Merci Nicolas Hulot, honte au lobby chasse

Merci Nicolas Hulot, honte au lobby chasse

La démission de Nicolas Hulot a montré que ce sont aujourd’hui les lobbies qui gouvernent. À l’heure où la biodiversité est si menacée, celui de la chasse joue un rôle destructeur majeur qui ne va pas s’arrêter. L’ASPAS s’inquiète pour l’avenir de la nature, pour la sécurité des promeneurs ou encore pour le projet de réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées, jusqu’ici une des rares victoires de N. Hulot.

Les chasseurs sont chez eux à l’Élysée

Pour l’ex-ministre de la Transition écologique et solidaire, la goutte qui a fait déborder le vase a été cette énième réunion hier lundi avec le président de la Fédération Nationale des Chasseurs de France, devant lequel le gouvernement s’est encore mis à genoux. La présence au dernier moment de Thierry Coste, lobbyiste de la FNC, a montré à quel point les chasseurs se sentent chez eux à l’Élysée, alors que les associations de la protection de la nature n’y sont conviées que rarement.

L’influence des lobbys

Le lobby chasse vient d’imposer aux responsables politiques de maintenir la chasse à des oiseaux en mauvais état de conservation, comme l’alouette des champs et la tourterelle des bois. Quant aux oiseaux encore communs, la « gestion adaptative » des espèces remet sévèrement en cause leur protection.
Bien qu’ils appartiennent à une espèce protégée, les loups sont traités à coups de fusil au mépris des lois européennes, les lynx sont braconnés dans l’indifférence de l’État, les renards sont massacrés par centaines de milliers, la chasse à courre perdure et les humains ne sont pas épargnés : les accidents de chasse mortels et les multiples litiges avec les promeneurs n’ont toujours pas incité l’État à instaurer une trêve de la chasse le dimanche, comme l’ASPAS et l’opinion publique le réclament depuis une trentaine d’années déjà.

Contre tout cela, Nicolas Hulot n’a rien pu faire

Ce ne sont pas des couleuvres qu’il a avalées, mais bien des boas. Nous saluons néanmoins son courage, sa persévérance et sa sincérité.
Et maintenant, que va-t-il se passer ?
Nous avons de fortes raisons d’être très inquiets.

Dernier articles de presse

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]