L’ASPAS au secours des renards dans 3 départements  !

L’ASPAS au secours des renards dans 3 départements  !

Plusieurs arrêtés, pris en catimini au creux de l’été, autorisent des « destructions » de renards en Seine-et-Marne, dans l’Aube et dans la Manche. Le motif principal est toujours le même : préserver le « petit gibier » des chasseurs ! L’ASPAS saisit la justice.  

En Seine-et-Marne

En Seine-et-Marne, où l’ASPAS a déjà remporté plusieurs batailles, un arrêté cadre daté du 1er août rend possible le tir de renards jusqu’au 30 avril 2023, de jour comme de nuit ! Déjà classés « ESOD » dans ce département, où ils subissent le piégeage, la chasse et le déterrage, les voilà maintenant inquiétés par des battues de destruction administrative…  

Les communes concernées sont notamment celles où les chasseurs entretiennent ce qu’ils appellent du « petit gibier » : des lièvres, des perdrix et des faisans. Beaucoup de ces animaux sont issus d’élevages, relâchés sur les différents terrains de jeu des chasseurs où ils seront ensuite tués, par loisir... Or les renards, naturellement présents dans ces zones, sont accusés par les chasseurs de prédater leur futurs petits trophées (aucune étude ne vient pourtant le prouver), et c’est ainsi qu’ils font pression pour obtenir le droit de les supprimer…  

En signant cet acte de mort des renards, on notera avec quelle absurdité la préfecture cède au lobby de la chasse dans un arrêté qui reconnait par ailleurs (c’est assez rare pour être souligné) l’importance du « rôle de prédateur des renards sur les petits rongeurs » !!  

Dans l'Aube

Dans l’Aube, 27 communes sont concernées par des tirs de destruction de renard diurnes ou nocturnes, du 28 juillet au 31 octobre 2022. Dans ce département, où l’ASPAS a aussi fait annuler plusieurs arrêtés par le passé, les chefs d’accusation contre goupil sont les mêmes (l’absence de preuves aussi !) : les chasseurs veulent éliminer les renards qui mettraient en péril leur passion, passion qui consiste à tirer sur des animaux souvent « réimplantés » (c’est-à-dire issus d’élevages de gibier) et « maintenus » sur des secteurs précis. 

L’arrêté préfectoral donne aussi un autre motif pour justifier l’abattage de renards : celui de la prédation qu’ils exerceraient sur le busard cendré et l’œdicnème criard, deux espèces protégées. Là non plus, aucune donnée n’est apportée pour justifier le massacre, et l’argument brille de toute manière par son absurdité puisqu’il remet en cause l’équilibre prédateur-proie qui est le propre de tout écosystème naturel !  

Dans la Manche

Dans la Manche, enfin, plusieurs « petits » arrêtés plus chirurgicaux ont été pris sur quelques communes à différentes dates entre le 18 août et le 17 septembre pour autoriser l’abattage de renards accusés de prédater, là-aussi, « le petit gibier » et de causer des « dégâts aux activités agricoles », sans que la préfecture n’apporte la moindre justificationPour ces battues, qui concernent les communes de Carquebut, de Carentan, de Brucheville et de Sainte-Marie-du-Mont, jusqu’à 40 fusils sont autorisés !!   

Aucun de ces arrêtés, à notre connaissance, n’a fait l’objet de consultation publique… C’est contraire à la loi et c’est proprement scandaleux : si l’idée était d’autoriser des destructions en toute discrétion, c’est raté ! 

L’ASPAS, représentée par le cabinet GéoAvocats, saisit donc la justice pour tenter de mettre fin à ces tueries. Tous les renards concernés par les différents arrêtés ne pourront hélas être sauvés, mais nous espérons des jugements rapides de la part des différents tribunaux qui, au regard des nombreuses victoires déjà obtenues par notre association contre des arrêtés similaires, devraient ordonner la suspension en urgence des hostilités A suivre ! 

Télécharger les arrêtés

  • La Seine-et-Marne (PDF)
  • L’Aube (PDF)
  • La Manche (ZIP)

© Photo d’en-tête : Richard Blackbourn

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]