Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

Consultations publiques : dites NON au déterrage des blaireaux dès le 15 mai !

À partir du 15 mai, dans plusieurs départements de France, les chasseurs ressortent leurs pelles, pioches, pinces et autres instruments de torture pour s’adonner à leur funeste passion : le déterrage de familles entières de blaireaux, directement au terrier. Interdite chez la plupart de nos voisins, la chasse sous terre fait de la résistance en France, comme tant d’autres « chasses traditionnelles » désuètes et barbares qui échappent pourtant à toute justification scientifique. Soyons nombreux à dire NON à cette pratique d’un autre âge ! 

La saison de chasse générale court de septembre à février, mais pour les blaireaux, l’horreur peut commencer dès le printemps. En effet, la loi prévoit que des périodes complémentaires de vénerie sous terre peuvent être autorisées par arrêté préfectoral dès le 15 mai… Heureusement, grâce aux victoires accumulées par l’ASPAS et d’autres associations ces dernières années, cette ouverture anticipée est de moins en moins généralisée. Certaines préfectures persistent cependant à autoriser une période complémentaire, et c’est ici que vous pouvez nous aider.  

 

Avant toute publication d’arrêté autorisant l’ouverture d’une période complémentaire de vénerie sous terre, la préfecture doit organiser une consultation publique : l’ASPAS vous encourage fortement à y participer, car si les avis sont suffisamment nombreux et motivés, ils peuvent potentiellement être pris en compte par les préfets et faire modifier l’arrêté.

Et même si les préfets n’en tiennent finalement pas compte, il est inconcevable de laisser toute la place aux arguments fallacieux des chasseurs… Plus les citoyens manifesteront leur opposition à ce mode de chasse barbare à l’aide d’arguments biologiques et écologiques, plus notre demande de réforme sera audible et légitime !

Les consultations publiques de 2024 en cours :

  • CALVADOS (14) : jusqu’au 28 mai, exprimez-vous contre l’ouverture de la vénerie sous terre que veut autoriser le préfet à partir du 15 juin 2024. Note technique à consulter iciprojet d’arrêté ici. Instructions pour participer, ici
  • CHER (18) : avant le 28 mai, dites NON à l’ouverture de la vénerie sous terre prévue dès le 1er juillet 2024 puis le 15 mai 2025 en participant à la consultation publique ! Note de présentation à consulter ici, projet d’arrêté ici. Pour participer, écrivez à ddt-contribution-environnementale@cher.gouv.fr
  • CORREZE (19) : avant le 7 juin, dites NON à l’ouverture de la vénerie sous terre prévue dès le 15 juin 2024 en participant à la consultation publique ! Note de présentation à consulter ici, projet d’arrêté ici. Pour participer, écrivez à pref-environnement@correze.gouv.fr
  • LOZERE (48) : avant le 11 juin, dites NON à l’ouverture de la vénerie sous terre prévue dès le 1er juillet 2024 en participant à la consultation publique ! Projet d’arrêté disponible ici, lien pour participer ici.  
  • MAINE-ET-LOIRE (49) : jusqu’au 4 juin, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 1er juillet 2024. Projet d’arrêté à lire ici. Note de présentation ici. Pour participer, c’est ici. Informations pour participer, ici. 
  • PUY-DE-DE-DÔME (69) : jusqu’au13 juin, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 1er juillet 2024 puis à partir du 15 mai 2025. Projet d’arrêté à lire ici. Note de présentation ici. Pour participer, c’est ici. Informations pour participer, ici.
  • HAUTE-VIENNE (87) : jusqu’au 27 mai, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 15 juin 2024. Projet d’arrêté à consulter ici. Informations pour participer, ici.

