Lynx : un PNA qui manque d’ambition

Lynx : un PNA qui manque d’ambition

Jusqu’au 27 octobre 2021, le public est invité à se prononcer sur le nouveau Plan national d’actions pour la sauvegarde du Lynx boréal (2022-2026). Malgré de bonnes intentions, les moyens alloués sont clairement insuffisants au regard de la capacité d’accueil des lynx dans nos grands massifs. Pour des écosystèmes riches et équilibrés, limitons la chasse loisir, laissons respirer les grands prédateurs !  

La France dispose de massifs susceptibles d’héberger de belles populations de lynx boréal (Vosges, Jura, Alpes et Massif central). Dans toutes ces montagnes, le retour de la forêt, et d’une façon plus générale le réensauvagement, sont en cours avec la progression des effectifs d’ongulés. Rappelons qu’il y a plus de lynx en Suisse (population est estimée à plus de 250 individus) que sur l’entièreté du territoire français !


Malheureusement, en France, les deux proies principales du lynx sont soumises à une régulation cynégétique excessive (chevreuils) voire inutile (chamois). Il conviendrait de laisser se développer davantage les populations de chevreuils et de protéger celles de chamois, pour favoriser le renforcement des populations du prédateur.


Un autre problème qui reste à résoudre, notamment dans les Alpes, est la libre circulation à grande échelle. Comme l’ont parfaitement réalisé nos voisins allemands dans le Palatinat, en France des réintroductions devraient être envisagées dans les Alpes du Sud et le Massif central. En ajoutant cette mesure au PNA, on pourrait ainsi avoir à terme une meilleure couverture nationale et des populations fortes qui garantiraient la pérennité de la présence de l’espèce. 


L’acceptation des grands prédateurs par les populations locales est naturellement une des clés du succès de toute politique de réensauvagement, et l’ASPAS reconnaît les efforts proposés par le PNA pour améliorer les conditions de coexistence entre le lynx et l’humain. Mais l’exemple allemand démontre qu’il est possible d’agir pour la biodiversité sans se coucher devant les lobbies de la chasse et de l’élevage. Favoriser le retour naturel des lynx comme le propose le PNA, n’est pas suffisant pour assurer la pérennité de l’espèce.  Contrairement au loup, le grand félidé met beaucoup plus de temps à reconquérir de nouveaux espaces : seules des réintroductions permettraient de rétablir le lynx dans un état de conservation favorable en France.


Réduire le braconnage en formant les chasseurs à la connaissance des lynx, voilà une autre idée toute louable, prévue par ce PNA. Sauf que… l’encadrement de ces formations sera confié à la Fédération Nationale des Chasseurs ! Étant donné l’aversion des chasseurs pour l’ensemble des prédateurs petits comme grands, considérés par nos chers « premiers écolos » comme d’injustes concurrents, il y a de quoi être sceptique.


Par ailleurs, les moyens financiers prévus pour lutter contre la destruction illégale du lynx restent très insuffisants et le remplacement des animaux détruits illégalement est une nécessité qui doit être envisagée dès la mise en œuvre de ce plan. 


Participez à la consultation publique

Dernières actualités

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]

09.02.2024

“GOUPIL” n°156, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce premier Goupil de l’année 2024, outre un gros dossier central consacré à la chasse et à ses nuisances, vous découvrirez nos dernières actions pour les loups, les ours, les blaireaux, les bouquetins du Bargy, les oiseaux menacés dans les Antilles et bien d’autres espèces encore… Avec, comme d’habitude, vos rubriques juridiques préférées (coin […]