La Celle-Saint-Cloud agit contre les renards

La Celle-Saint-Cloud agit contre les renards

La Mairie de cette commune périurbaine située à 10km à l’ouest de Paris a annoncé, le 10 juin 2021, qu’elle allait se débarrasser d’une famille de renards suite à plusieurs plaintes de riverains.

Selon les dires du lieutenant de louveterie, sollicité par la Mairie, « des restes de chats et de hérissons » auraient été retrouvés près d’un terrier…

Étant donné que le renard est considéré par la loi comme « nuisible », la municipalité est hélas tout à fait dans son droit d’autoriser le piégeage et la « destruction » de ces animaux… et ce, 12 mois sur 12 ! Sur le plan juridique, aucune action urgente n’est donc malheureusement possible pour sauver ces renards.

Pour protéger efficacement le goupil, il faudrait commencer par le sortir de la terrible « liste de la mort », mais cela ne sera (serait) possible qu’à partir de juillet 2022, lorsque le ministère de la Transition écologique publiera son nouvel arrêté fixant la liste des « espèces susceptibles d’occasionner des dégâts »…

En attendant, seule une action de sensibilisation permettrait de faire changer d’avis la Mairie de la Celle-Saint-Cloud et la préfecture des Yvelines. La présence de renards en ville n’a déjà rien de nouveau : ils sont présents (en petit nombre) à Paris depuis de nombreuses années ! Souvenez-vous de la famille qui s’était installée au cimetière du Père Lachaise, pendant le confinement de mars 2020. A Bruxelles, on estime la population de renards à 3000, et à Londres… 10 000 !

Les renards sont des dératiseurs naturels, et les possibles soucis de cohabitation qu’ils peuvent poser avec les citadins sont vite réglés quand on veut bien s’en donner la peine : poubelles bien fermées, potagers clôturés, animaux de compagnie protégés et surveillés.

Les renards sont des animaux sauvages territoriaux, opportunistes et facilement adaptables. Abattre certains individus ne sert à rien, puisque les territoires vidés seront rapidement occupés par d’autres renards (à moins d’exterminer l’espèce…).

Lors de leurs premières sorties, les renardeaux sont particulièrement curieux et peu farouches. Il est absolument indispensable de ne jamais les attirer, les approcher, les nourrir, et les toucher. Pour leur survie, la méfiance envers l’homme doit être entretenue.

En apprenant l’existence d’une mobilisation des internautes* pour sauver les renards de la Celle-Saint-Cloud, M. le Maire s’est défaussé sur la préfecture, estimant qu’il n’a « pas la main sur la question »…  C’est un peu facile ! A l’occasion des Municipales, l’ASPAS avait justement listé les différentes actions possibles pour un maire qui souhaiterait s’engager en faveur des renards (à lire ici).

Le Maire poursuit en expliquant n’avoir « rien demandé », et pourtant il semble ensuite cautionner l’argument sanitaire brandi par la préfecture : « que se passera-t-il si, demain, quelqu’un attrape une maladie mortelle ? »

Mais ne lui jetons pas la pierre à M. le Maire, il a simplement besoin d’explications plus neutres et scientifiques que celles fournies par le lobby de la chasse.

Nous pouvons notamment lui expliquer que les cas de contamination d’échinococcose alvéolaire, dont peuvent être porteurs les renards, sont très très rares chez les humains en France, et concernent majoritairement des chasseurs-piégeurs qui s’infectent par la manipulation des cadavres. Cette maladie parasitaire peut également être véhiculée par les chiens et les chats domestiques : pour s’en prémunir, il suffit de les traiter avec des vermifuge et des anti-parasitaires, et de bien laver les légumes ramassés dans un potager non clôturé.

Plutôt qu’un problème, les renards sont une solution sanitaire ! En effet, ils « nettoient » la nature des proies malades, et une étude a démontré que la présence des renards permettait de freiner la propagation de la borréliose de Lyme, une maladie infectieuse transmise par les tiques et véhiculée par les rongeurs.

Et si vraiment les (quelques) habitants de la Celle-Saint-Cloud refusent la présence de renards dans leur ville, il est toujours possible de capturer les animaux pour les relâcher plus loin, dans les forêts de Marly ou de Malmaison, par exemple. A titre de comparaison, les renards présents au Bois de Vincennes (sur la commune de Paris) vivent très bien et ne semblent poser problème à personne !

* Pour demander le sauvetage des renards de la Celle-Saint-Cloud, l’ASPAS soutient la pétition citoyenne publiée sur le site change.org, et qui a déjà recueilli plus de 30 000 signatures.

Le combat continue !

Le renard est toujours classé parmi les “espèces susceptibles d’occasionner des dégâts” (ESOD) quasiment partout en France, et à ce titre, l’animal est malgré lui victime de la chasse à tir, du déterrage et du piégeage. Ne baissons donc pas le bras, et continuons le combat de la sensibilisation !

… et pour que l’ASPAS continue à être aussi efficace, vous pouvez devenir adhérant ou faire un don. Merci pour votre soutien !

Dernières actualités

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]

03.05.2024

Les chasseurs dans la rue pour défendre la barbarie du déterrage !

Ils veulent continuer à déterrer et à massacrer des familles entières de blaireaux, et ils entendent bien le faire savoir : détournant le véritable objet de la Journée mondiale des blaireaux – une grande action de sensibilisation lancée par l’ASPAS en 2022 pour dénoncer, justement, la cruauté de la vénerie sous terre, – la Fédération des […]