en-dessous des normales saisonnières, des températures minimales inférieures à -5°C et une absence de dégel.

La suspension de la chasse peut ne concerner que certaines espèces. Or celles-ci seront inévitablement perturbées par les chasseurs venus abattre d’autres animaux qui ne bénéficient pas de cette relative protection.

Enfin, les textes n’imposent pas aux préfets de prendre en compte les « zones refuges » que les oiseaux gagnent pour échapper au grand froid qui sévit ailleurs, mais où la chasse n’a pas été suspendue. C’est le cas de la bécasse des bois qui fuit l’arrivée des vagues de froid venues de l’Est, et cherche refuge dans des régions occidentales épargnées par ces intempéries, mais où les attendent les “bécassiers” tirant, sans gloire, des oiseaux souvent affaiblis par leur long voyage.

Toutes vos questions

Dernières actualités

21.03.2023

Parole de chasseurs : “Abattre des arbres pour protéger les animaux” !

C’est un courrier pour le moins assez hallucinant qu’a reçu Annie*, sympathisante de l’ASPAS et propriétaire de plusieurs parcelles de forêt en Haute-Savoie : en février 2023, l’association de chasse locale lui demande expressément l’autorisation de créer sur ses terrains des “zones de refuge” pour favoriser la reproduction des animaux qui seraient dérangés par les […]

16.03.2023

Une 2e journée mondiale pour les blaireaux !

Après le succès de la 1re édition, l’ASPAS propose de remettre les blaireaux, les blairelles et les blaireautins à l’honneur, le 15 mai 2023 ! Envie de prendre part à cette 2e Journée Mondiale, placée sous l’angle de la sensibilisation ? Partagez votre évènement via notre formulaire en ligne. Un an après, ils n’ont toujours […]

14.03.2023

Et si vous créiez votre propre réserve naturelle ?

Vous en entendez parler depuis quelque temps déjà… Ils sont enfin là les Havres de Vie Sauvage®, les petits frères de nos grandes Réserves de Vie Sauvages® !   Ce jeudi 9 mars, après avoir longtemps mûri le projet, l’ASPAS lance un nouveau programme de réserves naturelles vraiment naturelles, pour tous les propriétaires fonciers qui veulent garantir à leurs terrains une protection sur le long terme, grâce au dispositif foncier ORE (Obligation réelle […]

07.03.2023

Pas de répit pour les sangliers en mars

Chasser les sangliers jusqu’au 31 mars, c’est possible dans une très large majorité de départements depuis l’entrée en vigueur du décret n°2020-59, publié le 29 janvier 2020… Avec ça et l’ouverture anticipée de la chasse le 1er juin, les sangliers sont donc persécutés par le loisir de la chasse 10 mois sur 12. Et rien […]

03.03.2023

La menace “ESOD” pèse toujours sur le putois…

Le putois d’Europe va mal. Depuis les années 70 sa population est en déclin. En cause : la disparition des zones humides, des haies, l’augmentation des grandes cultures intensives, la densification du réseau routier, entres autres. Mais aussi, en France, le piégeage et la chasse… En juillet 2021, l’ASPAS et d’autres associations ont remporté une […]