CHAUVES-SOURIS des ANTILLES : Le Conseil d’État demande au Ministère de revoir en partie sa copie !

CHAUVES-SOURIS des ANTILLES : Le Conseil d’État demande au Ministère de revoir en partie sa copie !

Le Conseil d’État, dans son arrêt n°422631 du 5 février 2020, enjoint les ministères chargés de l’écologie et de l’agriculture de modifier, dans un délai de 6 mois, les arrêtés du 17 janvier 2018 fixant les listes de mammifères terrestres protégés dans le département de la Guadeloupe, de la Martinique et dans la collectivité d’outre-mer de Saint Martin, afin de renforcer la protection de deux espèces de chauves-souris, le tadaride du Brésil et le molosse commun, en interdisant les perturbations intentionnelles dont elles peuvent être victimes.

La Haute Assemblée a en effet considéré que :

  1. D’une part, le tadaride du Brésil figurant à l’annexe II du protocole adopté à Kingston, il doit, en vertu des stipulations de l’article 11 b) de ce protocole, bénéficier, dans la mesure du possible, d’une protection contre les perturbations intentionnelles, en particulier pendant les périodes de reproduction, d’incubation, d’hibernation, de migration ou pendant toute autre période biologique critique. Il s’ensuit que les associations requérantes sont fondées à soutenir que les arrêtés contestés méconnaissent ces stipulations en ce qu’ils ont inscrit cette espèce non à leur article 2 mais à leur article 3, qui ne comporte aucune interdiction ni mesure permettant de protéger l’espèce contre les perturbations intentionnelles.
  2. D’autre part, s’agissant du molosse commun, le ministre chargé de la protection de la nature justifie l’absence d’interdiction de toute perturbation intentionnelle, ou de mesures de protection à cet égard, par le caractère anthropophile de cette espèce, afin de ne pas rendre impossible toute action visant à empêcher ces chauves-souris de s’installer dans les habitations. Cependant, il ressort des pièces du dossier que si l’espèce vit souvent en milieu anthropisé, notamment dans des habitations, elle s’établit aussi en zone naturelle. Par suite, les associations requérantes sont fondées à soutenir que les arrêtés contestés, qui ne prévoient, à l’égard de cette espèce protégée, aucune mesure permettant de la protéger contre les perturbations intentionnelles, quelles qu’elles soient et en particulier dans le milieu naturel, sont dans cette mesure entachés d’illégalité.
  3. Il résulte de ce qui précède que les associations requérantes sont fondées à demander l’annulation pour excès de pouvoir du refus qui a été opposé à leur demande tendant à la modification des arrêtés contestés, en tant qu’ils organisent la protection du molosse commun et, pour ceux relatifs au département de la Guadeloupe et à la collectivité d’outre-mer de Saint-Martin uniquement, celle du tadaride du Brésil. L’annulation, dans cette mesure, de cette décision implique nécessairement la modification des arrêtés contestés afin qu’ils permettent une protection de ces espèces conforme aux stipulations de l’article 11 b) du protocole adopté à Kingston le 18 janvier 1990 et aux dispositions du code de l’environnement. Par suite, il y a lieu pour le Conseil d’Etat d’ordonner cette édiction dans un délai de six mois.

Télécharger l’arrêt : CONSEIL D’ETAT – CHAUVES-SOURIS – ANTILLES

Dernières actualités

21.11.2022

La ville de Melle agit pour les renards !

Grâce en partie au précieux travail de médiation entrepris par la délégation ASPAS des Deux-Sèvres, la ville de Melle, 6200 habitants, a émis le souhait de retirer le renard de la liste des « nuisibles ». Une petite pierre de plus pour la réhabilitation du goupil !     Le 1er juin dernier, le conseil municipal de Melle, petite […]

13.11.2022

Des podcasts immersifs sur le quotidien des animaux sauvages

Depuis quelques années, le secteur des podcasts a le vent en poupe. Moins coûteux et polluant à diffuser qu’une vidéo, ce format éveille l’imaginaire et prend le contrepied de la mode du zapping et du “ toujours plus vite ”.  C’est pour cela que l’ASPAS s’est associée avec le jeune média Mu’ethik pour une série de podcasts […]

09.11.2022

Dominique, éleveur de moutons : “Que vivent les renards !”

Installé dans le Limousin, Dominique gère un élevage* d’une centaine de moutons d’Ouessant, race française la plus primitive et dite la plus petite du monde. Pour ce passionné d’animaux, son terrain placé en refuge ASPAS, protéger son troupeau des prédateurs relève du simple bon sens et de fait, en 26 ans d’activité, il n’a eu aucun souci avec le renard. Oui vous avez bien lu […]

04.11.2022

“GOUPIL” n°151, le magazine trimestriel de l’ASPAS

Succès de la pétition pour les blaireaux au Sénat, victoires en justice pour les loups,  actualité de l’ASPAS dans les territoires, gros dossier sur les corvidés… L’édition n°151 du magazine trimestriel de l’ASPAS est paru !  Sommaire du “Goupil” n°151 – automne 2022 :   L’actualité des actions de l’ASPAS dans les régions Stop à la […]

31.10.2022

Un nouvel épisode dramatique dans le feuilleton des bouquetins du Bargy 

Le triste feuilleton des bouquetins du Bargy continue. En juillet dernier, l’ASPAS vous invitait à participer à une consultation publique concernant un projet d’arrêté déposé par le préfet de Haute-Savoie pour autoriser l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le désormais tristement connu massif du Bargy.   Et bien, en dépit de cette consultation publique qui […]