C’est encore Noël pour les chasseurs : La chasse aux oies, c’est maintenant !

C’est encore Noël pour les chasseurs : La chasse aux oies, c’est maintenant !

Fidèle à une tradition de gauche comme de droite, à l’approche des échéances électorales, le ministre dit de l’Écologie offre précipitamment quelques journées de chasse supplémentaires aux chasseurs. Un coup bas contre la nature, pris en toute connaissance de son illégalité.
Ce matin, vendredi 31 janvier, le Journal officiel publie la dernière manipulation du ministre de l’Écologie : il prolonge la chasse aux oies de 10 jours en totale illégalité vis-à-vis des législations françaises et européennes. Cela en partenariat avec les instances cynégétiques, qui avant même la publication de l’arrêté, avaient annoncé la « bonne nouvelle » à leurs adhérents !

Plusieurs fois dans le passé, de pareils arrêtés prolongeant la chasse aux oies avaient été pris. Ils ont tous été systématiquement annulés par le Conseil d’État, saisi par l’ASPAS et d’autres associations de protection de la nature. Le dernier en date avait été pris à la demande de Nicolas Sarkozy, alors en pleine campagne électorale. Le gouvernement de François Hollande ne reprend que les mêmes recettes éculées et nul ne doute que le Conseil d’État rendra le même avis.

Pire, la consultation publique concernant cet arrêté a été écourtée de deux semaines, bien entendu illégalement afin de faciliter cette manœuvre prise dans la plus grande hâte.

Bien sûr, Philippe Martin, tout comme Jean-Marc Ayrault et François Hollande, savent que cet arrêté est illégal. C’est la raison pour laquelle ils le font publier le 31 janvier, veille de cette période complémentaire. Ils savent pertinemment que le Conseil d’État ne pourra rendre sa décision dans la journée, et pendant ce temps, les oies seront abattues.

L’ASPAS tient à exprimer son exaspération de voir le personnel politique de notre pays si peu enclin au respect des lois qu’il a pourtant en charge de faire appliquer et respecter.

L’ASPAS dépose aujourd’hui même un recours au Conseil d’État et rappelle que si les chasseurs sont des électeurs, les protecteurs de la nature et les vrais écologistes ont aussi des bulletins de vote, qu’ils n’entendent pas offrir à des partis politiques aussi promptes à nier leurs engagements, au mépris de leur vocation affichée.

 

Dernier articles de presse

02.12.2022

Manifestation violente à La Bastide-de-Sérou : le tribunal condamne fermement les responsables

RAPPEL DES FAITS Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou en Ariège, des agriculteurs, chasseurs et élus “anti-ours” se revendiquant de “la ruralité” ont tenté d’empêcher la tenue d’une réunion entre plusieurs associations de protection de l’environnement, dont l’ASPAS. Cette contre-manifestation, à laquelle ont notamment appelé à participer les représentants de la Fédération de Chasse […]

24.11.2022

Nous voulons deux jours sans chasse, M. le président !

Lundi 21 novembre 2022, plusieurs associations de protection de la nature dont l’ASPAS ont envoyé un courrier au président de la République Emmanuel Macron, lui demandant formellement d’instaurer deux jours sans chasse partout en France.   Monsieur le Président,   Nos associations vous demandent formellement d’instaurer sans plus tarder au niveau national deux jours dont le […]

18.11.2022

La chasse tue : à quand sa mue ?

Six mois de prison ferme et retrait du permis à vie pour le chasseur qui avait confondu Morgan Keane avec un sanglier, le 2 décembre 2020, en plein confinement, et six mois de prison ferme à l’encontre du directeur de la battue : cette réquisition du procureur, prononcée lors du procès qui s’est tenu ce […]

08.11.2022

10 victoires contre le déterrage des blaireaux

Depuis le début de l’année 2022, sur les 11 actions en justice qu’elle a engagées, l’ASPAS a réussi à faire suspendre ou annuler 10 arrêtés préfectoraux qui autorisaient une période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux, une chasse particulièrement cruelle et non sélective qui peut être pratiquée dès le 15 mai en France. Dernière […]

21.10.2022

Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, faîtes arrêter le massacre des bouquetins du Bargy

Quelques jours avant la visite du Ministre de l’Agriculture dans son département, le Préfet de Haute-Savoie a pris au dernier moment un arrêté autorisant l’abattage indiscriminé de 75 bouquetins dans le but d’éradiquer un foyer de brucellose, une maladie infectieuse potentiellement transmissible au bétail et à l’homme. Il a déclenché dans la foulée une opération […]