La table ronde chasse ne tourne pas rond

La table ronde chasse ne tourne pas rond

Jean-Louis Borloo, à grand renfort de communiqués, nous avait annoncé la mise en place d’une table ronde chasse qui devait enfin régler les différends entre chasseurs et protecteurs de la nature. En réalité, l’esprit du Grenelle est définitivement balayé.

La première étape, celle de la fixation des dates d’ouverture de la chasse, bien que très décevante pour la sauvegarde des oiseaux, a pourtant été qualifiée « d‘historique » par le ministère de l’Écologie.

La seconde étape, celle de la date de clôture, se déroule en ce moment devant le Conseil d’État, le ministre ayant préféré, cette fois-ci, ignorer le dialogue et reprendre à son compte toutes les revendications des chasseurs.

On nous annonce maintenant une troisième étape : les « nuisibles » !

Dans un courrier en date du 19 janvier, Jean-Louis Borloo annonce au président des piégeurs la mise en place d’un travail de réflexion sur les « nuisibles » afin de préparer la suite de cette table ronde. Cette mission a été confiée à… Pierre Lang, l’un des députés pro-chasse les plus actifs de l’Assemblée Nationale :

Pierre Lang est non seulement député de Moselle, mais il est également le président de la fédération départementale des chasseurs ! Il a été l’auteur de la loi chasse de 1994 qui valut une condamnation de la France par la Cour Européenne de Justice ! En décembre dernier, en tant que rapporteur à l’Assemblée Nationale de la Loi Poniatowski en faveur des chasseurs, il a vigoureusement condamné  à l’avance, toute tentative de modernisation des rapports entre les chasseurs et le concept désuet d’espèce « nuisible ». Et pour enchérir, il souhaite que ce point ne soit validé que par les seules instances de la chasse dans le cadre des schémas cynégétiques départementaux, comme pour les règles de sécurité à la chasse! 

L’organisation et le fonctionnement de la table ronde « chasse », censée être un lieu de dialogues et de négociations, ressemble de plus en plus à ce que dénoncent depuis un quart de siècle les associations de protection de la nature. Toutes les instances officielles regroupant protecteurs et acteurs cynégétiques ne sont que des assemblées massivement occupées par les chasseurs parmi lesquelles quelques « écolos » isolés tentent pathétiquement de se faire entendre.

L’ASPAS constate une nouvelle fois l’hégémonie du tout puissant lobby de la chasse, arc-bouté sur ses privilèges, qui a encore perverti ce qui aurait pu  être une bonne idée. Les dés restent définitivement pipés. Il est grand temps, pour les associations nationales de protection de la nature qui participent à la table ronde, de faire une pose et de remettre en jeu leur mandat, vis à vis de leurs adhérents ou associations fédérées. 

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]