Deux élevages clandestins de “cochongliers” mis à jour en Normandie

Deux élevages clandestins de “cochongliers” mis à jour en Normandie

L’affaire a été révélée au grand jour le 11 juin 2019 : depuis 3 ans au moins, des chasseurs du département du Calvados entretenaient des élevages illégaux de sangliers croisés avec des cochons domestiques…

Plus grave encore : d’après des témoins, en raison d’une concentration trop importante d’animaux, plusieurs dizaines se seraient échappés des enclos, provoquant l’ire des agriculteurs locaux, et générant une réelle inquiétude sanitaire, au regard du contexte actuel de la peste porcine qui guette à nos frontières. En effet, si aucun cas n’a été pour l’instant officiellement relevé en France, on sait que le foyer d’infection en Belgique est dû à l’importation de sangliers d’Europe de l’Est, or ces « cochongliers » normands n’ont aucune traçabilité…

L’ASPAS déposera plainte pour ces faits, dont s’est saisi le Procureur de la République.

Cette affaire n’est pas une première et révèle toute l’hypocrisie du monde cynégétique, en mettant à mal, une fois de plus, l’image des chasseurs « 1ers écologistes de France ». Si la « fédé » du Calvados s’est bien sûr empressée de dénoncer ces agissements, ce scandale met en lumière la gestion catastrophique du dossier « sanglier » par les chasseurs français depuis des décennies.

Les férus de la gâchette justifient souvent leur rôle de « régulateurs » providentiels par la surpopulation de sangliers en France. Ce qu’ils ont un peu plus de mal à admettre, c’est qu’ils sont largement responsables de ce déséquilibre écologique, et qu’ils font même en sorte de l’entretenir, pour être sûrs d’avoir des cibles vivantes à tirer !

Quant à l’hybridation, commencée dans les années 80, elle est l’une des réalités les plus embarrassantes pour le monde de la chasse. Aujourd’hui les chasseurs sont complètement dépassés par la capacité de reproduction prolifique des « cochongliers » qui n’ont de prédateurs naturels que les loups, les lynx et les ours, dont les populations en France sont… très faibles. Ce qui arrange aussi, bien entendu, les chasseurs.

Deux mois après la révélation de cette affaire, un nouvel article publié dans le journal L’Orne combattante le 2 septembre donne de nouveaux éléments probants sur la présence avérée de “cochongliers” dans la nature, et des agissements suspects de chasseurs locaux en amont des battues administratives. Un agriculteur voisin, toujours confronté à de nombreux dégâts dans ses cultures, accuse ainsi ceux qu’il appelle des “délinquants de la chasse” d’avoir fait fuir les “hybrides” avec une odeur dissuasive, pour mettre en échec les battues…

Dernières actualités

01.07.2022

Voilà 40 ans que l’ASPAS protège les ours !

L’ASPAS est depuis toujours engagée dans la protection des ours, comme le sont d’autres associations avec qui nous faisons souvent front commun. Légaliste, l’ASPAS entend défendre scrupuleusement les intérêts de l’ours brun, espèce protégée par la directive Habitats, qui ne peut être soumise à aucune forme de régulation, et dont la population estimée à 70 individus ne serait […]

28.06.2022

NON aux tirs de loups dans l’Hérault ! 

Le 24 juin, le préfet de l’Hérault a donné son feu vert pour des “tirs renforcés” contre des loups qui seraient responsables d’attaques de brebis dans une zone décrétée comme “difficilement protégeable”, dans le nord-est du département. L’ASPAS dénonce une fois de plus la manie de l’État de miser sur l’abattage plutôt que l’anticipation et […]

14.06.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

01.06.2022

Pas de déterrage pour les blaireaux de l’Ardèche le printemps prochain !

L’ASPAS et AVES avaient adressé fin 2021 une lettre à la préfecture pour l’inciter à ne plus autoriser de période complémentaire de vénerie sous terre dans son département : une initiative qui semble avoir porté ses fruits, puisque l’interdiction est en effet mentionnée dans le projet d’arrêté encadrant la saison de chasse 2022-2023 ! Saluons cette […]

31.05.2022

KARMA, un moteur de recherche dédié à la protection du Vivant

Lancé le 22 mai 2022 à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, KARMA est le tout premier moteur de recherche 100% engagé pour le bien-être animal et la protection de la nature. L’ASPAS est partenaire de l’initiative : utiliser KARMA pour vos recherches sur le web est une manière rapide et facile de soutenir […]