Loup abattu à Bormes-les-Mimosas : la justice classe l’affaire sans suite…

Loup abattu à Bormes-les-Mimosas : la justice classe l’affaire sans suite…

Le 14 février 2019, un loup a été aperçu dans un camping de Bormes-les-Mimosas, dans le Var. Jugé “agressif”, il a été abattu par les Gendarmes sans autorisation de l’ONCFS. Plusieurs témoins de la scène ont contacté l’ASPAS pour contredire la version officielle, en assurant que ce loup ne montrait aucun signe d’agressivité, et qu’il tentait plus de fuir que d’attaquer qui que ce soit.

Fort de ces éléments, l’ASPAS a donc décidé de porter plainte contre X afin que lumière soit faite sur les circonstances de cette mise à mort. C’est le Tribunal de Grande Instance de Toulon qui a été saisi de l’affaire.

Capture d’écran du site de France Bleu Provence-Alpes-Côte-d’Azur le 14 février 2019

Hélas, la justice a décidé de classer la plainte sans suite début septembre… Pourquoi ? Parce que « les faits révélés ou dénoncés dans la procédure ont été commis en état de légitime défense. Dès lors, la responsabilité pénale de l’auteur ne peut pas être retenue. L’état de légitime défense ne permet pas d’octroyer des dommages et intérêts pour ces faits. Le contexte des faits (présence d’un loup menaçant dans une zone fréquentée et touristique en période de vacances scolaires par temps ensoleillé, en pleine matinée, le jour du marché hebdomadaire du Lavandou vers lequel le loup se dirigeait au cours de sa course sur plusieurs kilomètres) a contraint les militaires de la gendarmerie à faire usage de leurs armes afin de protéger les personnes. Action légitime et proportionnée au danger ci-dessus caractérisé. »

En 2019, la peur du grand méchant loup plane donc toujours sur les villes et campagnes françaises… Oui, le loup est un animal sauvage, et un incident peut arriver. Mais gardons raison : depuis qu’il est revenu naturellement en France par les Alpes, il y a plus de 20 ans, aucune morsure sur un humain n’a été déplorée… Ce qui n’est pas le cas des chiens, dont les morsures représentent, chaque année en France, plusieurs milliers de recours aux urgences. De 1990 à 2010, les chiens ont été à l’origine de 33 décès (Enquête INSEE 2010). Rappelons aussi qu’il y a à peine 10 jours, dans l’Aisne, une femme enceinte de 6 mois est morte de manière terriblement tragique sous les crocs d’une meute de chiens…

Si un jour un incident impliquait un loup, le fait serait aussi exceptionnel que le décès de cet homme qui, en novembre 2016 en Gironde, a été mis à mort par… un mouton.

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]