Loi biodiversité : écrivez à votre député !

Loi biodiversité : écrivez à votre député !

Lors de l’examen du projet de loi sur la création de l’Office Français de la Biodiversité, les 11 et 12 avril 2019, les sénateurs, sous grosse influence du lobby chasse, ont jugé bon de faire une avalanche de cadeaux aux chasseurs. Sanctuarisation des chasses traditionnelles, prolongation des périodes de chasse des oiseaux migrateurs, gestion adaptative des espèces qui ouvre la porte à de nouvelles espèces chassables… des mesures dont on se demande bien quel rapport elles ont avec la protection de la biodiversité !

© R. Holding

Suite à ces décisions scandaleuses pour remanier la loi biodiversité à l’avantage des chasseurs, l’ASPAS a lancé une pétition avec d’autres associations (signez ici !) et vous invite à réagir pour demander à ce que l’esprit originel de cette loi soit respecté : la protection et la restauration de la biodiversité.

Faites savoir avec diplomatie à vos parlementaires ce que vous pensez de ces décisions et demandez-leur de vraiment protéger notre environnement et les animaux sauvages. Vous trouverez les noms et e-mails des députés de votre département sur ce site et pour les sénateurs, c’est ici.

Vous pouvez vous inspirer de ce modèle de lettre : 

Objet : Non à une loi chasse ! Oui à une loi biodiversité !

Monsieur le député, Madame la députée,

Les 11 et 12 avril 2019, le Sénat a profondément dénaturé le projet de fusion entre l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) et l’Agence Française de la Biodiversité. L’origine du projet visait à donner naissance à l’Office français de la biodiversité, dont l’unique mission se devait d’être de « protéger et restaurer la biodiversité ».

Vous n’êtes pas sans savoir que nous vivons de plein fouet, en parallèle à la crise climatique, la 6e extinction de masse. La France n’y échappe pas, avec une faune qui s’appauvrit à un rythme alarmant. Face à cette urgence, il est totalement incompréhensible d’accorder autant d’importance aux chasseurs dans ce nouvel organisme. Bien qu’ils aiment se définir comme écologistes car ils estiment favoriser les milieux naturels pour la faune et la flore (et surtout leur « gibier »), leur motivation est toujours la même : tuer toujours plus, et plus longtemps. Or « protéger pour mieux tuer » n’est pas une devise dont la biodiversité française a besoin.

Quel est le sens de lâcher chaque année des millions d’animaux d’élevages dans la nature, dans le seul but de les massacrer dans les heures, les jours et les semaines qui suivent ? 

Parmi les nombreux cadeaux offerts aux chasseurs dans le cadre de ce projet de loi, la sanctuarisation des chasses dites « traditionnelles » est inadmissible : en quoi la chasse à courre ou la chasse à la glu contribuent-elles à protéger et restaurer la biodiversité ?

Idem pour le nouveau concept de « gestion adaptative des espèces » : quelle justification éthique, philosophique et scientifique peut-on bien donner au fait de pouvoir tirer toute espèce à partir du moment où elle est jugée « en bon état de conservation » ?

Quant au délit d’entrave à la chasse, voter une telle mesure punitive ne ferait qu’embraser un peu plus les tensions déjà vives entre des citoyens excédés par les abus de la chasse (balles perdues, agressions physiques, incivilités…) et des chasseurs.

Monsieur le député, Madame la députée, si nous vous avons élu, c’est pour que vous œuvriez pour une vraie politique de transition écologique à tous les étages ; ne nous tournez pas le dos, ne cédez pas comme tant d’autres à l’influent lobby chasse infiltré dans nos institutions, dont le seul but est de conserver et renforcer les privilèges des chasseurs. Le nombre de chasseurs diminue d’année en année, ce qui est une bonne nouvelle pour la nature, qui est tout à fait capable de s’autoréguler, par nature…

Une grande majorité de Français est défavorable à la chasse en France, et de plus en plus de citoyens déterminent leur vote en fonction des positions des candidats sur l’écologie et la chasse, d’après un sondage paru en janvier 2019.

N’est-il pas temps de faire confiance aux associations de protection de la nature, qui disposent d‘une forte expérience et d’un réel savoir-faire en matière de sauvegarde de la biodiversité, en s’appuyant sur une large communauté scientifique dans laquelle la chasse ne trouve aucune justification ?

J’espère sincèrement que vous prendrez en compte mon avis, et que vous voterez en faveur d’un Office français de la biodiversité qui soit réellement au service de la biodiversité.  

Respectueusement vôtre,

Votre Nom
Code postal et Ville

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]