“NUISIBLES” : 14 espèces déclassées par le Conseil d’Etat

“NUISIBLES” : 14 espèces déclassées par le Conseil d’Etat

Le Conseil d’État annule, dans ses décisions n°393045 et n°393090 du 14 juin 2017, l’arrêté du ministre chargé de l’Écologie du 30 juin 2015 en ce qu’il classe 14 espèces sur les listes d’espèces “nuisibles” dans 12 départements, en considérant que :

En ce qui concerne le département de l’Aube :
17. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 4 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département de l’Aube, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement dans ce département ;

En ce qui concerne le département de l’Aude :
18. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 3 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département de l’Aude, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement dans ce département ;

En ce qui  concerne le département  de la Haute-Loire :
26. Considérant, d’autre part, qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que la corneille noire, le corbeau freux et la pie bavarde, dont quelque 1 200, 800 et 6 400 spécimens ont été respectivement prélevés pendant la période 2011-2014, seraient répandus de façon significative dans ce département ; que s’il est soutenu en défense, s’agissant de la corneille noire, qu’un guide ornithologique publié en 2002 mentionnerait la présence dans ce département de 10 000 à 20 000 couples, ces données anciennes n’établissent pas la présence significative de l’espèce à la date de l’arrêté attaqué ; qu’il ne ressort pas davantage des pièces du dossier que la corneille noire, le corbeau freux et la pie bavarde seraient à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Marne :
32. Considérant que s’il ressort des pièces du dossier que la fouine est répandue de façon significative dans le département de la Marne, le ministre ne fait pas état en défense de caractéristiques géographiques, économiques et humaines propres au département de la Marne dont il découlerait que cette espèce serait susceptible d’y causer des dommages significatifs aux intérêts protégés par le IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ; qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives à ces mêmes intérêts ;

En ce qui concerne le département de Meurthe-et-Moselle :
34. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 900 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans ce département, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Moselle :
36. Considérant, en second lieu, qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la belette, dont moins de 150 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans ce département, ni que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Nièvre :
37. Considérant que s’il ressort des pièces du dossier que la pie bavarde est répandue de façon significative dans le département, le ministre ne fait pas état en défense de caractéristiques géographiques, économiques et humaines propres au département de la Nièvre dont il découlerait que cette espèce serait susceptible d’y causer des dommages significatifs aux intérêts protégés par le IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ; qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives à ces mêmes intérêts ;

En ce qui concerne le département des Hautes-Pyrénées :
44. Considérant que le ministre ne fait pas état en défense de caractéristiques géographiques, économiques et humaines propres au département des Hautes-Pyrénées dont il découlerait que la pie bavarde serait susceptible d’y causer des dommages significatifs aux intérêts protégés par le IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ; qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives à ces mêmes intérêts ;

En ce qui concerne le département du Haut-Rhin :
45. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont moins de 1 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département du Haut-Rhin, ni que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Savoie :
46. Considérant qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la fouine, dont environ 300 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département de la Savoie, ni que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département du Var :
49. Considérant, d’autre part, qu’il ne ressort des pièces du dossier ni que la pie bavarde, dont environ 1 000 spécimens ont été prélevés pendant la période 2011-2014, serait répandue de façon significative dans le département du Var, ni qu’elle serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

En ce qui concerne le département de la Haute-Vienne :
52. Considérant, d’autre part, qu’il ne ressort pas des pièces du dossier que l’étourneau sansonnet serait répandu de façon significative dans ce département ; qu’en particulier, alors que cette espèce était classée comme nuisible entre 2012 et 2015, il n’est fait état d’aucun prélèvement d’étourneau sansonnet pendant cette période ; qu’il ne ressort pas davantage des pièces du dossier que cette espèce serait à l’origine d’atteintes significatives aux intérêts protégés par les dispositions du IV de l’article R. 427-6 du code de l’environnement ;

Télécharger la décision : “Nuisibles” – Conseil d’Etat – 2017

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]