Exprimez-vous contre le piégeage d’espèces protégées !

Exprimez-vous contre le piégeage d’espèces protégées !

Le ministère soumet à la consultation du public le projet d’arrêté relatif au classement « nuisibles » des espèces animales non indigènes : chien viverrin, raton laveur, vison d’Amérique, ragondin, rat musqué et oie bernache du Canada. Il autorise le piégeage et la destruction par tir des 5 premières espèces toute l’année. Jusqu’ici, afin de préserver le vison d’Europe, espèce protégée « en danger critique d’extinction au niveau mondial », les cage-pièges utilisées pour capturer les espèces « nuisibles » devaient être assorties d’une trappe permettant à la femelle de s’évader en période de dépendance des jeunes. Ce projet autorise les piégeurs à abandonner cette trappe au profit d’un système d’alerte qui présente un risque mortel pour le vison d’Europe.

Ce projet d’arrêté est disponible ICI
Le site de la consultation est disponible ICI
Attention, la consultation est ouverte jusqu’au 10 juin inclus.

Pour donner votre avis, cliquez sur « Déposer votre commentaire » (en bas de la page) et remplissez le formulaire qui s’affiche.

Pour vous aider dans votre argumentaire, vous pouvez vous inspirer :

  • de l’argumentaire envoyé par la SFEPM disponible ICI
  • des éléments suivants :

Le risque de dommages aux espèces protégées doit être mieux prévenu

Le projet classe ces espèces « nuisibles », donc permet l’usage de pièges sur l’ensemble du territoire français, même là où ces espèces ne sont pas présentes. Cela a pour conséquence désastreuse d’autoriser l’utilisation de pièges tuants, non sélectifs, en tout lieu, dans tous les départements de France, toute l’année. Il convient a minima de restreindre ce classement aux seules zones où leur présence est avérée.

Les restrictions d’utilisation des pièges tuants sont limitées à la protection des visons d’Europe, loutres et castors, et dans les seules zones fixées dans l’arrêté ou délimitées par les préfets. Ces restrictions doivent, tant pour la loutre, le castor et le vison d’Europe, que pour le campagnol amphibie (espèce protégée présente dans les mêmes milieux), être étendues à l’ensemble du territoire français sur les abords des cours d’eaux et bras morts, marais, canaux, plans d’eaux et étangs, jusqu’à la distance de 200 mètres de la rive.

L’abandon de la trappe sur les cages pièges permettant aux femelles vison d’Europe de s’échapper au profit d’un système d’alerte est injustifié et met en péril les populations de visons d’Europe

Une fois alerté, le piégeur a 4 heures pour visiter sa cage. Or rien ne prouve que les jeunes visons d’Europe puissent survivre sans être allaités pendant une période aussi longue. C’est alors une mort atroce qui attend les jeunes visons.

Ce dispositif est censé être prévu par l’arrêté ministériel du 29 janvier 2007 relatif au piégeage des espèces dites « nuisibles ». Or cet arrêté est totalement muet sur ce point, ce nouveau dispositif est donc autorisé par ce projet d’arrêté sans être véritablement encadré.

Rien ne justifie que notre faune patrimoniale soit ainsi mise en danger. Le ministère invoque la nécessité de connaître les prises accidentelles d’espèces protégées. Or rien n’empêche de conserver les « trappes à visons » et d’intégrer, en complément, ce système d’alerte.

Dernières actualités

01.07.2022

Voilà 40 ans que l’ASPAS protège les ours !

L’ASPAS est depuis toujours engagée dans la protection des ours, comme le sont d’autres associations avec qui nous faisons souvent front commun. Légaliste, l’ASPAS entend défendre scrupuleusement les intérêts de l’ours brun, espèce protégée par la directive Habitats, qui ne peut être soumise à aucune forme de régulation, et dont la population estimée à 70 individus ne serait […]

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]