Exprimez-vous contre le piégeage d’espèces protégées !

Exprimez-vous contre le piégeage d’espèces protégées !

Le ministère soumet à la consultation du public le projet d’arrêté relatif au classement « nuisibles » des espèces animales non indigènes : chien viverrin, raton laveur, vison d’Amérique, ragondin, rat musqué et oie bernache du Canada. Il autorise le piégeage et la destruction par tir des 5 premières espèces toute l’année. Jusqu’ici, afin de préserver le vison d’Europe, espèce protégée « en danger critique d’extinction au niveau mondial », les cage-pièges utilisées pour capturer les espèces « nuisibles » devaient être assorties d’une trappe permettant à la femelle de s’évader en période de dépendance des jeunes. Ce projet autorise les piégeurs à abandonner cette trappe au profit d’un système d’alerte qui présente un risque mortel pour le vison d’Europe.

Ce projet d’arrêté est disponible ICI
Le site de la consultation est disponible ICI
Attention, la consultation est ouverte jusqu’au 10 juin inclus.

Pour donner votre avis, cliquez sur « Déposer votre commentaire » (en bas de la page) et remplissez le formulaire qui s’affiche.

Pour vous aider dans votre argumentaire, vous pouvez vous inspirer :

  • de l’argumentaire envoyé par la SFEPM disponible ICI
  • des éléments suivants :

Le risque de dommages aux espèces protégées doit être mieux prévenu

Le projet classe ces espèces « nuisibles », donc permet l’usage de pièges sur l’ensemble du territoire français, même là où ces espèces ne sont pas présentes. Cela a pour conséquence désastreuse d’autoriser l’utilisation de pièges tuants, non sélectifs, en tout lieu, dans tous les départements de France, toute l’année. Il convient a minima de restreindre ce classement aux seules zones où leur présence est avérée.

Les restrictions d’utilisation des pièges tuants sont limitées à la protection des visons d’Europe, loutres et castors, et dans les seules zones fixées dans l’arrêté ou délimitées par les préfets. Ces restrictions doivent, tant pour la loutre, le castor et le vison d’Europe, que pour le campagnol amphibie (espèce protégée présente dans les mêmes milieux), être étendues à l’ensemble du territoire français sur les abords des cours d’eaux et bras morts, marais, canaux, plans d’eaux et étangs, jusqu’à la distance de 200 mètres de la rive.

L’abandon de la trappe sur les cages pièges permettant aux femelles vison d’Europe de s’échapper au profit d’un système d’alerte est injustifié et met en péril les populations de visons d’Europe

Une fois alerté, le piégeur a 4 heures pour visiter sa cage. Or rien ne prouve que les jeunes visons d’Europe puissent survivre sans être allaités pendant une période aussi longue. C’est alors une mort atroce qui attend les jeunes visons.

Ce dispositif est censé être prévu par l’arrêté ministériel du 29 janvier 2007 relatif au piégeage des espèces dites « nuisibles ». Or cet arrêté est totalement muet sur ce point, ce nouveau dispositif est donc autorisé par ce projet d’arrêté sans être véritablement encadré.

Rien ne justifie que notre faune patrimoniale soit ainsi mise en danger. Le ministère invoque la nécessité de connaître les prises accidentelles d’espèces protégées. Or rien n’empêche de conserver les « trappes à visons » et d’intégrer, en complément, ce système d’alerte.

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]