Loi biodiversité : écrivez à votre député !

Loi biodiversité : écrivez à votre député !

Lors de l’examen du projet de loi sur la création de l’Office Français de la Biodiversité, les 11 et 12 avril 2019, les sénateurs, sous grosse influence du lobby chasse, ont jugé bon de faire une avalanche de cadeaux aux chasseurs. Sanctuarisation des chasses traditionnelles, prolongation des périodes de chasse des oiseaux migrateurs, gestion adaptative des espèces qui ouvre la porte à de nouvelles espèces chassables… des mesures dont on se demande bien quel rapport elles ont avec la protection de la biodiversité !

© R. Holding

Suite à ces décisions scandaleuses pour remanier la loi biodiversité à l’avantage des chasseurs, l’ASPAS a lancé une pétition avec d’autres associations (signez ici !) et vous invite à réagir pour demander à ce que l’esprit originel de cette loi soit respecté : la protection et la restauration de la biodiversité.

Faites savoir avec diplomatie à vos parlementaires ce que vous pensez de ces décisions et demandez-leur de vraiment protéger notre environnement et les animaux sauvages. Vous trouverez les noms et e-mails des députés de votre département sur ce site et pour les sénateurs, c’est ici.

Vous pouvez vous inspirer de ce modèle de lettre : 

Objet : Non à une loi chasse ! Oui à une loi biodiversité !

Monsieur le député, Madame la députée,

Les 11 et 12 avril 2019, le Sénat a profondément dénaturé le projet de fusion entre l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et l’Agence Française de la Biodiversité. L’origine du projet visait à donner naissance à l’Office français de la biodiversité, dont l’unique mission se devait d’être de « protéger et restaurer la biodiversité ».

Vous n’êtes pas sans savoir que nous vivons de plein fouet, en parallèle à la crise climatique, la 6e extinction de masse. La France n’y échappe pas, avec une faune qui s’appauvrit à un rythme alarmant. Face à cette urgence, il est totalement incompréhensible d’accorder autant d’importance aux chasseurs dans ce nouvel organisme. Bien qu’ils aiment se définir comme écologistes car ils estiment favoriser les milieux naturels pour la faune et la flore (et surtout leur « gibier »), leur motivation est toujours la même : tuer toujours plus, et plus longtemps. Or « protéger pour mieux tuer » n’est pas une devise dont la biodiversité française a besoin.

Quel est le sens de lâcher chaque année des millions d’animaux d’élevages dans la nature, dans le seul but de les massacrer dans les heures, les jours et les semaines qui suivent ? 

Parmi les nombreux cadeaux offerts aux chasseurs dans le cadre de ce projet de loi, la sanctuarisation des chasses dites « traditionnelles » est inadmissible : en quoi la chasse à courre ou la chasse à la glu contribuent-elles à protéger et restaurer la biodiversité ?

Idem pour le nouveau concept de « gestion adaptative des espèces » : quelle justification éthique, philosophique et scientifique peut-on bien donner au fait de pouvoir tirer toute espèce à partir du moment où elle est jugée « en bon état de conservation » ?

Quant au délit d’entrave à la chasse, voter une telle mesure punitive ne ferait qu’embraser un peu plus les tensions déjà vives entre des citoyens excédés par les abus de la chasse (balles perdues, agressions physiques, incivilités…) et des chasseurs.

Monsieur le député, Madame la députée, si nous vous avons élu, c’est pour que vous œuvriez pour une vraie politique de transition écologique à tous les étages ; ne nous tournez pas le dos, ne cédez pas comme tant d’autres à l’influent lobby chasse infiltré dans nos institutions, dont le seul but est de conserver et renforcer les privilèges des chasseurs. Le nombre de chasseurs diminue d’année en année, ce qui est une bonne nouvelle pour la nature, qui est tout à fait capable de s’autoréguler, par nature…

Une grande majorité de Français est défavorable à la chasse en France, et de plus en plus de citoyens déterminent leur vote en fonction des positions des candidats sur l’écologie et la chasse, d’après un sondage paru en janvier 2019.

N’est-il pas temps de faire confiance aux associations de protection de la nature, qui disposent d‘une forte expérience et d’un réel savoir-faire en matière de sauvegarde de la biodiversité, en s’appuyant sur une large communauté scientifique dans laquelle la chasse ne trouve aucune justification ?

J’espère sincèrement que vous prendrez en compte mon avis, et que vous voterez en faveur d’un Office français de la biodiversité qui soit réellement au service de la biodiversité.  

Respectueusement vôtre,

Votre Nom
Code postal et Ville

Dernières actualités

16.04.2024

Bouquetins du Bargy : du mieux mais des animaux sains toujours menacés d’abattage !

Trois nouveaux arrêtés sont actuellement soumis à consultation publique jusqu’au 25 avril par la préfecture de Haute-Savoie, visant à lutter contre l’enzootie de brucellose au sein des populations de bouquetins sauvages dans les massifs du Bargy et des Aravis. L’ASPAS vous invite à y participer en refusant toute opération visant à abattre des bouquetins potentiellement […]

16.04.2024

La Poste milite en faveur des renards !

De superbes photos de renards dans leur milieu naturel sur des timbres 20g, et un message de sensibilisation sur la place du petit carnivore dans l’écosystème : l’ASPAS ne peut que saluer cette initiative de La Poste, entreprise de service public, qui propose à la vente dès le 3 juin prochain un « collector » à tirage limité* […]

04.04.2024

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, […]

03.04.2024

L’Etat doit faire plus pour les ours en France ! 

Si le dernier bilan démographique publié par l’Office Français de la biodiversité (OFB) révèle une légère progression de la population des ours dans les Pyrénées en 2023, le brassage génétique est toujours préoccupant et on est encore loin du seuil minimal de viabilité de l’espèce. Redonnons sa place à l’ours dans les grands massifs de […]

27.03.2024

Le col de Lizarrieta, zone Natura 2000 plombée par la chasse !  

Une étude publiée par l’association CPAL* alerte sur les taux anormalement élevés de plomb contenu dans le sol et les organismes vivants du col de Lizarrieta, un site très prisé par les chasseurs d’oiseaux migrateurs…  Véritable hot-spot de la migration, le col de Lizarrieta situé sur la commune de Sare (64) est tristement célèbre pour […]