Lettre ouverte à F. De Rugy : le Renard n’est pas un “nuisible” !

Lettre ouverte à F. De Rugy : le Renard n’est pas un “nuisible” !

Le 12 mars 2019, l’ASPAS a adressé une lettre au ministre de la Transition écologique François de Rugy, co-signée par les associations Anymal et One Voice, lui exhortant de ne pas classer le renard dans cette triste liste des animaux « susceptibles d’occasionner des dégâts » (la nouvelle terminologie pour désigner les « nuisibles »).

L’ASPAS se bat depuis presque 40 ans pour les animaux sauvages en France. La nouvelle liste des animaux toujours traités comme des”nuisibles”, établie tous les 3 ans, sera très prochainement rendue publique par le ministère de la Transition écologique. Nous craignons fort que le renard figure à nouveau dans ce triste classement, malgré les nombreuses études scientifiques qui démontrent l’utilité écologique et sanitaire de ce petit canidé sauvage. Certains agriculteurs l’ont bien compris (chaque année les renards chassent des millions de campagnols, qui déciment les cultures). Mais le lobby de la chasse continue à véhiculer les contre-vérités sur Goupil pour défendre ses intérêts – il est vu par les chasseurs comme un concurrent, puisqu’il peut s’attaquer aux faisans et perdrix semi-sauvages, élevés par millions puis relâchés à chaque début de saison de chasse, dans le seul but d’être tirés avec du plomb !

Monsieur le Ministre,

Vous allez prochainement établir la nouvelle liste des espèces animales jugées « susceptibles d’occasionner des dégâts », en France, nouvelle terminologie adoptée en 2016 pour désigner ceux que l’on qualifiait jusqu’à récemment de « nuisibles ». Si la sémantique a évolué, le traitement réservé à ces espèces reste cependant le même.

Cette étiquette, imposée à des êtres sensibles, permet en toute légalité aux chasseurs et aux piégeurs de s’acharner sur leurs populations sans répit, à longueur d’année, avec le recours de pratiques parfois barbares et d’une grande cruauté ; des pratiques qui sont paradoxalement punies par la loi quand elles sont appliquées aux animaux d’élevage ou de compagnie.

Accusé de tous les maux, le Renard roux figure encore aujourd’hui sur cette triste liste d’êtres indésirables, alors que de très nombreuses études scientifiques démontrent l’utilité de ce canidé proche du chat et du chien dans la chaîne alimentaire et l’équilibre des milieux naturels.

Redoutable prédateur, le renard joue également un rôle écologique apprécié des agriculteurs, en chassant les micromammifères ravageurs de récoltes. Dans un modèle agricole qui veut se passer de pollution chimique, le renard a un rôle de tout premier ordre à jouer.

Opportuniste, le renard joue notamment un rôle sanitaire, en s’attaquant prioritairement aux proies faibles et malades, ainsi qu’aux charognes. Et surtout, selon une étude récente, sa présence aurait tendance à naturellement freiner la propagation de la maladie de Lyme.

Omnivore, le renard se nourrit à la bonne saison de fruits et de baies sauvages, et participe ainsi, par ses laissées, à la dissémination des graines et au repeuplement des arbres fruitiers et autres arbustes dans nos campagnes.

Peu d’animaux sauvages ont été autant pourchassés et détruits, par tir, piégeage, déterrage, enfumage, et même gazage et empoisonnement, que le Renard roux en France. Actuellement, des chiffres annuels stupéfiants sont encore évoqués (jusqu’à un million de renards tués !) et l’on peine à comprendre comment l’espèce parvient à survivre à l’ampleur de ces massacres, dont la raison et la finalité heurtent le bon sens.

Les études le montrent, cette « gestion » cynégétique, coûteuse, ne sert strictement à rien ; en effet, le territoire libéré par un renard sera immédiatement occupé par un autre renard. Quant à leur prolifération supposée, nullement démontrée, elle relève du pur fantasme : les populations de renards se régulent d’elles-mêmes, comme il a été démontré dans certains pays où sa chasse est interdite (par exemple le Luxembourg), ou strictement encadrée.

Les 12 et 13 mai 2017, à Paris, le colloque « Renard » organisé par l’ASPAS qui a rassemblé scientifiques, chercheurs, agriculteurs ou encore agents de l’État, a permis de mettre en lumière de nombreuses données sur le renard. Compilées dans des actes rendus publics sur aspas-nature.org, toutes aboutissent au même constat : le renard n’est pas un nuisible !

Face au changement climatique et à l’effondrement catastrophique de la biodiversité, deux réalités intimement liées, l’urgence de la transition écologique passe aussi et surtout par un meilleur respect, une meilleure compréhension de la nature qui nous entoure. En 2019, il n’est plus acceptable d’autoriser le massacre continu des renards, et en premier lieu l’horrible pratique de la vènerie sous terre, dès lors que l’utilité écologique et sanitaire de l’animal est reconnue par la communauté scientifique. Et quand bien même l’utilité des renards ne serait pas démontrée, rien ne justifierait qu’on les massacre à ce point. Avant d’être utiles ou nuisibles, ils sont, tout simplement, et ils obéissent à leur nature intrinsèque, que cela nous plaise ou non. Si nous ne voulons pas courir à notre perte, le 21e siècle se doit d’être celui de la protection, et non plus de la destruction : face au cataclysme écologique annoncé, la sagesse voudrait que nous travaillions avec la nature, et non plus contre elle.

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]