LOUP : La tuerie continue !

LOUP : La tuerie continue !

Le plafond de 43 loups à abattre en 2018 a été atteint cette semaine : 39 ont été abattus sur ordre de l’État français, 4 ont été braconnés (dernier cas décompté le 17/10/2018 : un loup empoisonné en Drôme). L’État en offre 8 de plus aux éleveurs.

Pour la protection des loups

Mais ce n’est pas tout !

Dans les chiffres annoncés par l’État sur le site de la DREAL, et plus précisément le tableau du Bilan du protocole d’intervention sur la population de loups au 19/10/2018 : en plus de 43 loups abattus et décomptés du plafond depuis le 1er janvier, 12 loups supplémentaires sont morts de façon non naturelle (collision routière ou ferroviaire), 5 autres sont morts de cause à cette heure inconnue… et 1 serait mort de façon naturelle.

Ce sont donc au total 61 et non pas 43 loups en moins dans la population lupine française encore fragile depuis le début de l’année.

Et des analyses sont toujours en cours sur les cas de mortalité inconnue. Elles vont peut-être mettre à jour de nouveaux cas de braconnage…

Sans même attendre ces résultats, le préfet de Région a immédiatement et de nouveau rehaussé le plafond de tir en signant un nouvel arrêté le 16/10/2018 autorisant l’abattage de 8 loups supplémentaires !

Pourtant, cette tuerie est inefficace, elle ne fait pas baisser les dommages : voir tableau des dégâts.

Dans le cadre de l’application du nouveau Plan National Loup, le Préfet coordonnateur, dont les pouvoirs ont été étendus depuis le 12 septembre 2018 a en effet la possibilité, dès le plafond atteint, de rehausser de 2% le nombre de loups à abattre… Soit 12% de la population de loups.

Le nouveau « Quota de chasse » qui devrait être légalement un plafond à ne surtout pas dépasser est désormais porté à 51 loups. Voir la triste carte de France des loups morts

L’ASPAS dénonce cette rehausse et cette politique de tir inefficace et illégale.

76 % des Français considèrent que le loup a toute sa place dans la nature en France, et 80 % sont farouchement opposés à son éradication. Seulement 6 % de nos compatriotes se montrent fermement opposés à sa présence, notamment chez les plus de 65 ans. Malgré une proportion très légèrement plus forte des jeunes et des femmes, l’adhésion au loup est donc globale et massive. Télécharger le sondage Ifop

Signer la pétition 

 

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]