L’ASPAS attaque le préfet de La Réunion pour défendre les requins

L’ASPAS attaque le préfet de La Réunion pour défendre les requins

Nous ne pourrons pas stériliser la planète pour nos loisirs

L’ASPAS dépose un référé suspension et un recours pour excès de pouvoir contre l’arrêté préfectoral autorisant les « prélèvements » de requins au sein de la Réserve Naturelle Marine de La Réunion, soutenant ainsi l’action déjà engagée par Sea Shepherd et l’Association citoyenne de Saint-Pierre. De nombreux scientifiques s’élèvent contre cette décision administrative trop hâtive, inefficace et dangereuse. Les associations rappellent que toutes les mesures de protection des nageurs n’ont pas été prises.

En 18 mois, 9 accidents impliquant des requins, dont 3 mortels, ont été recensés sur les côtes de la Réunion. Le dernier accident du 5 août a rendu la situation explosive sur l’île. Aussi, sous la pression de certains surfeurs, et de pêcheurs désirant en réalité reprendre la chasse sous-marine dans la réserve, la préfecture a pris à la hâte le 13 août, un arrêté autorisant la pêche aux requins bouledogues et tigres.
Cependant, cette mesure prise surtout dans le but de calmer les esprits, n’est pas la solution pour limiter les accidents.
Notons d’ailleurs, qu’aucune précision n’a été donnée sur le nombre de captures, ni sur la durée d’application de cet arrêté, ni sur les méthodes de pêches employées, les lieux de prélèvement, ou bien encore sur la mise en place de contrôles pour ne pas que d’autres espèces de requins récifaux ne soient capturées.

Les requins bouledogues et tigres qui seraient principalement à l’origine des accidents, sont classés depuis 2009 comme des espèces quasi-menacées sur la liste rouge de l’UICN(1). Mais la situation actuelle pourrait laisser craindre un changement de statut.

En réalité, la « pêche scientifique » revendiquée par la préfecture est un prétexte pour envisager la commercialisation de leur chair. Pourtant le Préfet est parfaitement au courant des risques inhérents à leur consommation car un arrêté préfectoral du 24 décembre 2009 en interdit la vente à cause du risque grave de ciguatéra(2).
 
À la Réunion, il semble que les requins soient attirés par les proies vivant dans la réserve marine, car ils se rendent dans les derniers endroits où la biodiversité est préservée. En effet, ce sont des témoins de la stérilisation des mers due à la surpêche. Or, c’est bien elle qui menace l’Homme, pas le squale. Prédateur au sommet de la chaine alimentaire, irremplaçable nettoyeur des mers, il est indispensable aux écosystèmes marins.
 
Enfin n’oublions pas, que dans toute discipline sportive pratiquée dans un milieu naturel, le risque zéro n’existe pas. Les accidents qui frappent les surfeurs sont principalement causés par la planche, les collisions entre surfeurs ou avec les rochers, ainsi que les noyades. Les attaques de requins restent elles, exceptionnelles, et pourraient être limitées par de simples règles de sécurité : éviter les eaux profondes ou troubles, ne pas surfer seul, éviter de se baigner à l’aube ou au crépuscule, etc.
Mais jusqu’ici, ces principes de bon sens n’ont pas toujours été appliqués…

Contact presse :
Anne Fourier : océanographe, chargée de mission à l’ASPAS – tél : 04 75 25 14 14

(1) Union Internationale pour la Conservation de la Nature
(2) Intoxication neurodigestive liée à la consommation de poissons herbivores ayant ingéré la toxine dans des algues coralliennes. Les poissons carnivores de grande taille sont les plus toxiques pour l’Homme.

Dernier articles de presse

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]