Les consultations terminées

  • ALLIER (03) : jusqu’au 1er mai, exprimez-vous contre l’ouverture de la vénerie sous terre que veut autoriser le préfet à partir du 1er juillet 2024 puis à partir du 15 mai 2025. Note de présentation ici, projet d’arrêté ici.
  • ARDENNES (03) : jusqu’au 20 mai, exprimez-vous contre l’ouverture de la vénerie sous terre que veut autoriser le préfet à partir du 1er juin 2024. Note de présentation ici, projet d’arrêté ici. Instructions pour participer, ici.
  • AUBE (10) : avant le 27 mai, dites NON à l’ouverture de la vénerie sous terre prévue dès le 15 juin 2024 en participant à la consultation publique ! Note de présentation à consulter ici, projet d’arrêté ici. Pour participer, écrivez à ddt-consultation-chasse@aube.gouv.fr
  • CANTAL (15) : jusqu’au 15 mai, exprimez-vous contre l’ouverture de la vénerie sous terre que veut autoriser le préfet à partir du 1er juillet 2024 puis à partir du 15 mai 2025. Informations pour participer ici, projet d’arrêté ici.
  • EURE-ET-LOIR (28) : consultation publique en cours jusqu’au 6 mai, contre un projet d’arrêté autorisant le déterrage dès le 15 mai 2024. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté ici. Les instructions pour déposer votre contribution à la consultation publique sont ici.  
  • FINISTERE (29) consultation publique en cours jusqu’au 17 mai, contre un projet d’arrêté autorisant le déterrage à partir du 15 mai 2025. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté ici. Pour participer, écrivez à pref-consultation@finistere.gouv.fr 
  • GIRONDE (33) : consultation publique en cours jusqu’au 26 avril, contre un projet d’arrêté autorisant le déterrage dès le 1er juin 2024. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté ici. Les instructions pour déposer votre contribution à la consultation publique sont ici.   
  • ILLE-ET-VILAINE (35) : consultation publique en cours jusqu’au 2 mai, contre un projet d’arrêté autorisant le déterrage dès le 1er juin 2024. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté ici. Les instructions pour déposer votre contribution à la consultation publique sont ici.   
  • LOIRE (43) : jusqu’au 18 avril, dites NON à la période complémentaire souhaitée par le préfet du 1er juin au 15 août 2024 ! La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté ici. Les instructions pour déposer votre participation sont ici
  • LOIRE-ATLANTIQUE (44) : jusqu’au 25 avril, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 15 mai 2025. Documents annexes et lien pour participer sont ici.
  • LOT (46) : jusqu’au 13 mai, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 15 juin 2025. Projet d’arrêté à lire ici. La préfecture n’a pas mis à disposition de note de présentation ! Pour participer, c’est ici.
  • MARNE (51) : consultation publique en cours jusqu’au 2 mai, contre un projet d’arrêté autorisant le déterrage à partir du 15 juin 2025. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté ici. Les instructions pour déposer votre contribution à la consultation publique sont ici.
  • HAUTE-MARNE (52) : consultation publique en cours jusqu’au 15 mai. Dites NON à la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 1er juin 2024. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté iciLes instructions pour déposer votre contribution à la consultation publique sont ici. 
  • MEUSE (55) : consultation publique en cours jusqu’au 15 mai. Dites NON à la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 15 juin 2024. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté ici, une note technique des chasseurs ici. Pour participer, écrivez à ddt-se-chasse@meuse.gouv.fr.
  • MORBIHAN (56) : consultation publique en cours jusqu’au 16 mai. Dites NON à la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 15 mai 2025. La note de présentation est disponible ici, le projet d’arrêté iciLes instructions pour déposer votre contribution à la consultation publique sont ici.  
  • NIEVRE (54) : attention, deux projets d’arrêté sont soumis à consultation publique jusqu’au 7 mail’un pour une période complémentaire du 15 mai au 30 juin 2024, l’autre pour une période allant du 1er juillet à l’ouverture de la chasse en septembre 2024 ! Les infos pour donner votre avis sur ces texte sont ici.   
  • PAS-DE-CALAIS (54) : jusqu’au 13 mai, participez à la consultation publique organisée par la préfecture du Pas-de-Calais. Dites NON à la période complémentaire de déterrage qui risque d’être autorisée du 15 juin au 14 septembre 2024 ! Pour lire la note de présentation, c’est ici. Le projet d’arrêté, ici. Pour déposer votre avis, c’est ici. 
  • PYRENEES-ATLANTIQUES (64) : jusqu’au 23 avrilexprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 15 mai 2025. Documents annexes et lien pour participer sont ici.
  • RHÔNE (69) : jusqu’au 4 avril, participez à la consultation publique organisée par la préfecture du Rhône. Dites NON à la période complémentaire de déterrage qui risque d’être autorisée du 15 juin au 14 septembre 2024 ! Pour lire la note de présentation, c’est ici. Pour déposer votre avis, c’est ici   
  • SAÔNE-ET-LOIRE (71) : jusqu’au 27 février, participez à la consultation publique organisée par le préfet de Saône-et-Loire. Dites NON à la période complémentaire de déterrage qui risque d’être autorisée du 15 juin au 14 septembre 2024 ! Pour lire la note de présentation, c’est ici. Pour déposer votre avis, c’est ici
  • SARTHE (72) : jusqu’au 17 avril, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 1er juillet 2024. Projet d’arrêté à consulter ici. Pour participez, écrivez à l’adresse pref-utilite-publique@sarthe.gouv.fr
  • SEINE-ET-MARNE (77) : jusqu’au 20 mai, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 1er juillet 2024, puis à partir du 15 mai 2025… Note de présentation à consulter ici. Projet d’arrêté à consulter ici. Pour participez, suivez les instructions sur cette page.
  • DEUX-SEVRES (79) : jusqu’au 22 mai, exprimez-vous contre l’ouverture de la vénerie sous terre que veut autoriser le préfet à partir du 1er juillet 2024. Note de présentation à consulter ici, projet d’arrêté ici   
  • TARN-ET-GARONNE (82) : jusqu’au 9 mai, exprimez-vous contre la période complémentaire de vénerie sous terre prévue à partir du 15 juin 2025. Projet d’arrêté à consulter ici. Informations pour participer, ici.

