La France attaque les loups, CAP Loup attaque la France

La France attaque les loups, CAP Loup attaque la France

caploup-110Les associations de CAP Loup engagent actuellement des actions juridiques aux niveaux départemental, national et européen pour faire cesser la destruction des loups par l’État.
L’ASPAS, FERUS et ONE VOICE, trois associations de CAP Loup, viennent de déposer un recours devant le Conseil d’État pour demander l’annulation de l’arrêté ministériel du 30/06/15 encadrant les tirs de loups.

Parallèlement, cette annulation est aussi demandée auprès de la Commission Européenne par l’ASPAS qui vient de porter plainte contre la France. Une plainte sera également déposée par les autres membres de CAP Loup, collectif regroupant 32 associations de protection de la nature et des animaux.

Des recours sont aussi déposés actuellement par nos associations auprès de tribunaux administratifs pour demander en urgence la suspension d’arrêtés préfectoraux ordonnant des « tirs de prélèvement » de loups. Nous attaquons ces arrêtés lorsque nous estimons qu’ils ne respectent pas les arrêtés ministériels cadres, ce qui est de plus en plus difficile car les textes ministériels deviennent extrêmement permissifs et traitent le loup comme une espèce « nuisible » alors qu’elle est « strictement protégée » par la Convention de Berne et la Directive Habitats-Faune-Flore.

loup36-R.collangeLe gouvernement a décidé de chasser le loup contre l’avis des Français, alors qu’il est classé vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées en France et alors que les effectifs, déjà faibles, ne sont plus en augmentation. Les abattages de loups sont sans efficacité pour la protection du bétail. La prédation continue sur les troupeaux qui ne sont pas suffisamment protégés, et peut même augmenter avec les tirs qui désorganisent les meutes : 6811 animaux indemnisés en 2013 avec une population évaluée à 301 loups, et 8226 en 2014 avec seulement 282 loups estimés, année du triste record du nombre de loups abattus !

L’État français doit absolument revoir sa copie en matière de gestion du dossier « loup ». La cohabitation entre l’élevage et le loup ne pourra fonctionner qu’en aidant les éleveurs à mieux se protéger, en vérifiant la mise en place des moyens de protection qui sont actuellement subventionnés mais pas contrôlés, en n’indemnisant pas la prédation lorsque les troupeaux ne sont pas correctement protégés, et en développant la recherche sur les techniques de protection plutôt qu’en encourageant des tirs contre-productifs.

Les associations de CAP Loup

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]