La Haute-Savoie veut (encore) faire abattre des bouquetins sains !

La Haute-Savoie veut (encore) faire abattre des bouquetins sains !

Une fois de plus, la préfecture de Haute-Savoie veut faire abattre un nombre important de bouquetins du Massif du Bargy, dont certains sont soupçonnés d’êtres porteurs de la brucellose, pour éviter qu’ils ne contaminent les cheptels domestiques, notamment les vaches qui produisent le fameux reblochon.

Une consultation publique est actuellement en cours jusqu’au 20 mai.Je donne mon avis !

Problème : outre la capture de 150 bouquetins pour analyse et euthanasie éventuelle, le préfet veut autoriser la “destruction” à l’aveugle de 60 autres individus situés dans des zones escarpées où la capture s’avère impossible ! 

Pourtant, le caractère préventif d’une telle mesure n’a pas fait ses preuves. Depuis 2012, 482 bouquetins ont été éliminés sur le Massif du Bargy, 134 par euthanasie après avoir été contrôlés positifs à la brucellose, et 348 par des tirs d’abattage sans vérification préalable de leur infection…

Il y a eu en 21 ans une seule occurrence de la résurgence de la brucellose bovine dans le massif du Bargy, et plus généralement en France. Il n’a d’ailleurs jamais été prouvé que ce sont les bouquetins qui avaient été à l’origine de cette infection.

De plus, l‘abattage indiscriminé en zone cœur (Grand et Petit Bargy, Jallouvre-Peyre), de plus ciblé sur les femelles en âge de procréer, désorganise la hiérarchie sociale dans les hardes et contribue à la contamination de davantage d’individus, comme cela a été constaté à la suite des abattages massifs de 2013 et 2015.

Nous pensons que les éleveurs devraient prendre des dispositions pour que leurs troupeaux ne s’aventurent pas dans les zones à bouquetins. De rares éleveurs ont mis en place des parcs, mais la plupart ne le font pas, et on trouve notamment des moutons et des chèvres jusqu’en haut des sommets.

Alors que le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) a émis un avis défavorable aux tirs indiscriminés (à lire ici en PDF), passer en force laisserait penser que l’Etat privilégie les intérêts de l’industrie agro-alimentaire par rapport aux expertises scientifiques et à la préservation de la faune sauvage. 

La brucellose est une infection bactérienne qui provoque chez l’animal pathologies articulaires et avortements, potentiellement transmissible à l’Homme et aux troupeaux d’élevage qui partageraient le même environnement que des bouquetins infectés. Un foyer d’infection avait été identifié en 2012 dans un élevage bovin laitier de la commune du Grand Bornand (74) et sur deux enfants qui avaient consommé du fromage frais au lait cru issu du même élevage. Bien qu’un tel risque de transmission demeure extrêmement faible selon les experts de l’ANSES, l’État avait alors tenté d’éradiquer l’infection, mais en vain, en lançant des abattages massifs et indiscriminés de bouquetins entre 2012 et 2015. 

Grâce à la mobilisation des associations de protection de la nature, ces abattages sans distinction entre animal malade ou sain avaient finalement été abandonnés en 2015 pour euthanasier uniquement les animaux infectés.

Soyons nombreux à participer à la consultation publique d’ici le 20 mai ! Avec les leçons tirées de la crise du coronavirus, n’est-il pas temps d’apprendre à respecter la faune sauvage et écouter l’avis des scientifiques plutôt que les lobbies de la chasse et de l’agriculture ?

Je donne mon avis !

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]