Lynx : un PNA qui manque d’ambition

Lynx : un PNA qui manque d’ambition

Jusqu’au 27 octobre 2021, le public est invité à se prononcer sur le nouveau Plan national d’actions pour la sauvegarde du Lynx boréal (2022-2026). Malgré de bonnes intentions, les moyens alloués sont clairement insuffisants au regard de la capacité d’accueil des lynx dans nos grands massifs. Pour des écosystèmes riches et équilibrés, limitons la chasse loisir, laissons respirer les grands prédateurs !  

La France dispose de massifs susceptibles d’héberger de belles populations de lynx boréal (Vosges, Jura, Alpes et Massif central). Dans toutes ces montagnes, le retour de la forêt, et d’une façon plus générale le réensauvagement, sont en cours avec la progression des effectifs d’ongulés. Rappelons qu’il y a plus de lynx en Suisse (population est estimée à plus de 250 individus) que sur l’entièreté du territoire français !

Malheureusement, en France, les deux proies principales du lynx sont soumises à une régulation cynégétique excessive (chevreuils) voire inutile (chamois). Il conviendrait de laisser se développer davantage les populations de chevreuils et de protéger celles de chamois, pour favoriser le renforcement des populations du prédateur.

Un autre problème qui reste à résoudre, notamment dans les Alpes, est la libre circulation à grande échelle. Comme l’ont parfaitement réalisé nos voisins allemands dans le Palatinat, en France des réintroductions devraient être envisagées dans les Alpes du Sud et le Massif central. En ajoutant cette mesure au PNA, on pourrait ainsi avoir à terme une meilleure couverture nationale et des populations fortes qui garantiraient la pérennité de la présence de l’espèce. 

L’acceptation des grands prédateurs par les populations locales est naturellement une des clés du succès de toute politique de réensauvagement, et l’ASPAS reconnaît les efforts proposés par le PNA pour améliorer les conditions de coexistence entre le lynx et l’humain. Mais l’exemple allemand démontre qu’il est possible d’agir pour la biodiversité sans se coucher devant les lobbies de la chasse et de l’élevage. Favoriser le retour naturel des lynx comme le propose le PNA, n’est pas suffisant pour assurer la pérennité de l’espèce.  Contrairement au loup, le grand félidé met beaucoup plus de temps à reconquérir de nouveaux espaces : seules des réintroductions permettraient de rétablir le lynx dans un état de conservation favorable en France.

Réduire le braconnage en formant les chasseurs à la connaissance des lynx, voilà une autre idée toute louable, prévue par ce PNA. Sauf que… l’encadrement de ces formations sera confié à la Fédération Nationale des Chasseurs ! Étant donné l’aversion des chasseurs pour l’ensemble des prédateurs petits comme grands, considérés par nos chers « premiers écolos » comme d’injustes concurrents, il y a de quoi être sceptique.

Par ailleurs, les moyens financiers prévus pour lutter contre la destruction illégale du lynx restent très insuffisants et le remplacement des animaux détruits illégalement est une nécessité qui doit être envisagée dès la mise en œuvre de ce plan. 

Participez à la consultation publique

 

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]