Comment les chasseurs échappent au confinement…

Comment les chasseurs échappent au confinement…

! Mise à jour du 19 mars 2020 : Finalement, toute chasse (même individuelle) et tout acte de piégeage sont suspendus jusqu’à nouvel ordre ! Lire ici >>

Face à la propagation du coronavirus en France, le confinement de tous les Français a été décrété par le président Macron à partir du mardi 17 mars à 12h. Une mesure d’absolue urgence, prise en concertation avec le corps médical et scientifique, pour tenter de freiner l’avancée de ce que le chef de l’Etat a surnommé « l’ennemi invisible », contre lequel « nous sommes en guerre ».

Mais c’est un autre Président, celui des chasseurs de France, qui s’est empressé de faire pression sur le Ministère pour négocier des dérogations afin que les chasseurs individuels et les piégeurs, notamment, puissent poursuivre comme si de rien n’était leurs macabres activités et leur gué-guerre à eux, contre des animaux soi-disant « nuisibles »…

Dans un post Facebook daté du 16 mars, Willy Schraen ose même évoquer les « enjeux sanitaires » de ces interventions cynégétiques ! Et prend pour exemple – on cherche à comprendre le lien de cause à effet –  les « dégâts de corvidés sur les semis », ou « l’approche du sanglier là où c’est nécessaire »…

La bonne nouvelle reste quand même l’interdiction de la chasse en groupe. La chasse à courre se termine avec 2 semaines d’avance (Hourrah !), les battues aux sangliers aussi, de même que toutes les battues administratives qui impliquent plus d’un lieutenant de louveterie.

Malgré le refus de l’Etat d’interdire le piégeage et la chasse individuelle à l’approche, la faune sauvage devrait donc malgré tout profiter de cette situation de confinement des humains, au moins jusqu’en avril. Une aubaine pour la biodiversité : le printemps arrive à grand pas, et avec lui, la période fragile des naissances. L’ASPAS avait dénoncé avec force la décision de l’Etat de prolonger au niveau national la chasse des sangliers jusqu’à fin mars, à cause justement du risque important de dérangement pour toute la faune en cette période critique de reproduction. Nous regrettons que, malgré la crise sanitaire actuelle, il n’ait pas interdit l’intégralité des activités de destruction de la faune sauvage, qui sont loin d’être la priorité du moment…

Mise à jour du 18 mars à 17h15

Notre article a suscité une réaction étonnante de la part du patron des chasseurs sur Twitter…

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]