Lynx : un PNA qui manque d’ambition

Lynx : un PNA qui manque d’ambition

Jusqu’au 27 octobre 2021, le public est invité à se prononcer sur le nouveau Plan national d’actions pour la sauvegarde du Lynx boréal (2022-2026). Malgré de bonnes intentions, les moyens alloués sont clairement insuffisants au regard de la capacité d’accueil des lynx dans nos grands massifs. Pour des écosystèmes riches et équilibrés, limitons la chasse loisir, laissons respirer les grands prédateurs !  

La France dispose de massifs susceptibles d’héberger de belles populations de lynx boréal (Vosges, Jura, Alpes et Massif central). Dans toutes ces montagnes, le retour de la forêt, et d’une façon plus générale le réensauvagement, sont en cours avec la progression des effectifs d’ongulés. Rappelons qu’il y a plus de lynx en Suisse (population est estimée à plus de 250 individus) que sur l’entièreté du territoire français !

Malheureusement, en France, les deux proies principales du lynx sont soumises à une régulation cynégétique excessive (chevreuils) voire inutile (chamois). Il conviendrait de laisser se développer davantage les populations de chevreuils et de protéger celles de chamois, pour favoriser le renforcement des populations du prédateur.

Un autre problème qui reste à résoudre, notamment dans les Alpes, est la libre circulation à grande échelle. Comme l’ont parfaitement réalisé nos voisins allemands dans le Palatinat, en France des réintroductions devraient être envisagées dans les Alpes du Sud et le Massif central. En ajoutant cette mesure au PNA, on pourrait ainsi avoir à terme une meilleure couverture nationale et des populations fortes qui garantiraient la pérennité de la présence de l’espèce. 

L’acceptation des grands prédateurs par les populations locales est naturellement une des clés du succès de toute politique de réensauvagement, et l’ASPAS reconnaît les efforts proposés par le PNA pour améliorer les conditions de coexistence entre le lynx et l’humain. Mais l’exemple allemand démontre qu’il est possible d’agir pour la biodiversité sans se coucher devant les lobbies de la chasse et de l’élevage. Favoriser le retour naturel des lynx comme le propose le PNA, n’est pas suffisant pour assurer la pérennité de l’espèce.  Contrairement au loup, le grand félidé met beaucoup plus de temps à reconquérir de nouveaux espaces : seules des réintroductions permettraient de rétablir le lynx dans un état de conservation favorable en France.

Réduire le braconnage en formant les chasseurs à la connaissance des lynx, voilà une autre idée toute louable, prévue par ce PNA. Sauf que… l’encadrement de ces formations sera confié à la Fédération Nationale des Chasseurs ! Étant donné l’aversion des chasseurs pour l’ensemble des prédateurs petits comme grands, considérés par nos chers « premiers écolos » comme d’injustes concurrents, il y a de quoi être sceptique.

Par ailleurs, les moyens financiers prévus pour lutter contre la destruction illégale du lynx restent très insuffisants et le remplacement des animaux détruits illégalement est une nécessité qui doit être envisagée dès la mise en œuvre de ce plan. 

Participez à la consultation publique

 

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]