Des arguments à reprendre et à personnaliser

Ci-dessous, l’ASPAS met à votre disposition une série d’arguments généraux en défaveur de la vénerie sous terre.

Chaque département ayant ses problématiques propres, votre contribution aura encore plus de poids s’il tient compte des situations locales. Pour cela, n’hésitez pas à vous aider des arguments fournis par l’association AVES qui propose un décryptage détaillé de chaque projet d’arrêté préfectoral.

La période complémentaire de chasse sous terre du blaireau, ou vénerie sous terre, est une pratique cruelle, barbare et non sélective, indigne d’un pays qui se prétend « civilisé ».

Cette chasse cruelle a lieu pendant la période d’allaitement, de sevrage et d’élevage des jeunes, ce qui est catastrophique pour une espèce à faible taux de reproduction.

Une espèce fragile dont on ne connaît pas les populations exactes 

Aucune donnée scientifique sérieuse relative à la population de blaireaux n’est fournie, et les recensements de terriers, lorsqu’ils ont lieu, ne distinguent pas terriers principaux et secondaires, ce qui augmente artificiellement les effectifs estimés. Or, les destructions vont avoir lieu pendant plusieurs mois, et alors que la période de dépendance des jeunes blaireautins n’est pas terminée (de mars à l’automne), ce qui est éthiquement insoutenable et catastrophique pour une espèce à faible taux de reproduction (une femelle a en moyenne seulement 2,3 jeunes/an).

Un véritable acharnement !

Le blaireau est un animal particulièrement impacté par les collisions routières. Espèce chassable jusqu’à fin février, le blaireau peut également subir des battues administratives. Autoriser une période complémentaire de déterrage à partir du 15 mai ne fait qu’accentuer l’acharnement contre cette espèce discrète et nocturne.

Des dégâts faibles et évitables

Les informations concernant les dégâts causés par les blaireaux ne sont pas précises. Les dégâts agricoles imputés à cette espèce sont très localisés (essentiellement en lisière de forêt), et sont souvent confondus avec les dégâts, autrement plus importants, provoqués par les sangliers. Ils peuvent être évités par des mesures de protection des cultures ou d’effarouchement, comme l’installation d’un fil électrique ou l’utilisation d’un produit répulsif. Ces systèmes ont fait leurs preuves dans le Bas-Rhin, par exemple, où les blaireaux ne sont pas chassés (pour en savoir plus, cliquez ici).  

Le déterrage peut favoriser la dispersion de la tuberculose bovine

La vénerie sous terre n’est d’aucune utilité pour lutter contre la tuberculose bovine ; au contraire, elle ne ferait que contribuer à son expansion ! C’est la raison pour laquelle, dans les zones à risque, un arrêté ministériel du 7 décembre 2016 interdit « la pratique de la vénerie sous terre pour toutes les espèces dont la chasse est autorisée en raison du risque de contamination pour les équipages de chiens ». La tuberculose bovine est une maladie d’origine agricole, transmise à beaucoup d’animaux sauvages dont les blaireaux qui peuvent ensuite devenir un réservoir. Depuis 2001, la France est considérée comme « officiellement indemne de tuberculose bovine » par l’Union européenne, malgré la persistance chaque année d’une centaine de foyers en élevage.

Le blaireau, une espèce protégée ailleurs en Europe 

Le déterrage porte une atteinte supplémentaire à une espèce pourtant garante d’une biodiversité riche et d’une nature préservée. Elle est protégée chez nos voisins anglais, belges et néerlandais, et fait l’objet d’une attention particulière par la Convention de Berne.

La vénerie sous terre, cruelle pour les blaireaux et cruel pour les chiens 

Maintenus prisonniers pendant des heures sous terre pendant que les chasseurs manipulent pelles, pioches et barres à mine pour saccager leur terrier, les blaireaux visés par le loisir de la vénerie subissent un état de stress énorme. Une fois atteints, les animaux sont violemment extirpés de leur “maison” à l’aide de grandes pinces, puis mis à mort par fusil ou arme blanche (s’ils ne sont pas déjà morts de stress ou tués par les chiens sous terre…) 

Introduits parfois de force dans les galeries, les chiens de chasse sont incités à acculer les blaireaux au fond de leur terrier, s’exposant ainsi aux griffes puissantes des mustélidés qui cherchent à se défendre. Inversement, les chiens les plus vaillants et hargneux dont les chasseurs n’ont aucune maîtrise sous terre, peuvent déchiqueter vivants les petits blaireaux. Dans un cas comme dans l’autre, la vénerie sous terre est source de souffrance animale. 

