Encore deux personnes victimes de la chasse : les chasseurs sont reçus à Matignon. Pigeons de l’affaire, les protecteurs, eux, restent à la porte.

Encore deux personnes victimes de la chasse : les chasseurs sont reçus à Matignon. Pigeons de l’affaire, les protecteurs, eux, restent à la porte.

Un nouvel accident de chasse impliquant des non-chasseurs s’est produit cette semaine. À Bertric-Burée (Dordogne), deux ramasseurs de champignons ont été gravement blessés par un chasseur de 82 ans qui les avait pris pour une faisane…Trois mois seulement après l’ouverture de la chasse, cet accident porte à 12 le nombre d’usagers de la nature non-chasseurs victimes de ce loisir très dangereux, qui ne fait plus l’objet de la moindre réglementation en matière de sécurité. Complice par son apathie, le gouvernement refuse d’entendre les protecteurs.

Forte d’une pétition de plus de 300 000 signatures en faveur d’une trêve de la chasse le dimanche, l’ASPAS demande au gouvernement que des mesures de sécurité soient enfin prises, comme c’est le cas dans l’ensemble des pays européens. Tous, sauf la France…

 En 1982, la circulaire Deferre avait supprimé le périmètre de sécurité autour des habitations.

La loi chasse 2000, qui avait instauré le mercredi sans chasse, prévoyait un décret fixant les règles de sécurité. Mais celui-ci n’a jamais été adopté.

En 2003, le mercredi sans chasse a… disparu. La France devient le seul pays d’Europe où la chasse se pratique tous les jours de la semaine. 

En 2008, la loi chasse dite « Poniatowski » supprime purement et simplement le paragraphe de la loi qui prévoyait l’adoption d’un décret sur les règles de sécurité.

Depuis, le loisir chasse a fait des dizaines de morts et de blessés. Cela dans l’indifférence totale des pouvoirs publics, mais avec la complicité de nos gouvernants, de gauche comme de droite, bien plus attentifs à ne pas heurter la susceptibilité des chasseurs, qu’à la légitime sécurité des usagers de la nature.

Mme Batho et M. Ayrault ont reçu tour à tour les représentants des chasseurs la semaine dernière. En revanche, toutes nos demandes pour rencontrer Madame la Ministre afin de parler de ce grave dossier sont restées lettre morte.

Aussi, à travers un courrier envoyé aujourd’hui à l’Élysée, l’ASPAS en appelle au Président de la République pour qu’enfin, ramasseurs de champignons ou porteurs de jumelles, vététistes ou randonneurs, nous puissions profiter de la nature sans avoir à craindre d’être pris pour un faisan ou un sanglier. Mais pas non plus, pour un pigeon…

Lettre adressée à François Hollande disponible pour les journalistes en faisant la demande. 

Dernier articles de presse

08.03.2023

Un nouveau réseau de réserves naturelles en France

En réponse à la crise climatique et l’effondrement de la biodiversité, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) lance ce jeudi 9 mars 2023 le label Havre de Vie Sauvage® afin d’offrir une solution concrète à tous les propriétaires terriens soucieux protéger la nature sur le long terme. Régulièrement, l’actualité rappelle à quel point […]

17.02.2023

Appel à manifester pour les loups le 11 mars à Besançon

Pour dénoncer les tirs de loups dans le massif du Jura, plusieurs associations dont l’ASPAS appellent à manifester le samedi 11 mars à Besançon, à l’initiative du Pôle Grands Prédateur et du Collectif Loup Massif du Jura. Le retour du loup gris dans le massif du Jura s’inscrit dans une dynamique de recolonisation de l’espèce […]

12.01.2023

Mort de Morgan Keane : un verdict au parfum de révolte  

La mort de Morgan Keane, confondu avec un sanglier dans le Lot le 2 décembre 2020, a marqué le début d’une grande offensive citoyenne contre l’insécurité liée à la chasse, initiée par des proches de Morgan réunies au sein du collectif « Un Jour Un Chasseur ». L’ASPAS avait décidé de se porter partie civile […]

09.01.2023

Insécurité à la chasse : chasseurs 1, les autres 0

Alors que 4 Français sur 5 sont favorables au dimanche sans chasse, jour où l’on compte le plus grand nombre d’accidents liés à ce loisir, l’État préfère renforcer les intérêts d’une minorité dangereusement armée : l’appli-gadget permettant de signaler les chasses en cours est non seulement anti-démocratique, elle est aussi à l’avantage des chasseurs qui […]

02.01.2023

8 Français sur 10 réclament le dimanche sans chasse

Alors que le gouvernement tarde à faire ses annonces concernant la sécurisation de la chasse (maintenant prévues le 9 janvier), un sondage IFOP réalisé par sept associations de protection de la nature dont l’ASPAS révèle une nouvelle fois que 78% des Français sont favorables à ce que le dimanche devienne un jour sans chasse. Face […]