Devant les enfants, les chasseurs du Jura ne disent pas qu’ils massacrent les renards

Devant les enfants, les chasseurs du Jura ne disent pas qu’ils massacrent les renards

Les renards « rendent de grands services aux agriculteurs en régulant les populations de campagnols terrestres », peut-on lire dans le livret pédagogique de l’écopôle de Desnes, une ancienne gravière renaturée à partir de 1999, propriété de la Communauté de Communes Bresse Haute Seille et dont la gestion est confiée depuis 2018… à la Fédération de chasse du Jura. Les chasseurs se sont-ils enfin convertis à l’écologie et pris leur adhésion à l’ASPAS ? Pas si vite…

Cliquez pour agrandir l’image

Ce livret, sur lequel est également apposé le logo de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) et celui de l’OFB, a notamment été distribué aux élèves du collège de Bletterans, venus visiter l’écopole il y a quelques semaines. Précisons au passage que le maire de Bletterans, petite commune de 1460 habitants, n’est autre que Stéphane Lamberger… également directeur de la Fédération des chasseurs du Jura.

Les élèves ont pu lire des informations naturalistes sur des espèces comme le grèbe huppé, le blongios nain, la salamandre tachetée, mais aussi le blaireau, le sanglier, la bécassine des marais, et le renard donc. Mais aucune information, évidemment, sur le nombre d’oiseaux tués par les fusils chaque année dans le Jura (et partout ailleurs en France), le sort des blaireaux que les chasseurs extirpent de leurs terriers, ni des milliers de renards abattus 12 mois sur 12… Quant au site de l’écopôle de Desnes lui-même, étant fermé au grand public par temps normal, on est en droit de se demander ce qui se cache derrière la fameuse « gestion » des chasseurs…

Cliquez pour agrandir l’image

Nous avons en tout cas ici un parfait exemple de double-jeu du monde cynégétique : d’un côté, ce souci de se faire passer pour de gentils protecteurs de la nature (auprès des élus pour obtenir des subventions, mais surtout devant le jeune public), de l’autre, celui de continuer à massacrer la faune sauvage pour le plaisir, dont les renards, accusés par les chasseurs de compromettre leurs lâchers de faisans, perdrix, lièvres et autres « petits gibiers » élevés pour le loisir de la chasse.

Avec des effectifs vieillissants et qui diminuent chaque année, le monde de la chasse cherche par tous les moyens à se renouveler, et les opérations de séduction envers le jeune public sont de plus en plus légion. Ne soyons pas dupes !

 Prenez la défense de Goupil !

Dernières actualités

26.01.2023

Enfin une loi pour restreindre la chasse en enclos  !

Le 25 janvier 2023, la proposition de loi visant à limiter l’engrillagement des espaces naturels a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale. L’ASPAS, qui mène une campagne active contre la chasse en enclos depuis 2019, regrette que le texte ne vise pas le principe même d’autoriser la chasse sur des animaux maintenus en captivité, mais […]

20.01.2023

Réforme de la chasse ? Circulez, y’a rien à voir !

La réforme de la chasse tant attendue a accouché d’une souris. En lieu et place du dimanche sans chasse, le gouvernement propose une appli smartphone aussi inutile que bouffonne !

11.01.2023

Les actions phares de l’ASPAS en 2023

Cohabitation avec les loups, les ours ; accompagnement des maires contre les abus de la chasse ; mobilisation générale pour les “nuisibles”… Petit aperçu des combats que l’ASPAS va mener à vos côtés au cours de cette nouvelle année !  https://youtube.com/watch?v=vIodcPfORG0&si=EnSIkaIECMiOmarE Imaginez de vieilles forêts sauvages qui grouillent de vie, que de discrets humains viendraient […]

29.12.2022

Parole d’ex-chasseur : “Ils ont pollué la génétique des sangliers” 

C’est Michel qui le dit, ancien chasseur de petit gibier installé dans le Lot, pas loin de Calvignac où le jeune Morgan Keane a été tué, confondu avec la bête noire en décembre 2020, en plein confinement.   Michel s’exprime dans le cadre d’un reportage de France Inter, diffusé en 5 épisodes début décembre 2022, […]

26.12.2022

Une belle année de blaireaux ! 

Attention, ça décoiffe. Dans ce contexte si morose pour le vivant, l’ASPAS a accumulé les succès tout au long de l’année 2022, et nous n’allons pas nous priver de nous en vanter ! Petite rétrospective en texte et en images…