Mayotte : prison ferme pour les braconniers de tortues

Mayotte : prison ferme pour les braconniers de tortues

À Mayotte, île française de l’archipel des Comores, le braconnage des tortues est un fléau. Ce week-end, une opération de police a permis l’arrestation de cinq braconniers qui venaient de capturer une tortue verte de 150 kg, prête à pondre. Hier lundi, ils ont été jugés en comparution immédiate : quatre d’entre eux ont été condamnés à de la prison ferme. L’ASPAS, partie civile, se félicite de cette condamnation réactive et sévère.

Dans la nuit du vendredi 17 au samedi 18 août, lors d’une opération de lutte contre le braconnage sur l’île de Mayotte, cinq individus ont été interpellés par les inspecteurs de l’environnement, du service départemental de l’AFB. Une femelle tortue marine (de l’espèce tortue verte) d’environ 150 kg a été découverte à bord de leur véhicule. Les braconniers étaient armés de plusieurs sabres, d’un couteau et d’une bombe lacrymogène. Hier, lundi 20 août, ils ont été jugés selon la procédure de comparution immédiate. Réactive, l’ASPAS s’était immédiatement portée partie civile.

Des condamnations sévères

  • Six mois de prison ferme, une amende de 1 000 euros, la confiscation du véhicule ayant servi à commettre l’infraction pour le surnommé « Nabhane » (33 ans). Sa demande de dispense de l’inscription de la condamnation au casier judiciaire a été rejetée ; il devait intégrer la fonction publique après avoir réussi le concours de surveillant pénitentiaire.
  • Six mois de prison ferme pour le plus jeune (26 ans).
  • Douze mois de prison ferme avec mandat de dépôt et incarcération à l’issue de l’audience pour le surnommé « Chef Dé » (49 ans) qui fait office de meneur
  • Douze mois de prison ferme pour le « Docteur » (50 ans), qui s’est vanté au cours de l’enquête, d’avoir dépecé toutes les tortues de Mohéli (une des trois îles autonomes qui composent l’archipel des Comores) avant de venir à Mayotte.

La menace de l’extinction

À Mayotte, le lagon est régulièrement fréquenté par deux espèces de tortues marines : la tortue imbriquée et la tortue verte.

« Le braconnage féroce, dont elles sont victimes pour leur carapace ou pour leur viande, engage sérieusement leur avenir, souligne Madline Reynaud, Directrice de l’ASPAS.
Si l’ASPAS  se félicite de ces condamnations réactives et sévères, elle demande à ce que les peines contre les braconniers soient encore plus lourdes pour être réellement dissuasives. »

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]