La régulation des espèces “nuisibles” est sans fondement scientifique

La régulation des espèces “nuisibles” est sans fondement scientifique

À la demande de la LPO et de l’ASPAS, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts indépendants afin de réaliser une synthèse et une analyse des connaissances disponibles dans la littérature scientifique, qui montre l’inefficience des destructions d’Espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (ESOD) sur la réduction des dommages qui leur sont imputés.

Dans son rapport publié le 26 septembre 2023, le comité note les points suivants :

  • Il existe une grande lacune de connaissance sur l’effet des éliminations d’ESOD sur les dégâts agricoles ou privés. En l’absence de telles données, le classement ESOD des espèces incriminées n’a aucun fondement scientifique.
  • Recourir aux abattages d’ESOD de manière systématique apparaît être une solution peu efficace pour réduire les dégâts. D’autres mesures existent et pourraient être mises en place.
  • Le déclin des espèces communes, même localement et en faible proportion, perturbe la structure et le fonctionnement des écosystèmes naturels. Les dégâts associés aux ESOD devraient être mis en balance avec les bénéfices écologiques apportés par ces espèces.
  • Dans les rares cas où elles ont fait l’objet d’une évaluation scientifique indépendante, les économies dues aux dégâts évités par la mise en place de prélèvements se sont révélées moins importantes que les dépenses induites par ces mêmes prélèvements.

La conclusion des scientifiques est sans appel : « Détruire des êtres vivants, a fortiori dans un contexte de déclin de la biodiversité, devrait être justifié par l’urgence à agir pour empêcher un dégât jugé grave par des critères objectifs et mesurables, par l’absence de mesures alternatives, et par une preuve de l’efficacité de la destruction. » Ces conditions n’étant pas réunies, les experts recommandent un changement de paradigme afin d’aboutir à des mesures proportionnées et véritablement utiles. 

Action juridique

Cette étude de la FRB conforte notre plaidoyer pour demander la révision de l’arrêté triennal du 3 août 2023 fixant la liste des ESOD du groupe 2 (Belette d’Europe, Fouine, Martre des pins, Renard roux, Corbeau freux, Corneille noire, Pie bavarde, Geai des chênes, Étourneau sansonnet) pour chaque département de 2023 à 2026. En dépit d’une opposition citoyenne massive lors de la consultation publique, 71% des 49000 avis exprimés étant contre l’arrêté, ce dernier a été publié dans sa version initiale par le Ministère de la transition écologique.

La LPO et l’ASPAS ont ainsi déposé des recours juridiques auprès du Conseil d’Etat et contestent 161 classements ESOD départementaux sur les 420 établis par le ministère de l’Ecologie en France métropolitaine, dont la totalité pour le renard (88), le geai (5) et la belette (1). La décision sur le fond est attendue dans 1 à 2 ans.

Dans son projet de stratégie nationale pour la biodiversité 2030 dévoilé le 20 juillet 2023, le gouvernement a par ailleurs annoncé des réflexions pour une meilleure efficacité de la régulation des ESOD au regard des couts engendrés. La prise en compte de ces études est annoncée en 2026 pour les mammifères et en 2029 pour les oiseaux. Pourquoi ne pas suspendre dès aujourd’hui l’abattage massif de ces espèces afin d’étudier l’impact de l’absence de régulation sur les dégâts constatés ?

« Depuis 40 ans que l’ASPAS lutte pour la réhabilitation des renards et autres mal-aimés, nous savons à quel point le monde de la chasse se révèle négationniste de la science, faisant pression sous tous les prétextes pour préserver ce loisir sanglant qui ressemble si peu à une mission d’intérêt public. Aujourd’hui, ce rapport de la FRB consolide tout ce que les associations ont maintes fois dénoncé. Mais comme le gouvernement préfère écouter la voix des lobbies, c’est devant le Conseil d’État que le sort de millions d’animaux se jouera. »

Marc Giraud, porte-parole de l’ASPAS

Contact presse ASPAS : presse@aspas-nature.org

© Photo d’en-tête : Fabrice Cahez

Dernier articles de presse

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]

09.03.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]