La France attaque les loups, CAP Loup attaque la France

La France attaque les loups, CAP Loup attaque la France

caploup-110Les associations de CAP Loup engagent actuellement des actions juridiques aux niveaux départemental, national et européen pour faire cesser la destruction des loups par l’État.
L’ASPAS, FERUS et ONE VOICE, trois associations de CAP Loup, viennent de déposer un recours devant le Conseil d’État pour demander l’annulation de l’arrêté ministériel du 30/06/15 encadrant les tirs de loups.

Parallèlement, cette annulation est aussi demandée auprès de la Commission Européenne par l’ASPAS qui vient de porter plainte contre la France. Une plainte sera également déposée par les autres membres de CAP Loup, collectif regroupant 32 associations de protection de la nature et des animaux.

Des recours sont aussi déposés actuellement par nos associations auprès de tribunaux administratifs pour demander en urgence la suspension d’arrêtés préfectoraux ordonnant des « tirs de prélèvement » de loups. Nous attaquons ces arrêtés lorsque nous estimons qu’ils ne respectent pas les arrêtés ministériels cadres, ce qui est de plus en plus difficile car les textes ministériels deviennent extrêmement permissifs et traitent le loup comme une espèce « nuisible » alors qu’elle est « strictement protégée » par la Convention de Berne et la Directive Habitats-Faune-Flore.

loup36-R.collangeLe gouvernement a décidé de chasser le loup contre l’avis des Français, alors qu’il est classé vulnérable sur la liste rouge des espèces menacées en France et alors que les effectifs, déjà faibles, ne sont plus en augmentation. Les abattages de loups sont sans efficacité pour la protection du bétail. La prédation continue sur les troupeaux qui ne sont pas suffisamment protégés, et peut même augmenter avec les tirs qui désorganisent les meutes : 6811 animaux indemnisés en 2013 avec une population évaluée à 301 loups, et 8226 en 2014 avec seulement 282 loups estimés, année du triste record du nombre de loups abattus !

L’État français doit absolument revoir sa copie en matière de gestion du dossier « loup ». La cohabitation entre l’élevage et le loup ne pourra fonctionner qu’en aidant les éleveurs à mieux se protéger, en vérifiant la mise en place des moyens de protection qui sont actuellement subventionnés mais pas contrôlés, en n’indemnisant pas la prédation lorsque les troupeaux ne sont pas correctement protégés, et en développant la recherche sur les techniques de protection plutôt qu’en encourageant des tirs contre-productifs.

Les associations de CAP Loup

Dernier articles de presse

26.02.2024

Un plan mouton qui s’attaque aux loups !

On le redoutait depuis deux mois : le nouveau “Plan national d’actions” (PNA) pour la conservation du loup a finalement été publié par l’Etat à la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, sans aucun changement substantiel par rapport au projet dévoilé fin 2023. Alors que l’objectif d’un PNA est en principe de garantir la […]

23.02.2024

Pour une transition écologique, équitable et solidaire de notre agriculture et de notre alimentation

A la veille du Salon de l’agriculture, nos 12 ONG réunies au sein du collectif Cap Nature & Biodiversité dénoncent la volonté de faire de l’écologie le bouc émissaire de la crise agricole, et demandent l’élaboration concertée de solutions associant la protection de l‘agriculture à celle de l’environnement. En 40 ans, l’Europe a perdu 800 […]

13.02.2024

Quels pouvoirs du maire sur la chasse ? L’ASPAS édite un guide pratique

Un maire peut-il limiter la chasse dans une forêt communale ? Peut-il imposer un jour sans chasse ? Peut-il venir au secours des espèces considérées comme “nuisibles” ? C’est pour répondre à ces questions de plus en plus fréquentes que l’ASPAS a décidé de mettre à disposition des élus locaux un guide pratique et juridique, […]

01.02.2024

Insécurité liée à la chasse : l’ASPAS et Un jour un chasseur attaquent l’État pour inaction cynégétique

Le gouvernement n’a pas réagi au recours gracieux envoyé le 10 octobre par l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) et le collectif Un Jour Un Chasseur. Celui-ci exigeait l’adoption de mesures nationales fortes pour encadrer de manière plus sécuritaire la pratique de la chasse. Au nom des ruraux et de tous les citoyens […]

31.01.2024

La destruction des “nuisibles” sévèrement critiquée par des scientifiques

Un panel d’experts dénonce l’absence de justification et l’inefficience du massacre annuel de millions d’oiseaux et de mammifères sauvages accusés d’être potentiellement néfastes aux activités humaines. En partenariat avec l’ASPAS et la LPO, la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) a constitué un comité d’experts scientifiques et sociétaux indépendants afin d’émettre un avis sur la […]