Marineland d’Antibes : derrière, le business… la détresse

Marineland d’Antibes : derrière, le business… la détresse

orques110Et derrière la réouverture du parc, les plaintes déposées par trois associations de protection des animaux pour cruauté et maltraitance. Non, le public ne peut plus se satisfaire de spectacles mercantiles basés sur des souffrances.

À quelques semaines de la ré-ouverture du parc marin, les associations « Réseau-Cétacés », « C’est Assez ! » et « ASPAS » rappellent qu’elles ont déposé une plainte officielle le 29 décembre 2015, contre la société Marineland qui exploite le parc marin et animalier d’Antibes et contre ses dirigeants, auprès du Tribunal de Grande Instance de Grasse, par l’intermédiaire de Maître Alexandre Faro, Avocat au Barreau de Paris.

Les chefs d’accusation retenus sont la commission d’actes de cruauté et de maltraitance envers les cétacés, le défaut de soins et la mise à mort sans nécessité.

Orque_Marineland-1Cette plainte est accompagnée de 4 témoignages édifiants dont celui de John Hargrove, qui lèvent le voile sur la condition des cétacés captifs au Marineland. En voici un extrait : « … Un matin, en arrivant au travail, nous avons trouvé sept orques grièvement brûlées, lésions provoquées par une défaillance du système de filtration dans la nuit qui envoyait du chlore en continu dans le bassin. Les orques étaient tellement brûlées qu’elles n’arrivaient pas à ouvrir les yeux, même pas pour se nourrir… Cet incident a aussi provoqué des problèmes de peau.

Des lambeaux de peau tombaient au niveau de la tête et du dos. Pendant des jours, leur peau était gravement endommagée et exposée aux infections bactériennes… ».

Ne laissons plus sous silence les actes de cruauté envers des animaux tenus en captivité, les actes de mauvais traitements envers des animaux et les atteintes involontaires à la vie ou à l’intégrité des animaux tenus en captivité.

La France doit profiter de la présence des cétacés libres et présents tout le long de son littoral pour envisager de revoir sa législation vis-à-vis de leur détention en captivité.

Télécharger le dossier de presse

#PourUneFranceSansDelphinarium

Signez la pétition : Pour la fermeture de Marineland à Antibes

Sans titre

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]