La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

La Cour des comptes va se pencher sur les fonds publics accordés aux chasseurs !

Le 11 avril 2022, le collectif Un jour un chasseur, spécialisé dans le relai et la sensibilisation vis-à-vis des comportements abusifs liés à la chasse, a publié une proposition sur la plateforme de participation citoyenne de la Cour des Comptes. Il y était question de vérifier la bonne utilisation des fonds publics accordés aux chasseurs, et ce à tous les niveaux (local, départemental, régional, national). 

Cette proposition se base sur le fait qu’il est difficile d’estimer le montant global de ces financements, mais aussi que leur utilisation est parfois discutable : 

 

« Le montant exact de ces financements ainsi que la manière dont cet argent est utilisé restent difficiles d’accès. D’autre part, l’apport de ces financements à l’intérêt général est souvent contestable. Par exemple, en juillet 2019, la région Île-de-France a fait cadeau de 57 000 euros de subvention aux chasseurs, pour l’achat de 5000 faisans destinés à être chassés. Comment l’usage de cet argent public se justifie-t-il au nom de l’intérêt général ? » 

 

Il n’est pas certain que tous les contribuables soient ravis d’apprendre que leur argent est utilisé pour financer un tel loisir. C’est pourquoi il est temps de demander davantage de transparence quant aux montants attribués ainsi qu’à leur utilisation : 

 

« Nous considérons que ces financements, destinés à une activité de loisir, -reconnue juridiquement comme telle- doivent faire l’objet d’un contrôle et être rendus accessibles à tous les contribuables. » 

 

Il est également question d’étudier des alternatives plus économiques et respectueuses des animaux à certaines méthodes utilisées par les chasseurs. 

 

Bonne nouvelle ! Cette proposition, soumise au vote des citoyens et citoyennes que l’ASPAS avait relayé dans ses réseaux, a été retenue et sera suivie de la rédaction d’un rapport de la Cour des Comptes qui sera publié en 2023. Comptez sur nous pour suivre cela avec attention. 

 

Cette initiative est d’autant plus importante que le recours engagé par l’ASPAS et ses partenaires (LPO et OPIE) pour contester l’écocontribution versée aux chasseurs et demander la fin de ces subventions publiques a été rejeté. 

 

Retrouvez ci-dessous le lien vers la proposition complète faite par Un Jour un Chasseur.
L’argent public destiné aux fédérations de chasseurs et son usage.

Dernières actualités

12.08.2022

La faune a besoin d’eau, pas de fusils !

À cause de la sécheresse et des incendies, la flore et la faune souffrent et meurent. La chasse ajouterait un stress insupportable à des animaux en état de grande vulnérabilité, ayant de graves difficultés à s’abreuver et à se nourrir, et trop affaiblis pour fuir. Aujourd’hui, nos agriculteurs sont obligés de s’adapter au changement climatique […]

10.08.2022

Une réserve de l’ASPAS encore contrôlée par l’État ! 

La France compte environ 1300 parcs et enclos de chasse aux pratiques opaques. Les propriétaires de ces terrains, où des animaux captifs sont livrés à la brutalité meurtrière de certains chasseurs, ne sont que très rarement contrôlés. Or, le traitement de l’administration est étrangement différent pour la pacifique ASPAS : après avoir subi le 3e contrôle […]

09.08.2022

VIDÉO – Après une séance de déterrage de blaireaux…

Terre retournée, branches et racines coupées, gueules de terriers rebouchées… En retournant voir la famille de blaireaux qu’il prenait plaisir à photographier et filmer, en Haute-Vienne, Sébastien a eu la douloureuse surprise de découvrir que les animaux n’étaient plus. Que des chasseurs étaient passés par là avec des pelles, des pioches, des haches, pour venir […]

08.08.2022

Une avalanche de victoires contre le déterrage des blaireaux !

Depuis le début de l’année 2022, sur les 9 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 8 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Avec […]