Enfin ! Grive et pigeon ne devraient pas être chassés en 2020-2021 en Guadeloupe

Enfin ! Grive et pigeon ne devraient pas être chassés en 2020-2021 en Guadeloupe

Notre acharnement a fini par payer ! Après 6 années de combats judiciaires, la préfecture de la Guadeloupe a enfin cédé : le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2020-2021 ne prévoit pas la chasse de la grive à pattes jaunes et du pigeon à couronne blanche, deux oiseaux au statut de conservation défavorable.

Comment on en est arrivé là

Depuis quelques années, et grâce à Béatrice Ibéné, déléguée en Guadeloupe et présidente de l’association locale ASFA¹, l’ASPAS s’intéresse au sort réservé à ces deux oiseaux menacés d’extinction et pourtant toujours chassés dans les Antilles françaises. Depuis 2014, 12 recours juridiques ont été engagés par les deux associations rejointes par la LPO, et tous ont été couronnés de succès.

En 2014 et 2015, les associations ont fait suspendre en urgence la chasse de la grive à pieds jaunes, endémique des Petites Antilles et présente de manière certaine sur seulement trois îles au monde. En 2016, la chasse de cette espèce a été interdite suite à l’intervention de Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la biodiversité qui avait reçu nos associations. En 2017, les ouragans violents survenus dans cette région ont mis à mal toute la faune, ce qui a conduit le préfet à suspendre la chasse de manière générale, sous la pression des associations locales.

La chasse du pigeon à couronne blanche, endémique des Caraïbes, était quant à elle autorisée pendant toute la période de chasse², soit en pleine période de nidification et de reproduction, sans qu’aucun quota ne soit fixé. Grâce aux recours des associations, un quota global et des quotas par chasseur ont été fixés et sa période de chasse réduite à deux mois. 

Pour la saison 2019/2020, nos associations sont à nouveau montées au créneau et le tribunal de Basse-Terre a suspendu en urgence la chasse de ces deux espèces. Grâce à cette action, aucun oiseau n’a été tué cette saison !

Disons “merci ! mais…” à la Préfecture en participant à la consultation publique !

C’est en ce sens que nous vous proposons de réagir positivement – une fois n’est pas coutume ! – à la consultation publique en cours pour encourager la Préfecture en la remerciant de proposer pour la saison 2020-2021 l’interdiction de la chasse de ces deux oiseaux, et pourquoi pas lui suggérer de classer ces espèces sur la liste des oiseaux protégés ?

Mais bien entendu, n’oublions pas que cet arrêté autorise dans le même temps la chasse à de nombreuses autres espèces d’oiseaux…

Voici quelques points de vigilance sur lesquels vous pouvez rebondir dans votre message :

– Le texte autorise la chasse de la tourterelle à queue carrée en période de reproduction (il aurait fallu au minimum décaler au 15 aout ). De plus, ces tourterelles sont interdites à la consommation car potentiellement contaminées par la chlordécone (populations dite du “croissant bananier”) ;

– Le texte autorise la chasse dans des territoires lourdement impactés par les cyclones de 2017, sans avancer quelconque étude fiable permettant d’assurer que les espèces ont déjà recouvré leurs effectifs  ;

– Plus généralement, le nombre d’espèces d’oiseaux chassables en Guadeloupe reste très élevé par rapport aux autres îles des Petites Antilles, et par rapport à l’Hexagone.

Pour participer, écrivez à chasse.guadeloupe@developpement-durable.gouv.fr avant le 27 juin 2020.

1 – Association pour la sauvegarde et la réhabilitation de la faune des Antilles
2 – La période de chasse dans les Antilles s’étend de mi-juillet à début janvier.
3 – Union internationale pour la conservation de la nature

Dernières actualités

01.07.2022

Voilà 40 ans que l’ASPAS protège les ours !

L’ASPAS est depuis toujours engagée dans la protection des ours, comme le sont d’autres associations avec qui nous faisons souvent front commun. Légaliste, l’ASPAS entend défendre scrupuleusement les intérêts de l’ours brun, espèce protégée par la directive Habitats, qui ne peut être soumise à aucune forme de régulation, et dont la population estimée à 70 individus ne serait […]

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]