Merci Nicolas Hulot, honte au lobby chasse

Merci Nicolas Hulot, honte au lobby chasse

La démission de Nicolas Hulot a montré que ce sont aujourd’hui les lobbies qui gouvernent. À l’heure où la biodiversité est si menacée, celui de la chasse joue un rôle destructeur majeur qui ne va pas s’arrêter. L’ASPAS s’inquiète pour l’avenir de la nature, pour la sécurité des promeneurs ou encore pour le projet de réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées, jusqu’ici une des rares victoires de N. Hulot.

Les chasseurs sont chez eux à l’Élysée

Pour l’ex-ministre de la Transition écologique et solidaire, la goutte qui a fait déborder le vase a été cette énième réunion hier lundi avec le président de la Fédération Nationale des Chasseurs de France, devant lequel le gouvernement s’est encore mis à genoux. La présence au dernier moment de Thierry Coste, lobbyiste de la FNC, a montré à quel point les chasseurs se sentent chez eux à l’Élysée, alors que les associations de la protection de la nature n’y sont conviées que rarement.

L’influence des lobbys

Le lobby chasse vient d’imposer aux responsables politiques de maintenir la chasse à des oiseaux en mauvais état de conservation, comme l’alouette des champs et la tourterelle des bois. Quant aux oiseaux encore communs, la « gestion adaptative » des espèces remet sévèrement en cause leur protection.
Bien qu’ils appartiennent à une espèce protégée, les loups sont traités à coups de fusil au mépris des lois européennes, les lynx sont braconnés dans l’indifférence de l’État, les renards sont massacrés par centaines de milliers, la chasse à courre perdure et les humains ne sont pas épargnés : les accidents de chasse mortels et les multiples litiges avec les promeneurs n’ont toujours pas incité l’État à instaurer une trêve de la chasse le dimanche, comme l’ASPAS et l’opinion publique le réclament depuis une trentaine d’années déjà.

Contre tout cela, Nicolas Hulot n’a rien pu faire

Ce ne sont pas des couleuvres qu’il a avalées, mais bien des boas. Nous saluons néanmoins son courage, sa persévérance et sa sincérité.
Et maintenant, que va-t-il se passer ?
Nous avons de fortes raisons d’être très inquiets.

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]