Délinquance : le préfet anti-loup retire ses arrêtés illégaux

Délinquance : le préfet anti-loup retire ses arrêtés illégaux

Capture d’écran 2014-07-11 à 16.54.27Pas fier, le préfet des Hautes-Alpes, après sa tartarinesque battue aux loups (espèce protégée) en plein cœur du Parc national des Écrins (espace protégé), qui n’a rien donné. L’ASPAS et la LPO PACA l’attaquent. Monsieur Besnard retire alors discrètement son arrêté d’autorisation de tir, qu’il savait illégal…

Hier matin 10 juillet à 5 heures,  une battue « d’effarouchement des loups » totalement illégale s’est déroulée dans la zone cœur du Parc, où avait eu lieu une attaque de troupeau par des canidés : la réglementation interdit toute perturbation de la faune sauvage.

Aucun tir n’étant permis dans cette zone, une quinzaine de tireurs attendaient les animaux en périphérie afin de contourner l’interdiction et terminer le travail. Opération aussi tapageuse qu’inutile : aucun loup ne s’y est laissé prendre. Aucune attaque de troupeau n’ayant eu lieu en périphérie, cette battue était donc injustifiée et tout aussi illégale que l’effarouchement.

loup-C.Joulot

Cette manœuvre a été rendue possible par un arrêté de Pierre Besnard, préfet des Hautes-Alpes, avec la complicité de Bertrand Galtier, directeur du Parc national des Écrins, aidé d’une partie de ses agents. Rappelons qu’un préfet est censé représenter la loi, un directeur de Parc protéger notre patrimoine naturel. Les espaces sauvages réellement protégés représentent moins de 1 % du territoire français, mais c’est encore trop : ce sont les troupeaux, largement subventionnées par les contribuables, qui sont prioritaires sur notre nature, envers et contre tous.

L’ASPAS et la LPO PACA ont donc attaqué en urgence cette autorisation de tir, sans pouvoir fournir à la justice le texte en question. Et pour cause : hier soir, la préfecture a pudiquement refusé de communiquer son propre arrêté ordonnant l’opération de « prélèvement ». Celui-ci vient juste d’être publié en ligne… accompagné d’un autre qui l’abroge ! En effet, le préfet est parfaitement conscient de l’illégalité de ses décisions.

À force de craindre la colère d’une poignée d’éleveurs locaux, qui ne jouent pas le jeu de la cohabitation, les élus et leur administration vont finir par affronter celle des millions de citoyens et de vacanciers demandeurs de nature. De leur côté aussi, la révolte gronde…

 

 

Dernier articles de presse

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]

06.10.2022

PLF : un amendement de plus pour museler la société civile

Nous, organisations citoyennes, environnementales et paysannes, dénonçons fermement l’amendement qui vient d’être adopté ce jour en commission des finances sur le PLF, qui vise à supprimer les avantages fiscaux accordés aux associations dont les militants se rendraient coupables d’intrusion sur des sites agricoles et industriels*.  Si cet amendement était réellement voté en plénière, il toucherait […]

27.09.2022

Pétition contre le déterrage au Sénat : nous demandons neutralité et transparence !

Communiqué de presse du 27 septembre 2022 Le 21 septembre, le Sénat a pris acte du succès de la pétition « Pour l’interdiction du déterrage des blaireaux » déposée par l’ASPAS en mars dernier signée par 104 745 citoyens et soutenue par de nombreuses associations. La balle est maintenant dans le camp de la Commission des affaires […]