LOUP : La tuerie continue !

LOUP : La tuerie continue !

Le plafond de 43 loups à abattre en 2018 a été atteint cette semaine : 39 ont été abattus sur ordre de l’État français, 4 ont été braconnés (dernier cas décompté le 17/10/2018 : un loup empoisonné en Drôme). L’État en offre 8 de plus aux éleveurs.

Pour la protection des loups

Mais ce n’est pas tout !

Dans les chiffres annoncés par l’État sur le site de la DREAL, et plus précisément le tableau du Bilan du protocole d’intervention sur la population de loups au 19/10/2018 : en plus de 43 loups abattus et décomptés du plafond depuis le 1er janvier, 12 loups supplémentaires sont morts de façon non naturelle (collision routière ou ferroviaire), 5 autres sont morts de cause à cette heure inconnue… et 1 serait mort de façon naturelle.

Ce sont donc au total 61 et non pas 43 loups en moins dans la population lupine française encore fragile depuis le début de l’année.

Et des analyses sont toujours en cours sur les cas de mortalité inconnue. Elles vont peut-être mettre à jour de nouveaux cas de braconnage…

Sans même attendre ces résultats, le préfet de Région a immédiatement et de nouveau rehaussé le plafond de tir en signant un nouvel arrêté le 16/10/2018 autorisant l’abattage de 8 loups supplémentaires !

Pourtant, cette tuerie est inefficace, elle ne fait pas baisser les dommages : voir tableau des dégâts.

Dans le cadre de l’application du nouveau Plan National Loup, le Préfet coordonnateur, dont les pouvoirs ont été étendus depuis le 12 septembre 2018 a en effet la possibilité, dès le plafond atteint, de rehausser de 2% le nombre de loups à abattre… Soit 12% de la population de loups.

Le nouveau « Quota de chasse » qui devrait être légalement un plafond à ne surtout pas dépasser est désormais porté à 51 loups. Voir la triste carte de France des loups morts

L’ASPAS dénonce cette rehausse et cette politique de tir inefficace et illégale.

76 % des Français considèrent que le loup a toute sa place dans la nature en France, et 80 % sont farouchement opposés à son éradication. Seulement 6 % de nos compatriotes se montrent fermement opposés à sa présence, notamment chez les plus de 65 ans. Malgré une proportion très légèrement plus forte des jeunes et des femmes, l’adhésion au loup est donc globale et massive. Télécharger le sondage Ifop

Signer la pétition 

 

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]