Écologie punitive contre les loups : Soutenue par des dizaines de personnalités, l’ASPAS en appelle à l’Europe.

Écologie punitive contre les loups : Soutenue par des dizaines de personnalités, l’ASPAS en appelle à l’Europe.

Pour la connaissance et la protection du loupVoici un an, des personnalités comme Jacques Perrin, Matthieu Ricard, Jean-Louis Étienne, Pierre Rabhi ou Aymeric Caron [1] cosignaient l’appel de l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) en faveur de la nature et des loups. Rien n’y a fait : le gouvernement français s’enfonce dans une politique agressive de chasse au loup qui n’a plus rien à voir avec la protection des troupeaux. L’ASPAS, après avoir saisi le Conseil d’état, vient donc de déposer également une plainte devant la Commission européenne.

La violence d’une poignée d’éleveurs, jusque dans nos derniers espaces naturels protégés, est mieux entendue que le désir de la majorité des Français. Un an après l’élan formidable de personnalités du monde scientifique ou de la culture pour une vraie protection de la nature, nous fêtons un triste anniversaire. Sourd à cet appel, l’État a totalement fait disparaître de sa politique le mot « cohabitation » entre élevage et vie sauvage. Jusqu’à oublier les lois européennes.

L’ASPAS révèle, dans sa plainte auprès de l’Europe, que la législation et la réglementation françaises concernant les destructions de loups enfreignent la directive dite « Habitats-Faune-Flore ». Contrairement à ce qu’impose cette directive européenne, ces destructions ont lieu même s’il n’y a pas de dommage important, même s’il n’y a pas d’attaque, et même si les troupeaux sont absents ! La loi agriculture traite carrément le loup, espèce protégée et vulnérable, comme un « nuisible » ! Elle intègre le prédateur dans la partie “nuisibles” du code de l’environnement. Ainsi, une battue administrative deviendra possible dès la première attaque, que le troupeau soit protégé ou non.

La défense des troupeaux n’est pas exigée, les mesures de protection ne sont pas encouragées, des chasseurs peuvent tuer des loups en dehors de tout contrôle, c’est le laxisme total. Et plutôt que de vérifier le bon usage des subventions qui devraient déjà permettre aux éleveurs de se protéger, Ségolène Royal dépense l’argent public à engager des tueurs de loups ! Face à cette politique résolument anti-écologique, l’ASPAS a donc déposé une plainte contre la France le 2 septembre 2015.

Rappelons qu’avec quelque 300 individus, les populations de loups ne sont plus en augmentation en France (on en compte 2 000 en Espagne). Comme le demandent les personnalités soutenant l’ASPAS, et la majorité des Français, notre patrimoine naturel doit être préservé.

[1]Voir la liste complète

50

 

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]