On tue trop de loups en France mais Ségolène Royal en veut toujours plus !

On tue trop de loups en France mais Ségolène Royal en veut toujours plus !

Dans le cadre des abattages autorisés chaque année par l’État, un 36ème loup vient d’être tué légalement  jeudi 6 avril. C’est le 43ème loup en comptant les loups morts suite à des collisions routières. Les loups sont désormais menacés en France à cause de la multiplication des tirs, selon une étude commandée par le ministère de l’Écologie au Muséum National d’Histoire Naturelle et à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, rendue le 24 mars 2017.

À partir de travaux récents, l’étude scientifique conclut en substance que les tirs de loups autorisés par l’état sont actuellement trop nombreux pour maintenir une population stable ou en croissance, et que leur efficacité pour protéger les troupeaux n’est pas prouvée.

Et d’ajouter que « les méthodes non létales pour réduire les dégâts sur les troupeaux seraient plus efficaces et plus justifiables que les tirs de prédateurs. »

Avec 36 animaux abattus cette saison, le plafond accordé à titre dérogatoire est atteint, plus aucun tir ne peut donc être effectué.

Ségolène Royal s’apprête donc à autoriser l’abattage de 4 loups supplémentaires, alors que les tirs d’effarouchements non létaux restent possibles pour protéger les troupeaux

Veut-elle l’extinction totale d’une espèce protégée ??

L’ASPAS demande en urgence à Ségolène Royal de ne pas rehausser ce plafond.

L’ASPAS demande à l’État d’arrêter cette politique de tirs de loups.

Signez la pétition ICI

Vidéo et montage : Adrien Favre

Enregistrer

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

08.11.2022

10 victoires contre le déterrage des blaireaux

Depuis le début de l’année 2022, sur les 11 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 10 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Dernière […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]