Comment les chasseurs échappent au confinement…

Comment les chasseurs échappent au confinement…

! Mise à jour du 19 mars 2020 : Finalement, toute chasse (même individuelle) et tout acte de piégeage sont suspendus jusqu’à nouvel ordre ! Lire ici >>

Face à la propagation du coronavirus en France, le confinement de tous les Français a été décrété par le président Macron à partir du mardi 17 mars à 12h. Une mesure d’absolue urgence, prise en concertation avec le corps médical et scientifique, pour tenter de freiner l’avancée de ce que le chef de l’Etat a surnommé « l’ennemi invisible », contre lequel « nous sommes en guerre ».

Mais c’est un autre Président, celui des chasseurs de France, qui s’est empressé de faire pression sur le Ministère pour négocier des dérogations afin que les chasseurs individuels et les piégeurs, notamment, puissent poursuivre comme si de rien n’était leurs macabres activités et leur gué-guerre à eux, contre des animaux soi-disant « nuisibles »…

Dans un post Facebook daté du 16 mars, Willy Schraen ose même évoquer les « enjeux sanitaires » de ces interventions cynégétiques ! Et prend pour exemple – on cherche à comprendre le lien de cause à effet –  les « dégâts de corvidés sur les semis », ou « l’approche du sanglier là où c’est nécessaire »…

La bonne nouvelle reste quand même l’interdiction de la chasse en groupe. La chasse à courre se termine avec 2 semaines d’avance (Hourrah !), les battues aux sangliers aussi, de même que toutes les battues administratives qui impliquent plus d’un lieutenant de louveterie.

Malgré le refus de l’Etat d’interdire le piégeage et la chasse individuelle à l’approche, la faune sauvage devrait donc malgré tout profiter de cette situation de confinement des humains, au moins jusqu’en avril. Une aubaine pour la biodiversité : le printemps arrive à grand pas, et avec lui, la période fragile des naissances. L’ASPAS avait dénoncé avec force la décision de l’Etat de prolonger au niveau national la chasse des sangliers jusqu’à fin mars, à cause justement du risque important de dérangement pour toute la faune en cette période critique de reproduction. Nous regrettons que, malgré la crise sanitaire actuelle, il n’ait pas interdit l’intégralité des activités de destruction de la faune sauvage, qui sont loin d’être la priorité du moment…

Mise à jour du 18 mars à 17h15

Notre article a suscité une réaction étonnante de la part du patron des chasseurs sur Twitter…

Dernières actualités

23.02.2024

“Vivre avec les loups” censuré dans la vallée de la Roya !

Dans la vallée de Roya (Alpes-Maritimes), le dernier film de Jean-Michel Bertrand a été scandaleusement déprogrammé sur décision municipale dans deux communes : Breil-sur-Roya, le 13 février, et Fontan, le 17 février… Le film devait être projeté dans les salles municipales de ces deux villages. Les élus qui ont pris cette décision expliquent à la presse […]

22.02.2024

“Vivre avec les loups”, un film en partenariat avec l’ASPAS

Après La Vallée des Loups et Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand revient avec le 3e opus de sa trilogie consacré à la coexistence avec le grand prédateur, toujours en partenariat avec l’ASPAS. Plusieurs avant-premières de Vivre avec les loups sont organisées un peu partout en France courant décembre et janvier, avant sa sortie officielle […]

21.02.2024

Oui aux ours dans les grands massifs de France !

Détruit à outrance jusqu’à la moitié du 20e siècle, l’ours brun a bien failli complètement disparaître de France, à l‘instar du loup gris. Éliminé des Alpes, seule une petite population a péniblement subsisté dans les Pyrénées. Mais grâce au dévouement de quelques passionnés, d’associations de protection de la nature et d’opérations de réintroduction, le pire […]

19.02.2024

Réguler les lynx, le Doubs rêve des chasseurs !

Dans une lettre* adressée à la Fédération départementale de chasse du Doubs, le 16 février dernier, l’association intercommunale de chasse de Fournets-Luisans-Fuans exprime sa volonté de pouvoir réguler les lynx, espèce pourtant strictement protégée et menacée d’extinction en France… Motif ? Sans régulation, les grands félins feraient disparaître tous les chevreuils et les chamois ! […]

13.02.2024

Pas nuisibles  : les renards épargnés dans 10 communes de l’Hérault 

Dans l’Hérault, grâce notamment à une mobilisation de bénévoles ASPAS, LPO et Goupil connexion, les renards échappent au nouveau classement ESOD 2023-2026 dans plusieurs communes du département. Le rôle des prédateurs dans la régulation naturelle des lapins a été l’un des arguments mis en avant pour convaincre la préfecture.   Des dégâts de lapins chez les arboriculteurs, […]