Devant les enfants, les chasseurs du Jura ne disent pas qu’ils massacrent les renards

Devant les enfants, les chasseurs du Jura ne disent pas qu’ils massacrent les renards

Les renards « rendent de grands services aux agriculteurs en régulant les populations de campagnols terrestres », peut-on lire dans le livret pédagogique de l’écopôle de Desnes, une ancienne gravière renaturée à partir de 1999, propriété de la Communauté de Communes Bresse Haute Seille et dont la gestion est confiée depuis 2018… à la Fédération de chasse du Jura. Les chasseurs se sont-ils enfin convertis à l’écologie et pris leur adhésion à l’ASPAS ? Pas si vite…

Cliquez pour agrandir l’image

Ce livret, sur lequel est également apposé le logo de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) et celui de l’OFB, a notamment été distribué aux élèves du collège de Bletterans, venus visiter l’écopole il y a quelques semaines. Précisons au passage que le maire de Bletterans, petite commune de 1460 habitants, n’est autre que Stéphane Lamberger… également directeur de la Fédération des chasseurs du Jura.

Les élèves ont pu lire des informations naturalistes sur des espèces comme le grèbe huppé, le blongios nain, la salamandre tachetée, mais aussi le blaireau, le sanglier, la bécassine des marais, et le renard donc. Mais aucune information, évidemment, sur le nombre d’oiseaux tués par les fusils chaque année dans le Jura (et partout ailleurs en France), le sort des blaireaux que les chasseurs extirpent de leurs terriers, ni des milliers de renards abattus 12 mois sur 12… Quant au site de l’écopôle de Desnes lui-même, étant fermé au grand public par temps normal, on est en droit de se demander ce qui se cache derrière la fameuse « gestion » des chasseurs…

Cliquez pour agrandir l’image

Nous avons en tout cas ici un parfait exemple de double-jeu du monde cynégétique : d’un côté, ce souci de se faire passer pour de gentils protecteurs de la nature (auprès des élus pour obtenir des subventions, mais surtout devant le jeune public), de l’autre, celui de continuer à massacrer la faune sauvage pour le plaisir, dont les renards, accusés par les chasseurs de compromettre leurs lâchers de faisans, perdrix, lièvres et autres « petits gibiers » élevés pour le loisir de la chasse.

Avec des effectifs vieillissants et qui diminuent chaque année, le monde de la chasse cherche par tous les moyens à se renouveler, et les opérations de séduction envers le jeune public sont de plus en plus légion. Ne soyons pas dupes !

 Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]

29.07.2022

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, […]