Les grenouilles prises en otage par un conflit de voisinage

Les grenouilles prises en otage par un conflit de voisinage

Ce « Froggate » a déjà motivé deux pétitions et a ému la France entière : début juin, en pleine Fête des mares, l’ironie du sort a voulu qu’un arrêt de la cour d’appel de Bordeaux impose à un couple d’un petit village rural le comblement de leur mare au motif du caractère « insupportable » des coassements des amphibiens qui y barbotent (1) !

Les grenouilles coassent depuis des millénaires, y compris dans ce village de Dordogne où elles ne gênaient personne, pas même le voisin plaignant. Il semble que cette affaire vaseuse ne soit rien d’autre qu’un conflit de voisinage. Selon les époux condamnés, une mare a toujours été présente à cet endroit, leur seule action ayant été de l’éloigner –justement– de la maison de leur voisin. Ledit voisin avait lui-même une mare chez lui, qui aurait été comblée pendant le procès. Étrange. On ne sait d’ailleurs pas si elle contenait, elle aussi, des espèces protégées.

grenouille.D.MagninEn effet, les amphibiens sont des animaux utiles, en voie de raréfaction, et protégés par les lois de la République (2). L’association Cistude Nature a ainsi inventorié dans la mare incriminée au moins 4 espèces strictement protégées : alyte accoucheur, triton palmé, crapaud commun et rainette méridionale.

On ne peut accepter que certains estiment que les coassements d’amour des grenouilles au printemps ne représentent qu’un bruit, un trouble du voisinage empêchant de dormir la fenêtre ouverte par temps chaud. Ce qu’ils ignorent certainement, c’est que si l’air extérieur est rafraîchi, c’est grâce à la mare qui accueille les ébats de ces batraciens… Que dire alors des perpétuels bruits des tondeuses, tronçonneuses et autres débroussailleuses, qui sévissent toute l’année ?

On peut regretter qu’à l’heure où l’on tente de rapprocher l’Homme de la Nature, de renouer une culture du vivre ensemble au point de l’inscrire comme le premier objectif de la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) 2011-2020 (« faire émerger, susciter et partager une culture de la nature ») (3), la justice entérine le divorce de l’être humain et de son environnement.

Quelle est la prochaine étape ? Condamner le chant des oiseaux, ou encore le vent pour ses sifflements ?

Force est de constater que le droit de l’environnement n’a pas été introduit dans les débats : les amphibiens incriminés étant protégés, l’on ne peut détruire leur habitat sans une dérogation accordée par le préfet. Heureusement, d’autres dossiers ont été mieux défendus, telle cette affaire présentée devant la cour d’appel de Paris en 2008, laquelle rappelle par ces mots très justes : « il a été sans doute depuis la création de leur espèce dans leur nature de coasser là où ils se trouvent » (4).

(1) CA de Bordeaux du 02/06/2016 n°14/02570.
(2) https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000017876248
(3) http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/SNB_2011-2020WEB(2).pdf
(4) CA de Paris du 08/08/2008 n°08/14542.

Dernier articles de presse

21.06.2024

L’extrême droite, une menace pour le Vivant

Depuis plus de 40 ans, l’ASPAS se bat sans relâche pour faire reconnaître les droits des animaux sauvages et défendre l’expression de la nature dans toute sa diversité, toutes ses spécificités. Fière de son indépendance financière et politique, qui lui garantit une totale liberté d’action et de ton, l’ASPAS ne peut aujourd’hui rester silencieuse face […]

10.06.2024

35 associations demandent le retrait de l’article 13 de la loi d’orientation agricole, une régression environnementale de 35 ans

Lors du débat sur la loi d’orientation agricole (LOA) à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de porter une atteinte immense à la protection des êtres vivants appartenant à des espèces protégées, faune et flore. L’article 13 est un séisme juridique. A l’article 13 de la LOA, amendement 4452 2e rectificatif, il est décidé que désormais […]

23.05.2024

Baisse de la population de loups en France de 9% : la déraison d’Etat, ça suffit !

Communiqué interassociatif ASPAS, Férus, FNE, LPO, Humanité & Biodiversité et WWF La dernière estimation du nombre de loups présents en France est connue depuis des semaines par les responsables gouvernementaux, qui se sont gardés de la rendre publique, et pour cause : elle fait état d’une baisse de la population de 9 %, passant de […]

03.05.2024

La 3e Journée mondiale des blaireaux c’est le 15 mai 2024 !  

Pour mieux faire connaître les blaireaux et alerter sur la cruauté du déterrage, une pratique de chasse toujours légale en France, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) a proposé de faire du 15 mai la Journée mondiale des blaireaux, une initiative soutenue par de nombreux partenaires associatifs*. Après le succès des éditions 2022 […]

19.03.2024

Le loup doit rester une espèce strictement protégée : lancement de la mobilisation citoyenne !

Nos 11 organisations de protection de la nature (WWF, FNE, LPO, UICN, ASPAS, Humanité & Biodiversité, SNPN, SFEPM, Ferus, OPIE, SHF) lancent ce mardi 19 mars une grande pétition citoyenne pour appeler le gouvernement français àrejeter sans ambiguïté la proposition, ni nécessaire ni justifiée, de la Commission européenne visant à abaisser le statut de protection du loup. La […]