Le nombre de loups baisse, l’État doit autoriser moins de tirs

Le nombre de loups baisse, l’État doit autoriser moins de tirs

COMMUNIQUÉ INTER-ASSOCIATIF

Le loup est revenu naturellement en France depuis l’Italie en 1992. Sa population a alors connu une dynamique de progression régulière pour atteindre en 2022 un effectif estimé à 921 loups. Cette augmentation permettait de conforter l’objectif du Plan National d’Actions (PNA) « Loup et activités d’élevage » : garantir à la fois le bon état de conservation de l’espèce et la pérennité de l’élevage pastoral.

Cette année, l’estimation de 906 loups donnée par les services de l’Etat fait apparaître une baisse de la population. Cette évolution intervient après l’année 2022 au cours de laquelle 162 loups ont été tués lors de tirs légaux dérogatoires. Un nombre record accompagné d’une hausse des destructions illégales.

Les scientifiques du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) et du Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) alertent depuis plusieurs années. La facilitation de la politique de tirs combinée à une forte augmentation du taux annuel de destructions légales – passé de 10 % de la population estimée en 2018 à 19 % en 2020 – risquait de provoquer une baisse du taux de survie et un affaiblissement de la population. C’est ce qui se vérifie aujourd’hui.

Par ailleurs, le CNPN, a rappelé à l’Etat dans son avis du 23 mai dernier que le seuil de viabilité démographique et écologique de l’espèce, permettant sa viabilité à long terme, est estimé à 500 individus potentiellement reproducteurs (et non 500 individus comme souvent entendu). Ce seuil n’étant pas atteint à ce jour, l’espèce ne peut pas être considérée comme dans un état de conservation favorable.

Nos associations ne peuvent aucunement se satisfaire d’un plan d’actions qui se tra-duirait par l’empêchement pour l’espèce d’être viable à long terme sur son aire de répartition. L’Etat doit être cohérent avec ses engagements en assumant l’objectif d’at-teindre le bon état de conservation prévu par les conventions signées par la France. D’autre part, il doit respecter l’engagement pris lorsqu’il a fait le choix de rehausser fortement le taux annuel maximum de destructions légales : revoir ce pourcentage à la baisse en cas de fléchissement de la population. Cela doit-être fait dès cette année, sans attendre la finalisation du prochain PNA, afin d’éviter deux années de baisse consécutive de la population lupine.

© Photo : Marcel Langthim / Pixabay

Dernier articles de presse

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]