Mayotte : de la prison ferme pour des braconniers de tortue

Mayotte : de la prison ferme pour des braconniers de tortue

Lundi 12 août a eu lieu à Mayotte le procès de 3 braconniers originaires de Mamoudzou, arrêtés par des inspecteurs de l’environnement de l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) le 25 juillet dernier. L’interpellation avait eu lieu au moment où ils chargeaient dans leur véhicule 69 kg de viande provenant d’une tortue qu’ils venaient tout juste de tuer et de dépecer, sur une plage du nord de l’île.

Outre une amende de 250 euros, le juge a prononcé à l’encontre des accusés 8 mois de prison ferme pour chacun des deux tueurs, et 3 mois de prison avec sursis pour le conducteur du véhicule, considéré comme complice. Quant aux associations qui se sont portées parties civiles dans cette affaire (l’ASPAS, Oulanga Na Nyamba et les Naturalistes de Mayotte), elles obtiennent chacune 500 euros de dommages et intérêts.

Carapace de la tortue braconnée le 25 juillet 019 © Agence Française pour la Biodiversité, Service Départemental de Mayotte

Cette nouvelle affaire de braconnage démantelée par les personnels de l’AFB survient peu de temps après deux autres affaires similaires. Dans la première, l’un des braconniers était un récidiviste qui avait auparavant été employé par la Collectivité pour surveiller la plage de Moya, l’un des plus importants sites de ponte des tortues. Il avait écopé d’une peine d’un an de prison avec mandat de dépôt.

Dans la seconde affaire, les braconniers avaient été interceptés lorsqu’ils avaient chargé une tortue entière d’environ 150 kilos dans leur véhicule. Condamnés également à des peines de 12 mois de prison, plusieurs étaient déjà connus de la justice pour les mêmes faits. La voiture avait été confisquée par décision du tribunal correctionnel pour marquer la détermination des autorités judiciaires à sanctionner lourdement de tels agissements.

Depuis la précédente arrestation en mai dernier, la plage de Papani n’avait pas fait l’objet de nouveaux cas de braconnage constatés par le réseau Remmat (Réseau Echouages Mammifères Marins et Tortues de Mayotte). Ceci confirme que les actions menées par les acteurs locaux produisent leurs effets.

Si les inspecteurs de l’environnement de l’AFB à Mayotte ne ménagent pas leurs efforts pour lutter contre ces atteintes à la biodiversité, ils déplorent de ne disposer que de 7 personnes sur place, effectif très insuffisant pour assurer ce type de missions aussi bien à terre qu’en mer, plus particulièrement sur les 1100 kilomètres/carrés du lagon mahorais.

Dernières actualités

14.06.2024

Pour « L’agriculteur normand », la voiture est « un prédateur du blaireau »…

Humour de très mauvais goût ou incitation implicite au braconnage ?… Relayant la frustration des chasseurs de l’Eure, privés de déterrage de blaireaux ce printemps suite à une récente victoire en justice des associations, le journal L’Agriculteur normand peut sembler encourager à demi-mot, dans un article daté du 12 juin 2024, la destruction de ces […]

11.06.2024

« Goupil score » : déclare ton massacre de renards à la FDC 87 !

Après la « brigade d’action contre les corvidés » (BACC 87) en partenariat avec la FNSEA, le défilé « Au bonheur des veneurs1 » à Limoges pour défendre la passion barbare du déterrage, la Fédération des chasseurs de la Haute-Vienne innove encore un peu plus dans le genre massacre ludique d’animaux sauvages : via sa plateforme baptisée « Goupil score », lancée […]

07.06.2024

Elections européennes : votez pour la nature !!

Chasse aux loups, recul sur les pesticides, destruction des habitats naturels… Contre les graves risques de régressions actuelles, votre vote pour la nature est essentiel ce 9 juin ! Voici quelques pistes pour vous aider dans votre choix… Fidèle à sa volonté de conserver toute son indépendance politique et sa liberté d’action, l’ASPAS se gardera bien […]

06.06.2024

Crise agricole et biodiversité : non à la loi qui facilitera la destruction d’espèces protégées !

L’ASPAS est co-signataire de la pétition interassociative initiée par Animal Cross pour demander au gouvernement de revoir l’article 13 du projet de loi sur l’orientation agricole : en l’état, le texte prévoit une dépénalisation de l’atteinte aux espèces protégées, ce qui constituerait une atteinte gravissime à la protection de la nature avec un retour en […]

29.05.2024

Agissons contre la chasse d’été !

Comme si la chasse en automne et en hiver ne suffisait pas, une majorité de préfectures autorise aussi la chasse d’été, et ce à partir du 1er juin ! Les animaux à subir ces nouveaux assauts sont principalement les sangliers, les chevreuils (surtout les mâles qui font de beaux trophées), et les renards… Les renards […]