“NUISIBLES” : 14 espèces déclassées par le Conseil d’Etat

“NUISIBLES” : 14 espèces déclassées par le Conseil d’Etat

Le Conseil d’État annule, dans ses décisions n°393045 et n°393090 du 14 juin 2017, l’arrêté du ministre chargé de l’Écologie du 30 juin 2015 en ce qu’il classe 14 espèces sur les listes d’espèces “nuisibles” dans 12 départements, en considérant que :

En ce qui concerne le département de l’Aube :
17. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 4 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département de l’Aube, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement dans ce département ;

En ce qui concerne le département de l’Aude :
18. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 3 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département de l’Aude, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement dans ce département ;

En ce qui  concerne le département  de la Haute-Loire :
26. Considérant, d’autre part, qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que la corneille noire, le corbeau freux et la pie bavarde, dont quelque 1 200, 800 et 6 400 spécimens ont été respectivement prélevés pendant la période 2011-2014, seraient répandus de façon significative dans ce département ; que s’il est soutenu en défense, s’agissant de la corneille noire, qu’un guide ornithologique publié en 2002 mentionnerait la présence dans ce département de 10 000 à 20 000 couples, ces données anciennes n’établissent pas la présence significative de l’espèce à la date de l’arrêté attaqué ; qu’il ne ressort pas davantage des pièces du dossier que la corneille noire, le corbeau freux et la pie bavarde seraient à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Marne :
32. Considérant que s’il ressort des pièces du dossier que la fouine est répandue de façon significative dans le département de la Marne, le ministre ne fait pas état en défense de caractéristiques géographiques, économiques et humaines propres au département de la Marne dont il découlerait que cette espèce serait susceptible d’y causer des dommages significatifs aux intérêts protégés par le IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ; qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives à ces mêmes intérêts ;

En ce qui concerne le département de Meurthe-et-Moselle :
34. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 900 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans ce département, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Moselle :
36. Considérant, en second lieu, qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la belette, dont moins de 150 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans ce département, ni que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Nièvre :
37. Considérant que s’il ressort des pièces du dossier que la pie bavarde est répandue de façon significative dans le département, le ministre ne fait pas état en défense de caractéristiques géographiques, économiques et humaines propres au département de la Nièvre dont il découlerait que cette espèce serait susceptible d’y causer des dommages significatifs aux intérêts protégés par le IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ; qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives à ces mêmes intérêts ;

En ce qui concerne le département des Hautes-Pyrénées :
44. Considérant que le ministre ne fait pas état en défense de caractéristiques géographiques, économiques et humaines propres au département des Hautes-Pyrénées dont il découlerait que la pie bavarde serait susceptible d’y causer des dommages significatifs aux intérêts protégés par le IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ; qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives à ces mêmes intérêts ;

En ce qui concerne le département du Haut-Rhin :
45. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 1 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département du Haut-Rhin, ni que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Savoie :
46. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la fouine, dont environ 300 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département de la Savoie, ni que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département du Var :
49. Considérant, d’autre part, qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont environ 1 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département du Var, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Haute-Vienne :
52. Considérant, d’autre part, qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que l’étourneau sansonnet serait répandu de façon significative dans ce département ; qu’en particulier, alors que cette espèce était classée comme nuisible entre 2012 et 2015, il n’est fait état d’aucun prélèvement d’étourneau sansonnet pendant cette période ; qu’il ne ressort pas davantage des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

Télécharger la décision : “Nuisibles” – Conseil d’Etat – 2017

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]