La vénerie sous terre est une chasse non-sélective

Par la destruction des terriers de blaireaux, la vénerie sous terre porte potentiellement atteinte à d’autres espèces animales. Les terriers peuvent en effet servir de gîte à d’autres animaux, notamment les renards, mais aussi des espèces protégées comme le chat forestier, la loutre (si le terrier est proche d’une zone humide), certaines variétés de chauve-souris, d’amphibiens et de reptiles. 

La période complémentaire de déterrage tue les blaireautins  

Par ailleurs, la loi interdit aux chasseurs de tuer les “petits” des mammifères chassables, or chaque année, de l’aveu même des chasseurs, de nombreux blaireautins succombent à l’atrocité de la vénerie sous terre. En effet, une fois envoyés sous terre, les chiens échappent à la maitrise des chasseurs et blessent ou tuent directement des petits.

Dans sa récente décision du 28 juillet 2023, le Conseil d’Etat rappelle l’interdiction de tuer les “petits” de blaireaux, étant entendu qu’un “petit”, au sens scientifique, est celui qui n’est pas en mesure de se reproduire et donc de contribuer au renouvellement de l’espèce. Le Conseil d’Etat a rappelé que le préfet est tenu de s’assurer, au regard des circonstances locales, « qu’une telle prolongation [de la vénerie sous terre] n’est pas de nature à porter atteinte au bon état de la population des blaireaux ni à favoriser la méconnaissance, par les chasseurs, de l’interdiction légale de destruction des petits blaireaux ». Or, pendant la période complémentaire (de mars à septembre), les petits sont encore dépendants des parents (période de sevrage et d’élevage des jeunes) et, en tout état de cause, ne sont pas en âge de se reproduire, et donc de participer au renouvellement de l’espèce. Sur la base de cette argumentation, de nombreux tribunaux ont suspendus/annulés les arrêtés autorisant les périodes complémentaires de vénerie sous terre.

Citons par exemple : 

  • Tribunal administratif d’Amiens, décision n°2102956 du 28 décembre 2023 (Somme
  • Tribunal administratif de Caen, décision n°2201342, 2201597 du 24 novembre 2023 (Orne
  • Tribunal administratif de Poitiers, décision n°2101751 du 19 octobre 2023 (Vienne

© Photo d’en-tête : Fabrice Cahez

Dernières actualités

22.05.2024

Un loup dans un Parc national, quel scandale !

Près du village d’Altier en Lozère, en plein cœur du Parc national des Cévennes, la vidéo de ce qui semble être un loup poursuivi par une voiture sur une route de montagne est devenue virale sur les réseaux sociaux depuis sa mise en ligne, le 19 mai 2024. Comme à leur habitude, chasseurs, bergers et […]

16.05.2024

“GOUPIL” n°157, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Dans ce numéro de printemps, réservé à nos adhérents à jour de cotisation, vous retrouverez les dernières victoires de Maître Renard devant les tribunaux, l’actualité de nos délégations territoriales, des articles inédits concernant les actions de l’ASPAS en faveur des loups, des lynx, des renards et blaireaux, ainsi qu’un grand dossier central consacré aux parcs […]

13.05.2024

Non, les blaireaux ne dévorent pas les brebis vivantes !

D’abord une citation de la Fédération de chasse d’Indre-et-Loire dans La Nouvelle République, ensuite un communiqué délirant du président de celle de la Haute-Vienne… La grosse intox du blaireau tueur de moutons refait surface ces dernières semaines dans le monde cynégétique* ; comme par hasard dans deux départements où la pratique du déterrage a été retoquée […]

07.05.2024

Drôme : dites NON à la chasse aux 1000 chamois !

Malgré une population en baisse, les chasseurs drômois font pression pour tuer plus d’un millier de chamois d’ici 2027… Pour leur seul loisir ! Avant le 12 mai 2024, participons en masse à la consultation publique pour demander un moratoire sur la chasse de cette espèce emblématique de nos montagnes !   Le chamois est un ongulé paisible, […]

06.05.2024

“La part du loup”, un film sur le gouffre culturel entre l’Italie et la France

Pourquoi la cohabitation entre le loup et les activités pastorales fonctionne mieux en Italie qu’en France ? C’est le fil rouge du nouveau film documentaire La Part du Loup réalisé par Carmen Munoz Pastor et Vincent Primault, dont l’ASPAS et Férus sont partenaires. Des avant-premières sont prévues les 10 et 11 mai 2024 au Festival Nature d’Aubusson (23). […]