LOUPS 3 – PREFETS 0

LOUPS 3 – PREFETS 0

Troisième victoire de l’ASPAS contre les arrêtés illégaux des préfets : l’association obtient à nouveau la suspension des tirs de loups, cette fois-ci dans la Drôme.
Après la suspension de 7 arrêtés de tirs dans les Alpes-Maritimes, puis de 2 arrêtés dans les Alpes-de-Haute-Provence, 2 nouveaux arrêtés de tirs dans la Drôme viennent d’être suspendus par le Tribunal administratif de Grenoble à la demande de l’ASPAS  et de la LPO Drôme.

Notons qu’à la suite de ces premières victoires des protecteurs de la nature, et la date d’audience approchant, le préfet de la Drôme venait de modifier ses propres arrêtés pour tenter de leur donner une apparence de légalité. Le juge n’a pas été dupe.

Le Juge administratif a estimé que ces arrêtés, en prévoyant le tir de plusieurs loups lors de la même opération, ne respectaient pas le protocole interministériel du 15 mai 2013 et l’article 16 de la Directive Habitat permettant de déroger à la protection stricte du loup. Le juge relève également l’insuffisance des mesures de protection effectivement mises en oeuvre par les éleveurs concernés. L’ASPAS déplore de devoir avoir recours à la justice pour faire respecter la loi et les espèces protégées, ce que veulent les citoyens.

80% des Français* sont « farouchement opposés à l’éradication du loup » et 76 % considèrent que le prédateur a toute sa place dans notre pays, que ces sondés soient urbains ou ruraux.

Avec ou sans loup, la filière ovine se porte mal économiquement. Les deux tiers de l’élevage sont subventionnés, et les contribuables seraient en droit de demander des comptes sur ce que l’on fait de leur argent. Certaines associations demandent l’arrêt de ces subventions tant que les éleveurs ne respecteront pas le reste de la population. Beaucoup d’anti-loups se comportent comme si la montagne leur appartenait, méprisant leurs concitoyens (dont beaucoup exercent des professions aussi dures que les leurs), qui désirent profiter eux aussi d’une nature authentique.

Combien de temps encore l’État se servira du loup comme bouc émissaire de la crise de la filière ovine ? Combien de temps pour qu’enfin les affirmations et propositions de protection des troupeaux par les spécialistes du loup soient reconnues et mises en place par les services de l’État ? L’ASPAS condamne fermement la politique anti-loups relayée par le gouvernement.

*Source : Sondage IFOP, commandé par l’ASPAS et One Voice, du 24 au 27 septembre 2013, sur un panel de 1000 personnes représentatives de la population française.

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]