Enquête : « cocottes d’élevage » des chasseurs : de la cage au carnage

Enquête : « cocottes d’élevage » des chasseurs : de la cage au carnage

14 millions de faisans et 5 millions de perdrix sont élevés chaque année en France pour être lâchés pour la chasse.Tantôt élevés en cage individuelle minuscule sur sol grillagé, tantôt en grande concentration dans des volières, tantôt dans le noir continu, tantôt dans la lumière continue, appareillés d’ustensiles parfois mutilants, sans parents pour les poussins, victimes de collisions et d’étouffements, confinés, stressés jusqu’à en mourir : ces millions d’animaux souffrent inévitablement.

Des conditions d’élevage déplorables

14 millions de faisans et 5 millions de perdrix sont élevés chaque année en France pour la chasse.

Les oiseaux reproducteurs passent leur courte vie dans de minuscules cages grillagées, douloureuses pour leurs pattes, souvent sous éclairage artificiel. Leurs œufs sont ensuite placés dans des incubateurs. Juste après l’éclosion, les poussins sont chargés dans des caisses et transportés en camion en direction d’élevages sur toute la France.
Débarqués dans l’élevage, les poussins sont placés à plusieurs milliers d’individus dans un hangar, alors que ces oiseaux vivent de façon naturelle en petits groupes familiaux. Cet environnement totalement artificiel, sans leur mère, sans végétation, entraine d’inévitables agressions entre eux.

Des oiseaux qui s’entretuent

Pour limiter ces agressions, certains éleveurs laissent les poussins âgés de quelques jours dans le noir presque complet pendant plusieurs semaines. Des ” anneaux ” ou des ” couvres-becs italiens ” sont systématiquement utilisés dans tous les élevages :

– L‘anneau perfore la cloison nasale et passe entre les mandibules (dans le bec). Des oiseaux s’évanouissent sous le choc. Progressivement, le bec pousse autour de l’anneau et entraîne une malformation.

Le couvre-bec, lui, est clipsé dans les narines.
La pause de ces accessoires est systématiquement source de stress et d’inconfort pour les oiseaux, et est régulièrement à l’origine de blessures.
Après 1 à 3 semaines en bâtiment, les faisandeaux et perdreaux sont installés dans des volières en extérieur pour un simulacre de vie sauvage durant quelques semaines encore.

Les conditions d’élevage et le stress de ces oiseaux sont tels qu’une quantité invraisemblable de faisans et de perdrix paniqués, cherchant à fuir en s’envolant, se fracassent contre les murs des hangars, ou encore se pendent aux filets des volières.
Des mortalités massives sont régulièrement constatées dans des mouvements de panique en cas d’orage, de panne de lumière ou autre incident.
Quand vient le moment de la livraison aux sociétés de chasse, perdrix et faisans sont tassés dans des caisses de transport, après avoir été débarrassés dans la douleur de leur anneau ou couvre-bec.

« Repeuplement » ou ball-trap ?

Livrés chez les sociétés de chasse, les gestionnaires de chasse privée, ou encore les fédérations de chasse, les oiseaux restent entassés dans les caisses exiguës de transport souvent plusieurs heures, parfois toute une nuit avant d’être transportés le lendemain sur le site du lâcher.
L’immense majorité de ces faisans et perdrix sont libérés pour l’ouverture de la chasse, puis régulièrement au cours de la saison de chasse, essentiellement les vendredi et samedi.

Mourir à la chasse ou par inadaptation

La plupart des faisans et perdrix qui échappent aux tirs meurent dans la nature au bout de quelques jours à quelques mois. L’inadaptation à la vie sauvage leur est fatale : ils ne savent pas se nourrir seuls, ne savent pas se protéger des conditions climatiques, n’ont pas appris à fuir les prédateurs naturels…

Signez contre l’élevage d’animaux pour la chasse

Un animal sur 4 tué à la chasse provient d’un élevage. Demandez avec l’ASPAS l’interdiction de l’élevage des animaux pour la chasse.

SIGNEZ LA PÉTITION

 

Dernières actualités

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]

31.05.2022

Journée Mondiale des Blaireaux : une 1re édition réussie !

Dans notre inlassable combat pour mettre fin au déterrage, chasse cruelle toujours autorisée en France, on leur devait bien ça, à nos petits pandas des bois et des forêts : une journée tout à leur effigie, où le grand public se familiariserait avec leurs mœurs, leur place dans la nature, et s’indignerait à nos côtés du […]