Où sont passés les 3 petits sangliers d’Etaux ?

Où sont passés les 3 petits sangliers d’Etaux ?

Le 21 juin dernier, une éleveuse de chevaux à Etaux en Haute-Savoie a contacté l’ASPAS pour lui signaler la présence de 3 marcassins sur sa propriété. Ce sont des animaux très peu farouches, et pour cause : marqués à l’oreille, ils proviennent vraisemblablement d’un élevage, et sont donc habitués à être nourris par l’homme… Or il n’y a pas d’élevage de sangliers (déclaré) à proximité ; on peut donc supposer qu’ils ont été volontairement relâchés pour la chasse… une pratique pourtant totalement interdite en France.

Les jours passent, et les 3 petits sangliers semblent élire domicile dans la ferme de Mme Coste, où elle les voit souvent traverser la route chercher la compagnie de ses chevaux, dans la prairie. Ils sont tellement peu sauvages qu’elle parvient à les photographier de très près. Les jours passent, et de plus en plus de curieux viennent les observer depuis leur voiture.

De peur que les marcassins soient abattus, Mme Coste entreprend des démarches pour qu’un parc animalier puisse les accueillir. Dans le même temps, une pétition est lancée, vite signée par plus de 50 000 personnes. Ayant eu vent de l’affaire, des chasseurs se présentent alors sur place en promettant à Mme Coste qu’ils seraient capturés et placés dans un parc ou ils ne seraient pas chassés. C’est en ce sens que les signataires de la pétition ont obtenu un message annonçant victoire.

Hélas, peu de temps après, d’autres individus habillés « en uniforme » d’après le témoignage de Mme Coste (lieutenants de louveterie ? Agents de l’OFB ?) se présentent au domicile de Mme Coste et la mettent en garde contre la capture de ces animaux, invoquant le risque qu’ils soient porteurs de la peste porcine. Quelques jours plus tard, les marcassins disparaissent… Ont-ils été abattus ? Déplacés ? A ce stade Mme Coste n’a pas obtenu de réponse, mais elle a sa petite idée…

Sangliers : la gestion catastrophique des chasseurs 

Dans les années 1960, les sangliers étaient bien plus rares qu’aujourd’hui. A l’époque, ce sont les paysans eux-mêmes qui « gardaient » leurs cultures, avec un « droit d’affût » prévu par le Code rural. Une disposition qui a été modifiée sur demande des chasseurs, afin qu’ils puissent récupérer, au début des années 70, la « gestion » des sangliers dans l’idée de relancer la course aux trophées. C’est là que les choses se gâtent. Pour s’assurer un gibier abondant, les « premiers écologistes » de l’époque ont élevé des sangliers en les croisant parfois avec des cochons domestiques (les fameux « cochongliers »), puis les ont lâchés dans la nature et les ont nourris artificiellement. Aujourd’hui, nos « pompiers-pyromanes » doivent gérer l’explosion des populations et la multiplication des dégâts agricoles qui sont en partie liées à cette gestion calamiteuse, et à certaines pratiques opaques toujours en vigueur : agrainage, chasse sélective, élevages clandestins…

Élevages clandestins & évasions des parcs de chasse

Officiellement les chasseurs le nient, évidemment, mais les élevages clandestins de sangliers (souvent hybridés avec des cochons domestiques) sont une réalité en France, de même que des relâchers sauvages. Ces pratiques sont marginales, mais elles existent. En Normandie, par exemple, deux élevages illicites ont été révélés au grand jour en 2019 (lire ici).

Par ailleurs, il arrive que des sangliers s’échappent des élevages, parcs et enclos de chasse (oui, en France, chasser des sangliers et autres animaux maintenus en captivité est légal ! Notre campagne à ce sujet : aspas-nature.org/chasse-enclos). Une enquête de l’ONCFS de 2012* a révélé que pour 10% de la totalité de ces structures en France, « l’état de la clôture est considéré comme douteux ou non étanche ». Ce sont ainsi plus de 1100 sangliers qui se seraient échappés entre 2006 et 2008. Les données sont un peu anciennes, mais vu l’opacité qui règne autour de ces lieux peu contrôlés, on imagine sans peine que ces évasions sont toujours une réalité en 2020.

* Saint-Andrieu et al. 2012. 

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]